À quoi ressemblera l'été? Montréal espère une réouverture des terrasses le 1er juin, Québec prudent | 24 heures
/bref

À quoi ressemblera l'été? Montréal espère une réouverture des terrasses le 1er juin, Québec prudent

Image principale de l'article Montréal espère rouvrir des terrasses le 1er juin
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI
  • Montréal espère voir une réouverture des terrasses le 1er juin prochain, si la santé publique le permet  
  • L’idée a été rejetée du revers de la main par le ministre de la Santé Christian Dubé, qui plaide pour la prudence 
  • François Legault espère annoncer d’ici quelques semaines à quel moment il sera possible d’organiser «des partys    

La mairesse de Montréal Valérie Plante a dit espérer jeudi une réouverture des terrasses le 1er juin prochain, alors que le ministre de la Santé Christiant Dubé a demandé aux politiciens de «rester prudents». Voici ce qu'il faut savoir sur cette valse autour des terrasses.

La mairesse a précisé être en discussion avec les partenaires de la santé publique pour planifier une reprise des activités des tenanciers et des restaurateurs sur leurs terrasses au début de l'été.

Mme Plante précise qu’un investissement pour soutenir les bars et les restaurants de Montréal, en plus de la relance, sera annoncé vendredi.

«Nous sommes mobilisés pour soutenir cette industrie si importante pour Montréal», a-t-elle indiqué.

Chrtisian Dubé appelle à la prudence 

«Tous les maires de la province, qui seront en élections cette année, préféreraient serrer des mains sur des terrasses plutôt que dans des endroits fermés. Je comprends leur souhait», a rétorqué M. Dubé, soulignant qu’il faudra être prudent avant de lancer des dates pour certaines mesures.

«Mme Plante n’est pas la seule qui demande ces choses, et nous comprenons la demande. Je partage l’urgence d’avoir un plan, mais comme le premier ministre l’a dit ce matin, on travaille dessus, et le plus tôt qu’on pourra donner des indications, nous le ferons», a ajouté M. Dubé, lors d’un point de presse.

Dans la foulée, Valérie Plante a soutenu qu’il est nécessaire de donner de la «prévisibilité» aux restaurateurs, dans le respect des décisions de la santé publique. «Je ne vais ni me croiser les bras ni rester tranquille face à la détresse de ces derniers», a-t-elle dit sur Twitter.

Besoin de «prévisibilité» 

Dans la foulée, Valérie Plante a soutenu qu’il est nécessaire de donner de la «prévisibilité» aux restaurateurs, dans le respect des décisions de la santé publique. «Je ne vais ni me croiser les bras ni rester tranquille face à la détresse de ces derniers», a-t-elle dit sur Twitter.

Concernant le petit accrochage avec le ministre de la Santé, Mme Plante a déclaré en entrevue à TVA Nouvelles, en début de soirée, «qu’elle ne le prenait pas mal».

«J’ai écrit à M. Dubé cet après-midi et il n’y a pas de chicane! Ce que je comprends, c’est que M. Dubé veut s’assurer que les règles sanitaires vont être respectées pour que justement, on passe à travers la COVID. Cet objectif-là,moi aussi je le partage», a-t-elle assuré.

La mairesse devrait également faire l'annonce, vendredi, de nouvelles mesures d'aide pour les bars et les restaurants de la métropole.

À quand les premiers partys?   

François Legault a pour sa part indiqué jeudi matin qu'il espère annoncer d’ici quelques semaines à quel moment il sera possible d’organiser «des partys». Le premier ministre souhaite s'inspirer du plan de déconfinement de la Saskatchewan. 

«Lundi soir, j’ai envoyé le plan de Scott Moe (le premier ministre saskatchewanais) à Christian Dubé (le ministre de la Santé du Québec) et je lui ai dit: "je veux la même chose"», a-t-il précisé. 

Le plan de la province de l'Ouest canadien associe des cibles de vaccination à des assouplissements. Par exemple, on prévoit y autoriser des rassemblements jusqu’à 10 personnes à l’intérieur et la réouverture des restaurants trois semaines après qu’une première dose de vaccin ait été administrée à au moins 70 % des 40 ans et plus.

Qu'est-ce qui nous attend en juin, en juillet et en août?  

L’approche du Québec pourrait toutefois être différente, précise François Legault, puisque la santé publique suggère de prendre aussi en compte l’état de la contagion dans les différentes régions.

Il espère pouvoir donner une bonne idée à la population de «qu’est-ce qui s’en vient en juin, en juillet, en août; quand est-ce qu’on va pouvoir retourner à une vie normale?»«Il y a des gens qui me disent: "si on est quatre familles et qu’on est tous vaccinés, quand est-ce qu’on va pouvoir faire un party chez nous?" Il faut que ce soit dans le plan, il faut qu’on aille jusque-là», a-t-il précisé.