Immobilier : quelques choses à savoir avant de choisir où investir | 24 heures
/panorama

Immobilier : quelques choses à savoir avant de choisir où investir

Image principale de l'article À savoir avant de choisir où investir
Photo d'archives

C'est un secret pour personne: acheter une maison à Montréal, ce n’est pas la même game qu’en Gaspésie. Avec des prix qui varient autant (et des vies professionnelles de plus en plus mobiles), c’est légitime de se demander où on devrait acheter.

Évidemment, ça dépend d'un paquet de facteurs, et la mise de fonds en est un qui n'est pas négligable. 

Infographie Julie Verville / Recherche Guillaume Cyr

 

Il y a toutefois d'autres enjeux à considérer : voici quelques pistes pour vous aider dans vos investissements. 

• À lire aussi: Ils ont trouvé le village parfait pour faire fleurir leur entreprise 

À Montréal, les aubaines sont... au centre-ville  

Si vous voulez habiter dans la région de Montréal, préparez-vous à sortir votre portefeuille: non seulement les prix sont élevés, mais ils continuent d’augmenter à une vitesse fulgurante (27% au premier trimestre 2021). Et c'est encore plus vrai en banlieue! 

C'est quoi le bon spot pour investir en 2021 dans la métropole? «Je crois que les meilleures affaires se trouvent en ce moment au centre-ville de Montréal, mais si ça ne cadre pas avec ses besoins, ça ne sert à rien», nous a expliqué Daniel Germain, chroniqueur en finances personnelles, en mars dernier. 

Joël Lemay / Agence QMI

 • À lire aussi: Sept jeunes créent une coop et transforment Rivière-à-Claude, un village de 126 habitants  

C’est vrai qu’acheter un condo au centre-ville de Montréal pour l’habiter parce qu’on en trouve un à bon prix, ce n’est pas un bon move si on n'a pas d'intérêt à vivre à deux pas des tours de bureaux, loin des épiceries de quartier et des parcs. Et surtout, le prix médian pour une unifamiliale sur l’île à continuer d’augmenter. Entre le dernier trimestre de 2020 et le premier de 2021, le montant est passé de 630 000 à 690 000$. 

Attention à la surenchère en région  

Avec la pandémie et le télétravail, qui pousse des urbains à s’exiler, les prix ont grimpé rapidement dans des régions plus éloignées qui demeurent à une distance de route raisonnable de Montréal, comme les Laurentides ou l’Estrie, ce qui crée de la surenchère. 

«C’est la folie pure. Le prix affiché [dans l’annonce] est souvent dépassé de 25 à 30%, c’est assez spectaculaire», expliquait en mars dernier Charles Brant, directeur de l’analyse du marché pour l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. 

• À lire aussi: Acheter une première maison, c’est encore possible : ils l’ont fait

Il rappelait que la mode du télétravail ne se maintiendrait peut-être pas: si vous pouvez patienter un peu, ça peut valoir la peine d’attendre que les prix redescendent avant d’acheter dans une région en forte augmentation. 

• À lire aussi: Avis aux acheteurs pressés : les prix de l’immobilier chuteront après la pandémie, préviennent des experts

- Avec Anne-Sophie Roy

Des vidéos sur l'immobilier qui pourraient vous intéresser  

s

s

À lire aussi

Et encore plus