Une personne vaccinée contre la COVID-19 serait-elle moins contagieuse? | 24 heures
/bref

Une personne vaccinée contre la COVID-19 serait-elle moins contagieuse?

Image principale de l'article Une personne vaccinée moins contagieuse?
AFP

Une personne vaccinée est-elle moins contagieuse? C'est ce qu'on se demande tous. Malheureusement, il est encore trop tôt pour le dire, selon des experts à qui nous avons posé la question. Mais les signes sont encourageants. On fait le point.  

• À lire aussi: Le vaccin de Pfizer autorisé pour les 12 à 15 ans 

Dans notre combat contre la pandémie, la question de savoir si les personnes vaccinées continuent ou non de propager le virus autour d’elles est primordiale. Si les vaccins permettent effectivement de réduire la contagion, nos armes pour lutter contre la COVID-19 seraient encore plus efficaces, explique le Dr Benoit Barbeau, virologue et professeur au Département des sciences biologiques de l’UQAM. 

«Le virus serait moins transmissible au niveau de la population et, éventuellement, on serait capable d’avoir un meilleur contrôle, explique le virologue. Il y aurait moins de cas d’infection, moins de cas de maladie, on pourrait même arriver à une situation où le virus est extrêmement rare.» 

AFP

Les premières évaluations des vaccins portaient sur leur efficacité concernant la réduction des symptômes les plus graves de la COVID-19, et non sur leur capacité à freiner la transmission, précise également Benoit Barbeau. 

«Le vaccin, lorsqu’il a été analysé et testé pour son efficacité, on visait surtout à démontrer qu’il était capable de protéger les personnes vaccinées contre le développement de symptômes, surtout les symptômes sévères liés à la COVID-19, poursuit-il. Mais ça ne veut pas dire nécessairement que vous allez être, d’une part, protégé d’une infection, et, d’autre part, si vous êtes infecté, que vous serez moins contagieux.» 

Dr Benoit Barbeau

Courtoisie

Dr Benoit Barbeau

«On ne le sait pas encore»  

Alors, est-ce qu’une personne vaccinée est moins contagieuse qu’une personne qui ne l’est pas? 

«La réponse courte, c’est: on ne le sait pas encore, répond le Dr Andrés Finzi, virologue et professeur agrégé au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal. Il faut comprendre, quand même, que, suite à une dose, le vaccin fonctionne très bien pour protéger les formes sévères, mais est-ce que ces personnes-là pourraient, dans différents contextes, transmettre ou non? Ça, c’est une question à laquelle il faut répondre, mais on n’a pas encore de réponse définitive. En tout cas, pas à ma connaissance.» 

Même constat pour le Dr Guy Boivin, professeur titulaire au Département de microbiologie-immunologie et infectiologie de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Des études en cours tentent de répondre plus exactement à la question, mais il serait trop tôt pour en tirer une conclusion générale. 

«C’est pour ça que l'on considère qu’il est encore pertinent de prendre des mesures de précaution sanitaires, même si on est vacciné», rappelle le professeur. 

Dr Guy Boivin

Photo Stevens LeBlanc

Dr Guy Boivin

Des études encourageantes  

Néanmoins, plusieurs études menées depuis le début des campagnes vaccinales à travers le monde tendent à démontrer que les personnes vaccinées seraient moins contagieuses. Même si c’est encourageant, c’est à prendre avec un grain de sel, insistent les professeurs à qui l'on a parlé. 

«Après des études qui ont été faites sur le terrain, et plus particulièrement en Israël, au niveau de la charge virale, donc la quantité de virus qu’une personne qui a été vaccinée et infectée présente, on voit que la quantité est moindre, explique Benoit Barbeau. Donc, il pourrait y avoir une bonne proportion de la population des personnes vaccinées qui, une fois infectées, seraient beaucoup moins contagieuses.» 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Une étude publiée la semaine dernière par l'agence de santé publique anglaise, la Public Health England (PHE), indiquait également qu’une personne infectée par la COVID-19 trois semaines après avoir reçu une première dose du vaccin de Pfizer ou d'AstraZeneca était 38% à 49% moins à risque de transmettre le virus aux membres de son foyer. 

Des données de l’Agence de la santé publique du Canada révélaient aussi qu’en date du 26 avril, peu de Canadiens ont contracté la COVID-19 après avoir reçu une première dose du vaccin. 

«On n’a pas les mêmes vaccins, nos mesures sanitaires peuvent aussi faire en sorte que les vaccins vont bien ou moins bien agir, il y a plusieurs facteurs qui peuvent faire en sorte que ça peut varier, les variants, entre autres, mais n’empêche que les nouvelles sont bonnes», soutient pour sa part Benoit Barbeau.

À lire aussi

Et encore plus