16 citations bouleversantes de Laurence Jalbert sur la violence conjugale qu'elle a subie | 24 heures
/misc

16 citations bouleversantes de Laurence Jalbert sur la violence conjugale qu'elle a subie

Image principale de l'article 16 citations bouleversantes de Laurence Jalbert

La chanteuse Laurence Jalbert, qui a révélé cette semaine avoir subi de la violence conjugale durant de longues années, était sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche.  

• À lire aussi: Émue aux larmes, Laurence Jalbert raconte sa terrible histoire de violence conjugale

Elle est revenue avec beaucoup d’émotion sur ces années difficiles et a profité de sa tribune pour rappeler que l’aide aux femmes victimes de violence était essentielle.

Joël Lemay / Agence QMI

Voici 16 citations à retenir de son entrevue avec Guy A Lepage:    

1. «J’ai vécu de la violence psychologique machiavélique pendant 11 longues années. Ça fait quelques années que je ne suis plus avec cette personne-là, mais les séquelles, la douleur, tout ce que j’ai en dessous de la peau...»

2. «Je savais que j’avais vécu tout ça, mais le dédoublement de personnalité, c’est que ton cerveau ne peut plus supporter les cris et les insultes...»

3. «Je sentais que je n’étais plus la personne que j’étais. Il fallait que je me force à ouvrir la porte pour aller faire des spectacles. Il faut que tu joues un rôle en permanence, même devant tes enfants.»

PASCALE LÉVESQUE /TVA PUBLICATIONS/AGENCE QMI

4. «J'étais fatiguée, épuisée. Quand la pandémie a commencé, j’ai découvert que ce n’était pas juste de la fatigue due à trop de travail. J’en pouvais pu d’être ce que j’étais devenue. J’ai décidé d’entreprendre un processus de guérison. Je me préparais à briser le silence...»

5. La chanteuse raconte avoir pris le téléphone il y a un peu plus d’un mois. À cette époque, elle n’était plus avec son conjoint violent, mais elle avait besoin d’aide pour guérir. «Quand j’ai appelé SOS violence conjugale, je ne me suis même pas nommée. J’étais en sanglots, je ne sais même pas s’ils ont compris quelque chose. J’ai été accueillie par la bienveillance, la gentillesse, et j’ai eu de l’aide. J’ai travaillé avec des avocats, des thérapeutes, des psychologues.»

6. «Je souffre du syndrome post-trauma. Même après de nombreuses années, parce que je cachais tout ça.» 

7. La chanteuse a confié avoir trouvé la force d’appeler SOS violence après avoir aperçu une publicité percutante du gouvernement du Québec contre la violence faite aux femmes. «C’était la première fois que je l'écoutais au complet. Les autres fois, je n’étais pas capable de la finir. Il y a quelqu’un derrière cette publicité qui connaît ça, parce que c’est exactement ce que c’est», a déclaré la femme de 61 ans, en larmes. «Je vais guérir, je vous le promets», a-t-elle ajouté. 

COURTOISIE

8. «J’avais peur de lui physiquement, c’était quelqu’un d’imposant. Mais c’était de la cruauté mentale. C’était un pervers narcissique. Ces gens-là ne se font jamais soigner. C’était "moi, la folle", moi, le problème.» 

9. «Mon père venait de mourir. Il m’a réveillé dans la nuit, en me brassant, pour me dire que j’avais fait du mal à mon père. Ça, c’est juste un élément, un exemple.»

10. «Dix ans de ma vie, j’ai pleuré tous les jours. Je mettais des cuillères dans le congélateur pour dégonfler mes yeux le matin.»

11. «Tu n’en peu plus, c’est un film d’horreur de méchanceté, il joue dans ta tête. Je n’en pouvais plus, les idées suicidaires m’ont suivie...»

12. «Je ne veux pas finir ma vie dans cet état. J’ai peur de tout, je doute de tout. Je vais guérir. Je vais tout faire pour que mes enfants et mes petits-enfants ne vivent pas ça.»

13. «Avez-vous peur?» a demandé l’animateur. «J’ai une avocate qui me guide dans ce que je peux et ne pas dire. Je mets mon système d’alarme. Mais je sais qu’il faut que je le fasse.»

14. «Je ne suis pas forte. Je suis comme une lavette l’été, à côté du comptoir. Et je n’en peux plus. On ne change pas juste parce qu’on veut changer, c’est parce qu’on en peut plus.» 

15. «Je me suis déjà fait tabasser il y a très longtemps. Mais la violence psychologique que j’ai subie après, c'est pire. Des marques et des bleus, ça paraît. Mais la violence psychologique qu'il te drill dans la tête... C’est insidieux, c’est la honte.»

16. «Je n’ai pas écrit de chanson depuis 15-20 ans. Dans mon processus de guérison, je veux me remettre à écrire.»

N’hésitez pas:    

SOS Violence conjugale

1 800 363-9010

24h sur 24h 

https://sosviolenceconjugale.ca/fr

Centre de prévention du Suicide

1 800 APPELLE

https://www.cpsquebec.ca/

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus