Un Canadien expulsé de Bali pour un cours de yoga tantrique promettant l’orgasme | 24 heures
/pop

Un Canadien expulsé de Bali pour un cours de yoga tantrique promettant l’orgasme

Image principale de l'article Expulsé pour un cours de yoga promettant l’orgasme
AFP

Un Canadien a été expulsé de Bali pour avoir proposé un cours de yoga tantrique promettant l’orgasme, ce que les autorités indonésiennes ont considéré comme contraire aux valeurs et aux traditions locales.

Christopher Kyle Martin a été expulsé d’Indonésie dimanche pour avoir fait la promotion en ligne d’un cours de yoga tantrique avec la promesse d’atteindre l’«orgasme de l’ensemble du corps» au tarif d'environ 30$. Son annonce est devenue virale et a déclenché la colère de plusieurs groupes conservateurs.

«Cette activité peut potentiellement porter atteinte à la réputation de l’Indonésie et de Bali en tant que destination touristique et ne respecte pas les coutumes balinaises», a souligné dimanche le gouverneur de l’île I Wayan Koster au cours d’un briefing aux côtés du Canadien qui était encadré par des officiers de l’immigration.

«Si vous voulez revenir, vous devez respecter les coutumes balinaises», lui a intimé le gouverneur.

Les services de l’immigration de Bali ont confirmé que Christopher Kyle Martin, qui était arrivé en avril en Indonésie avec un visa touristique, avait été expulsé pour avoir porté atteinte à la culture et aux traditions balinaises.

Le Canadien a tenté de faire valoir, sans succès, que son cours ne prévoyait aucune activité sexuelle, mais était basé sur des techniques de respiration.

Le cours a été annulé après un concert de protestations.

L’île de Bali, où la population est en majorité hindouiste, a expulsé des dizaines d’étrangers ces derniers mois pour leur comportement inapproprié dans des sites sacrés ou, le plus souvent, pour avoir ignoré les restrictions imposées pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

L’an dernier un yogi syrien a été expulsé pour avoir organisé un rassemblement avec des dizaines d’amateurs étrangers de yoga en dépit des restrictions sanitaires.

À lire aussi

Et encore plus