La loi spéciale pour mettre fin à la grève des débardeurs du port de Montréal est déposée: ce qu’il faut savoir | 24 heures
/bref

La loi spéciale pour mettre fin à la grève des débardeurs du port de Montréal est déposée: ce qu’il faut savoir

Image principale de l'article Grève des débardeurs: la loi spéciale est déposée
Photo d'archives, Agence QMI
  • Les quelque 1150 débardeurs du port de Montréal, qui réclamant notamment de meilleurs horaires de travail, sont en grève illimitée
  • Le gouvernement Trudeau a déposé, mardi matin, son projet de loi spéciale pour forcer leur retour au travail
  • Les conservateurs devraient voter en faveur de la loi spéciale, alors que les bloquistes et les néo-démocrates s’y opposeront

Le gouvernement Trudeau a déposé, mardi matin, son projet de loi spéciale pour forcer le retour au travail des 1150 débardeurs du port de Montréal en grève illimitée depuis lundi. Voici ce qu'il faut savoir sur ces nouveaux développements.

• À lire aussi: Qu’est-ce qui se passe au port de Montréal?

Le projet de loi déposé à 10h

C’est la ministre du Travail, Filomena Tassi, qui a déposé le projet de loi fédérale à la Chambre de Communes à 10 h. Celle-ci avait déjà annoncé au cours de la fin de semaine qu'elle avait l'intention de faire adopter une loi spéciale pour forcer le retour au travail des débardeurs.

Le projet de loi devrait faire l'objet d'un débat en après-midi, mais le parti conservateur avait déjà laissé entendre lundi qu'il appuiera fort probablement son adoption.

L'appui des conservateurs, le NPD et le Bloc s'y opposeront

«On a l’intention d’appuyer parce que le port est très important pour notre économie et pour nos exportateurs canadiens», avait indiqué le chef du parti, Erin O’Toole, en entrevue lundi à LCN.

s

Le Nouveau parti démocratique et le Bloc québécois, pour leur part, s’opposent au recours à la loi spéciale.

La grève se poursuit aujourd'hui 

La menace d’une loi spéciale n’a pas dissuadé les 1150 débardeurs du port de Montréal qui ont poursuivi leur mouvement de grève illimitée entamée lundi pour protester contre les changements d’horaires imposés par l’employeur.

Entretemps, les négociations entre l’Administration portuaire de Montréal et les représentants syndicaux se poursuivent, avec l'aide d'un médiateur.

De meilleurs horaires de travail réclamés 

Sans convention collective depuis plus de deux ans, les débardeurs ont déjà observé une grève de deux semaines en août dernier et faisaient une grève des heures supplémentaires et du travail la fin de semaine depuis deux semaines.

Ils réclament notamment de meilleures conditions en termes d’horaire de travail. Actuellement, les débardeurs doivent se rendre disponibles 19 jours sur 21, ce qui nuit à la conciliation travail-famille, dénonce le syndicat.

s

À lire aussi

Et encore plus