Un homme est arrêté à l’aéroport avec 35 oiseaux cachés dans des bigoudis attachés aux chevilles | 24 heures
/misc

Un homme est arrêté à l’aéroport avec 35 oiseaux cachés dans des bigoudis attachés aux chevilles

Image principale de l'article Arrêté avec 35 oiseaux cachés dans des bigoudis
Photos US Attorney’s Office for the Eastern District of New York

Tous les moyens sont bons pour les contrebandiers.

Après la traditionnelle ingestion de préservatifs contenant de la drogue et la plus récente tentative de dissimuler des stupéfiants dans une jambe prothétique, les génies du crime se sont surpassés afin de tromper la vigilance des forces de l’ordre.

• À lire aussi: Ce Québécois de 82 ans exploite un étonnant commerce à cheval sur la frontière canado-américaine

Ainsi, Kevin Andre McKenzie, un passager arrivant à l’aéroport JFK de New York en provenance de la Guyane, avait eu la bonne idée de faire son entrée aux États-Unis d’Amérique en cachant sur lui 35 serins, selon ce que rapporte le New York Post.

À son arrivée sur le territoire américain lundi, les petits oiseaux étaient dissimulés dans des bigoudis attachés autour de ses chevilles et accrochés à l’intérieur de son veston.

Photo US Attorney’s Office for the Eastern District of New York



Les officiers de la protection douanière américaine l’ont toutefois remarqué et ont pu l’intercepter.

• À lire aussi: Il tente de faire entrer de la drogue en prison avec sa jambe prothétique

Les oiseaux ont survécu à leur voyage de six heures en avion, mais tous se demandent comment ils ont pu rester silencieux si longtemps, eux qui sont réputés pour leurs gazouillis fréquents.

Après l’arrestation de McKenzie, ils ont été remis au US Department of Agriculture and Veterinary Services.

On peut se demander, également, pourquoi des gens se donnent tant de mal à importer aux États-Unis des oiseaux qui y sont déjà plutôt communs.

• À lire aussi: Une grand-mère de 82 ans découvre une machette de Rambo dans un sofa qu’elle a acheté sur Facebook Marketplace

Eh bien, sachez que les serins guyanais seraient de redoutables participants dans des concours de chants d’oiseaux.

Photo US Attorney’s Office for the Eastern District of New York


Populaires dans les communautés caribéenne et latino de New York, ces compétitions aviairo-artistiques peuvent s’avérer lucratives pour les propriétaires des oiseaux champions.

Dans les documents judiciaires déposés dans le dossier de McKenzie, on peut lire que «dans de tels concours, qui se tiennent souvent dans des lieux publics comme des parcs, deux serins chantent et un juge sélectionne l’oiseau ayant la plus belle voix. Un serin qui remporte ces compétitions peut gagner de la valeur et ainsi se revendre pour plus de 10 000 dollars».

• À lire aussi: Un AUTRE bateau est aperçu en train de voler en plein ciel

McKenzie, lui, se serait fait offrir 3000$ pour faire entrer illégalement les «petits chanteurs de la Guyane» aux États-Unis.

Il a plutôt été accusé d’importation illégale de faune. Il pourrait écoper de 20 ans de pénitencier s’il est reconnu coupable.

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

s

s


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus