Une école change son code vestimentaire après avoir puni un ado qui portait du vernis à ongles | 24 heures
/bref

Une école change son code vestimentaire après avoir puni un ado qui portait du vernis à ongles

Image principale de l'article Son école finit par changer le code vestimentaire
Photo courtoisie Change.org - Trevor Wilkinson

Une école du Texas a finalement revu son code vestimentaire après avoir fait les manchettes, en décembre dernier, pour avoir placé en retenue un élève du secondaire qui avait porté du vernis à ongles en classe.

Le jeune en question, Trevor Wilkinson, avait alors été rencontré par le directeur et le directeur adjoint de l’établissement scolaire de la petite ville de Clyde, qui lui auraient donné le choix d’enlever son vernis, de faire l’école à la maison ou de rester en retenue.

Questionné peu de temps après les événements par NBC News, l’adolescent avait qualifié le code vestimentaire de discriminatoire, soulignant que celui-ci l’attristait, tout particulièrement en 2020. «Nous devrions progresser au lieu de reculer», avait-il souligné.

L’élève avait ensuite lancé une pétition en ligne pour «permettre aux garçons de porter du vernis à ongles», qui a depuis recueilli plus de 400 000 signatures.

«Je suis un homme gai et je suis plus que fier, pouvait-on lire dans la missive. C’est injuste et pas correct. Aidez-moi à montrer que c’est correct de s’exprimer soi-même et que l’identité que veut normaliser la société n’est pas correcte.»

Selon NBC News, suivant une présentation de Wilkinson devant la commission scolaire en décembre et plusieurs mois de discussion entre les employés, la direction, les parents et les élèves, l’établissement a finalement adopté à l’unanimité, lundi, un nouveau code vestimentaire.

Celui-ci est désormais non genré et s’applique de façon universelle à tous les élèves. Ce faisant, il n’interdit plus aux garçons de porter du vernis à ongles ou du maquillage.

Wilkinson, en entrevue avec la chaîne locale KRBC, a affirmé qu’il était fier que la commission scolaire fasse un «pas dans la bonne direction» et était convaincu d’avoir «fait la bonne chose».

À lire aussi

Et encore plus