Le Grand Prix du Canada officiellement annulé pour une deuxième année consécutive | 24 heures
/bref

Le Grand Prix du Canada officiellement annulé pour une deuxième année consécutive

Image principale de l'article Le Grand Prix du Canada officiellement annulé
AFP
  •  Le Grand Prix du Canada est annulé pour une deuxième année consécutive en raison de la pandémie 
  • Le Grand Prix de F1 devrait être de retour en 2022 sur le circuit Gilles-Villeneuve  
  • La tenue de l'évènement serait prolongée de deux ans, jusqu'en 2031  

C’est maintenant officiel: le Grand Prix du Canada est annulé pour une deuxième année consécutive en raison de la pandémie de COVID-19, a-t-il été annoncé mercredi.

Le GP de retour en 2022

Pour pallier l’absence de deux éditions successives, le principe d’une entente entre les propriétaires de la F1 et les gouvernementaux a été arrêté pour prolonger de deux années supplémentaires - jusqu’en 2031 - l’organisation de l’événement sportif dans la métropole québécoise. 

D’ailleurs, le GP sera de retour en 2022, ont confirmé le provincial et le fédéral lors d’une vidéoconférence en avant-midi.

• À lire aussi: Osheaga est annulé pour une 2e année consécutive

• À lire aussi: Le Festival de jazz et les Francos seront de retour... mais en septembre!

Des rumeurs d'annulation

Le sort de l’édition 2021 de cette escale nord-américaine du cirque de la Formule 1 était mis en doute depuis plusieurs semaines, les informations à propos des demandes de subventions supplémentaires ou des décisions des différentes instances de santé publique se succédant. L’accumulation des obstacles à la tenue d’une épreuve sur l’île Notre-Dame a d'ailleurs été à l'origine de nombreuses rumeurs de l’annulation du Grand Prix, initialement prévu du 11 au 13 juin.

La demande de 6 millions $ pour pallier le manque à gagner en raison de l’absence du public n’a pas connu de suite positive de la part des trois paliers gouvernementaux.

Prix de consolation

En dépit de l’annulation de l’épreuve, les amateurs de course automobile québécois peuvent se réjouir de sa survie à long terme. 

Selon l’entente conclue, les «partenaires» s’engagent à verser 25 et 26 millions $ pour les éditions 2030 et 2031. De plus, les gouvernements du Canada et du Québec investiront dans la promotion de Montréal et du Québec à l’international afin de ramener les touristes dans la métropole lorsque les conditions sanitaires le permettront, a-t-on précisé par voie de communiqué. Ainsi, jusqu’à 5,5 millions $ seront notamment investis par les deux ordres de gouvernement dans la promotion auprès des amateurs de Formule 1.

«Le Grand Prix du Canada génère des retombées économiques importantes et il fallait assurer son retour l’an prochain et sa pérennité à long terme. Nous sommes arrivés à une bonne entente et c’est tout le Québec qui en ressortira gagnant», a souligné Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation.

«L’engagement que prend notre gouvernement aujourd’hui en renouvelant son soutien à la tenue du Grand Prix du Canada pour deux années supplémentaires témoigne de l’importance que nous accordons au rôle du tourisme dans la relance économique du pays. Nous ferons les investissements stratégiques nécessaires pour créer des emplois pour les Canadiens et aider nos entrepreneurs, afin que notre économie revienne en force une fois que nous serons sortis de cette crise», a ajouté la ministre fédérale du Développement économique, Mélanie Joly.

En Turquie à la place?

Selon toute vraisemblance, le GP du Canada serait remplacé cette année par une course en Turquie, qui sera de retour comme solution de rechange pour une deuxième année de suite. L’événement s’était déroulé de 2005 à 2011 à Istanbul avant d’être retiré du calendrier.

L’été dernier, le Québécois Lance Stroll y avait décroché sa première – et seule en date d’aujourd’hui – position de tête en carrière en vertu d’un tour lancé magistral sur une piste détrempée. Il avait ensuite terminé neuvième le lendemain.

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) devrait publier bientôt une mise à jour du calendrier.

À lire aussi

Et encore plus