Peu de Canadiens contractent la COVID-19 après une dose du vaccin: ce qu'il faut savoir | 24 heures
/bref

Peu de Canadiens contractent la COVID-19 après une dose du vaccin: ce qu'il faut savoir

Image principale de l'article Peu de cas de COVID-19 après une dose de vaccin
Joël Lemay / Agence QMI
  • Peu de cas de COVID-19 ont été signalés chez les Canadiens qui ont déjà reçu une première dose de vaccin
  • 2274 Canadiens avaient été infectés ont été recensées près de deux semaines après avoir reçu une première injection
  • Sur ce total, 203 personnes ont été hospitalisées et 53 ont malheureusement perdu la vie

Peu de cas de COVID-19 ont été signalés chez les Canadiens qui ont déjà reçu une première dose de vaccin, selon les données de l’Agence de la santé publique du Canada.

2274 Canadiens infectés après une dose

En date du 26 avril, 2274 Canadiens avaient été infectés près de deux semaines après avoir reçu une première injection, représentant 1,3 % des cas signalés à la santé publique depuis le début de la campagne de vaccination, a rapporté le Globe and Mail.

Sur ce total, 203 personnes ont été hospitalisées et 53 ont malheureusement perdu la vie. Près de 91 % de ces décès concernaient des Canadiens âgés de plus de 80 ans, un groupe d’âge qui a plus de difficultés pour développer une réponse immunitaire importante après la vaccination.

La majorité des cas chez les personnes pas vaccinées

Ces données démontrent donc que la majorité des cas arrivent chez des individus qui ne sont pas encore vaccinés, a avancé dans un courriel adressé au Globe Anna Madison, porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada.

Ces résultats rappellent aussi l’importance de l’inoculation d’une deuxième dose de vaccin, la première n’offrant pas une protection suffisante contre le virus.

L'importance des mesures sanitaires

Les responsables de la santé publique ont ainsi encouragé les personnes âgées à rester sur leurs gardes et à continuer de respecter les mesures sanitaires avant d’avoir complété la vaccination.

Si les compagnies pharmaceutiques ont recommandé un intervalle de trois à quatre semaines entre l’injection des deux doses, les retards dans les livraisons de doses ont prolongé la période d’attente dans la vaccination. Les gouvernements ont aussi préféré étirer les délais jusqu'à quatre mois, dans le cas du Québec, dans l'objectif avoué de vacciner une première fois le plus grand nombre de personnes possibles.

«Disposer de 30 millions de doses dès le début de la vaccination aurait été idéal. Mais nous avons dû traverser une période de pénurie», a souligné Gaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), en entrevue avec le quotidien.

Plus de 13,8 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 avaient été administrées au Canada en date de dimanche.

À lire aussi

Et encore plus