Voici comment ne PAS être un vacancier problématique quand on loue un chalet | 24 heures
/panorama

Voici comment ne PAS être un vacancier problématique quand on loue un chalet

Image principale de l'article Trucs pour ne pas être un vacancier problématique
Photomontage Julie Verville

S’évader dans un chalet loué, ça fait du bien. Mais si on ne fait pas attention, ça peut avoir un impact négatif sur l’environnement – pas seulement sur les lacs et les montagnes, mais aussi sur les résidents qui vivent à l’année dans les secteurs de villégiature.

• À lire aussi: Les chalets locatifs envahissent les régions

• À lire aussi: Des villes tentent de freiner la frénésie des chalets locatifs

Augmentation de la pollution des lacs et des rivières, déchets qui traînent, fêtes bruyantes qui se terminent au petit matin... Les organismes de protection de l’environnement et des cours d’eau en voient des vertes et des pas mûres chaque été.  

Il y a certainement des propriétaires qui ne sont pas respectueux de leurs voisins, mais les chalets locatifs qui se multiplient amplifient les problèmes, croit Mathieu Madison, président de l’Organisme de bassin versant de la rivière du Nord, dans les Laurentides.  

Surtout que certains ne sont pas familiers avec le secteur où ils louent. À Saguenay, par exemple, le président de l’Association pour la protection du lac Kénogami, Michel Bergeron, n’a jamais vu autant de chalets à louer dans son coin. «Ça amène une grosse affluence au lac Kénogami. Du monde qui n’est pas nécessairement au courant de notre plan d’eau, des berges et de la situation du lac», précise-t-il. 

Lac Kénogami.

Courtoisie

Lac Kénogami.

Voici quelques règles à respecter pour ne pas faire partie du problème. 

Pensez aux voisins avant de faire le party  

Danser sur vos chansons préférées dans un chalet est une excellente façon de décompresser, mais avant de mettre la musique dans l’tapis, pensez à ceux qui vivent à côté. Il y a de bonnes chances que chaque week-end, ils doivent endurer de la musique qu’ils n’aiment pas forcément. OK, vous n’êtes plus dans votre 4 et demi d’Hochelaga, mais vous n’êtes pas seuls au monde non plus ! 

Faites attention à vos vagues  

Les chalets autour des lacs s’envolent rapidement, et c’est normal : nageurs, kayakistes, pêcheurs, amateurs de paddle board ou de wakeboard veulent s’adonner à leur passion, et ils devront tous le faire dans le même espace. Rappelez-vous que plus votre embarcation est grosse, plus il faut penser à ceux qui vous entourent : les vagues sont peut-être intéressantes pour l’amateur de ski nautique, mais elles le sont moins pour celui qui s’entraîne pour son prochain triathlon.  

Nettoyez votre bateau avant de le mettre à l’eau  

Nettoyez votre bateau avant de le mettre dans l’eau, même si c’est un simple pédalo. Ce n’est pas une coquetterie : des bactéries ou des algues qui s’accrochent à la coque du bateau peuvent contaminer un autre plan d’eau. Dans l’Ouest canadien, on ne niaise pas avec ça. Au Manitoba par exemple, ne pas décontaminer son embarcation ou ne pas s’arrêter dans un centre d’inspection peut coûter très cher. «Ici, Québec laisse la responsabilité aux municipalités de gérer cette problématique», mentionne Mathieu Madison. Si une station de lavage n’est pas encore disponible à votre lac préféré, pensez à laver vos embarcations chez vous. 

Sérieusement... ne jetez pas vos déchets au milieu du lac  

«Ne pas jeter ses déchets au milieu du lac», c’est une mesure qui semble pleine de gros bon sens, mais qui n’est pas appliquée par tous. Michel Bergeron souligne qu’il voit à l’occasion des plaisanciers rejeter les eaux usées de leur bateau au milieu du lac Kénogami lorsque personne ne regarde. Ce genre de comportement, en plus de laisser traîner des ordures en bordure des terrains, peut avoir des répercussions importantes sur l’environnement et la qualité de l’eau. 

Bonus pour les propriétaires : vérifiez votre fosse septique  

Un des plus gros problèmes qui ressort de la location à court terme, c’est... la capacité des fosses septiques. Plusieurs propriétés converties en chalet locatif n’ont pas été conçues à l’origine pour accueillir des dizaines de personnes à la fois. Conséquence : la fosse peut déborder et polluer l’environnement qui l’entoure. C’est au propriétaire de s’assurer que sa fosse est conforme ; si elle ne l’est pas, la municipalité où il se trouve peut le forcer à mettre à jour ses installations. 

Des vidéos qui pourraient vous intéresser: 

Il recycle des cannettes depuis 33 ans 

s

 Un boum de cultivateurs de champignons au Québec

s

À lire aussi

Et encore plus