La célèbre Disaster Girl a maintenant 21 ans et elle vient de faire 600 000$ en vendant son mème | 24 heures
/misc

La célèbre Disaster Girl a maintenant 21 ans et elle vient de faire 600 000$ en vendant son mème

Image principale de l'article Elle vient de faire 600 000$ en vendant son mème
Image Zoe Roth

Dix-sept ans après être devenue une icône du web, Disaster Girl a finalement trouvé le moyen de monnayer sa photo légendaire.

De son vrai nom Zoe Roth, Disaster Girl avait connu la gloire du web à partir de 2005, quand son père l’avait photographiée devant une maison en flammes près de chez elle.

• À lire aussi: Ce cheeseburger du McDo est vieux de 10 ans et il a encore l’air «mangeable»

Sa moue et son regard malicieux pouvaient alors laisser croire qu’elle avait allumé l’incendie.

La photo s’était ensuite frayé un chemin sur internet, où elle avait été reprise à toutes les sauces.


Prenant aujourd’hui conscience de la valeur financière d’une image aussi iconique, Roth a décidé de la mettre aux enchères sous forme de NFT, les fameux non-fungible tokens, qui sont en quelque sorte des oeuvres d’art ou des objets de collection virtuels et infalsifiables.

• À lire aussi: Un voyageur est resté debout pendant six heures pour que sa femme puisse dormir allongée sur leurs sièges d’avion

Ainsi, il y a quelques jours, la version NFT de la photo de la Disaster Girl a été mise à l’encan virtuel et, en à peine 24 heures, elle a été vendue pour 180 Ethereum (ETH), soit 609 000 dollars canadiens, selon le cours actuel.

Zoe Roth, en juillet 2019

AFP

Zoe Roth, en juillet 2019

De plus, futée comme une renarde, la jeune femme a fait en sorte que son père et elle reçoivent 10% du montant de la vente chaque fois que le NFT changera de propriétaire dans le futur.

• À lire aussi: Les dieux du sport existent et en voici la preuve

Selon le New York Times, elle prévoit partager sa nouvelle fortune avec sa famille et faire des dons à des organismes de charité.

À voir aussi sur le Sac de Chips:  

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus