Touristes sur Mars: «plusieurs personnes risquent de mourir», admet Elon Musk | 24 heures
/bref

Touristes sur Mars: «plusieurs personnes risquent de mourir», admet Elon Musk

Image principale de l'article «Plusieurs personnes risquent de mourir»
AFP
  • Elon Musk a admis que «plusieurs personnes risquent de mourir» dans sa mission pour amener des touristes sur Mars.
  • SpaceX a créé plus de 100 fusées dans la dernière décennie, voulant concrétiser ses efforts pour apporter des touristes sur la Lune et sur Mars
  • Il a prédit en décembre dernier que son entreprise parviendra à amener des personnes sur planète rouge d’ici 2026

Le pionnier de SpaceX, Elon Musk, a admis en entrevue cette semaine que «plusieurs personnes risquent de mourir» dans sa mission pour amener des touristes sur Mars. 

«Vous risquez de mourir. Ce sera inconfortable et il n’y aura probablement pas de la bonne nourriture», a-t-il expliqué à Peter Diamandis, le fondateur et président de la X Prize Foundation pour les découvertes scientifiques.

Elon Musk

AFP

Elon Musk

Musk a fait ces déclarations alors qu’il rigolait du fait que sa mission était perçue comme une «trappe d’échappement pour les riches».

Le milliardaire fondateur de Tesla a par ailleurs reconnu le fait que la publicité liée à la mission devrait indiquer qu’il s’agira «d’un voyage pénible et dangereux où vous ne pourrez peut-être pas revenir vivant», a-t-il lancé en riant.

«Honnêtement, plusieurs personnes risquent de mourir au début», a-t-il avoué, tout en insistant sur le fait qu’il s’agira «d’une aventure glorieuse et d’une expérience merveilleuse».

«Ce n’est pas pour tout le monde, a-t-il ajouté toujours en rigolant. Pour volontaires seulement!»

L’entreprise spatiale d’Elon Musk a créé plus de 100 fusées dans la dernière décennie, voulant concrétiser ses efforts pour apporter des touristes sur la Lune et sur Mars, mais plusieurs des prototypes ont explosé.

Malgré tout, l’homme d’affaires a prédit en décembre dernier que son entreprise parviendra à amener des personnes sur planète rouge d’ici 2026.

À lire aussi

Et encore plus