Ce qu'il faut retenir des 100 premiers jours de Joe Biden à la tête des États-Unis | 24 heures
/bref

Ce qu'il faut retenir des 100 premiers jours de Joe Biden à la tête des États-Unis

Image principale de l'article Ce qu'il faut retenir de ses 100 premiers jours
AFP

Il y a 100 jours exactement, Joe Biden faisait son entrée à la Maison-Blanche, succédant ainsi à Donald Trump dans un pays hautement divisé. Au lendemain de son premier grand discours au Congrès américain, le président des États-Unis poursuit son combat contre la COVID-19 et pour la relance de l'économie américaine.

Si le démocrate occupe, certes, moins d’espace sur la place médiatique (et sur Twitter) que son prédécesseur républicain, on ne peut pas dire qu'il a chômé depuis janvier. 

Voici donc cinq choses à retenir des 100 premiers jours en fonction du 46e président américain. 

Beaucoup moins de déclarations trompeuses  

Après quatre ans d’une présidence qui a enfilé les allégations fausses et trompeuses à la vitesse de l’éclair, Joe Biden a mis fin à l'ère des fake news. Il ne faut toutefois pas penser que le commandant en chef n’a pas eu la langue fourchue à quelques reprises depuis le début de son mandat. 

En date du 26 avril, Biden a en effet fait 67 déclarations fausses ou trompeuses, selon le Washington Post, qui a analysé chaque discours, entrevues, tweet ou déclaration publique du président. Lors de ses 100 premiers jours à la Maison-Blanche, c'est 511 déclarations de ce type que Donald Trump avait faites. 

Donald Trump.

AFP

Donald Trump.

 

Contrairement à Donald Trump, pour qui la vérité semblait malléable, la plupart des erreurs de fait de l'actuel président américain sont de légères distorsions de la réalité. Il a notamment affirmé qu’en tant que vice-président, il avait contribué à mettre en place une stratégie de 800 G$ pour aider l’Amérique centrale. En réalité, c’était 750 M$.

Joe Biden ne semble d'ailleurs pas en voie de rejoindre son prédécesseur, qui avait cumulé plus de 30 000 déclarations trompeuses pendant son mandat de quatre ans, toujours selon le décompte du quotidien américain.  

• À lire aussi: Joe Biden sanctionne Moscou et expulse dix diplomates russes: ce qu'il faut savoir

Une pluie de décrets  

AFP

Depuis son arrivée dans le Bureau ovale, Joe Biden enchaîne les décrets présidentiels à une vitesse record: il en a signé une cinquantaine déjà, dont 17 dans les heures qui ont suivi son inauguration. 

L’objectif premier de ces manœuvres: se détacher le plus rapidement possible de l’ère Trump. En quelques semaines, près de 25 mesures fortes de l’ancien président républicain ont ainsi été effacées à l’aide d’une simple signature.

Parmi les enjeux les plus importants sur lesquels Joe Biden est intervenu: l'immigration, la protection des personnes transgenres, l'environnement (les États-Unis sont revenus dans l’Accord de Paris) et la santé (les États-Unis ont réintégré l'OMS). 

Changements climatiques  

 

AFP

L’un des moments marquants des 100 premiers jours de Joe Biden a eu lieu pas plus tard que la semaine dernière: le président a promis de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) des États-Unis de 50% à 52% par rapport à 2005, d’ici 2030. 

Le démocrate a dévoilé ce nouvel objectif en ouverture de son sommet de deux jours sur le climat, qui a rassemblé une quarantaine de dirigeants mondiaux (dont la Chine, le Canada et l’Union européenne). Cette action marque le grand retour des États-Unis dans la lutte contre le réchauffement climatique après que Donald Trump eut sorti, en juin 2017, les États-Unis de l’Accord de Paris.

Le président de la première économie mondiale a exhorté le reste du monde à suivre l’exemple américain, au nom d’un «impératif moral et économique», en mettant en garde contre «le coût de l’inaction» et en vantant les bénéfices économiques «extraordinaires» qui peuvent découler des réformes écologiques. 

• À lire aussi: Major, le chien de Joe Biden qui a mordu deux employés de la Maison-Blanche, suivra des cours de dressage

Sans oublier la COVID-19  

AFP

Dès son arrivée à la Maison-Blanche, le plus vieux président en fonction de l’histoire des États-Unis a attaqué de front la pandémie de COVID-19. Alors que les records de vaccination s’accumulent, ce sont près de 235 millions de doses qui ont administrées à travers le territoire américain. C'est plus du double de l’objectif des 100 millions de doses que c’était fixé Biden pour les 100 premiers jours de son mandat.

Plus de 96 millions de personnes, soit près de 30% de la population, sont considérées comme totalement vaccinées. Mardi, les autorités sanitaires ont annoncé que les Américains vaccinés n’ont plus besoin de porter de masque à l’extérieur, sauf lorsqu'ils sont dans des foules.

Le président a également fait adopter, en mars, un imposant plan de relance de l’économie américaine, chiffré à près de 2000 G$. Toutefois, ses deux autres projets titanesques d'investissements – «pour les emplois» et «pour les familles américaines» – de plusieurs milliers de milliards de dollars au total, ne sont encore pas près d'être adoptés au Congrès. 

Une majorité d’Américains satisfaits  

L’action de Joe Biden est jugée favorablement par une majorité d’Américains 100 jours après son investiture. Selon deux sondages publiés dimanche, les deux tiers du pays approuvant sa gestion de la pandémie.

Quelque 52% des personnes interrogées lors d’une enquête pour le Washington Post et la chaîne ABC ont dit approuver «un peu» (18%) ou «nettement» (34 %) la gestion du chef de l’État, alors que 42% l’ont désapprouvé.

Le tableau est quasiment l’exact négatif du sondage réalisé début 2017 après 100 jours de gouvernement Trump, qui avait fait ressortir 42% d’opinions favorables contre 53% qui désapprouvaient l’action du 45e président américain.

- Avec les informations de l’AFP 

À lire aussi

Et encore plus