Une Hongkongaise de 90 ans fraudée pour près de 40 M$ | 24 heures
/pop

Une Hongkongaise de 90 ans fraudée pour près de 40 M$

Des arnaqueurs ont utilisé tout un stratagème pour soutirer 32 millions de dollars US (environ 40 M$ canadiens) à une Hongkongaise de 90 ans. Les escrocs se sont fait passer pour des fonctionnaires chinois afin de réaliser la plus grosse fraude téléphonique de l’histoire de Hong Kong.

Comment les fraudeurs ont-ils réussi à lui soutirer autant d’argent? Ils auraient fait croire à la dame que son identité avait été volée, lui demandant de transférer son argent dans un compte créé par «l’équipe d’investigation» de son institution bancaire, rapporte le quotidien britannique The Guardian. Le stratagème n’a toutefois pas encore été complètement élucidé, selon les autorités locales. 

Selon le média Vice, les criminels auraient contacté l’aînée de 90 ans une première fois au mois d’août 2020, en se faisant passer pour des fonctionnaires chinois. Une personne se serait ensuite rendue au domicile de la victime pour lui donner un téléphone cellulaire. 

Une fraude de cinq mois 

Dans les cinq mois qui ont suivi, la dame a transféré un total de 40 millions de dollars CA aux fraudeurs. La fille de la victime, qui habite l’un des secteurs les plus aisés de Hong Kong, a été alertée par une domestique. Une plainte a ensuite été déposée à la police. 

La police a arrêté un jeune universitaire de 19 ans plus tôt cette semaine, ainsi que trois autres individus la semaine dernière. D’autres arrestations sont à prévoir dans cette affaire. 

Les fraudes téléphoniques en hausse  

Ce type de crime est en perpétuelle hausse, selon le South China Morning Post. En 2020 seulement, la police de Hong Kong a traité 1193 cas de fraude téléphonique qui auraient permis à des voleurs d'empocher un total de 92 M$ CA.  

Bien que l’ancienne colonie britannique possède sa propre police et un système judiciaire séparé de la Chine continentale, plusieurs résidents de Hong Kong ont des propriétés sur le territoire chinois et y ont maintenu des relations d’affaires. Cette situation peut permettre à des fraudeurs de se faire passer pour des fonctionnaires chinois.

À lire aussi

Et encore plus