La Côte-Nord s'attend à recevoir une marée d'amateurs de plein air et d'adeptes de van life cet été | 24 heures
/panorama

La Côte-Nord s'attend à recevoir une marée d'amateurs de plein air et d'adeptes de van life cet été

Image principale de l'article La Côte-Nord prête à recevoir bien des touristes
Photomontage Julie Verville

Les vacances se passeront encore au Québec cet été pour la majorité d'entre nous. Après la Gaspésie l’an dernier on s’est demandé quelle région serait prise d’assaut par les touristes en 2021; la Côte-Nord semble une bonne candidate. 

• À lire aussi: Voici comment ne PAS être un vacancier problématique quand on loue un chalet

• À lire aussi: Voici les festivals où vous pourrez aller en personne cet été

• À lire aussi: Envie de camper cet été? Courez pour vous procurer vos équipements de plein air avant qu’il n’en reste plus

C'est difficile pour la Côte-Nord de prévoir combien de touristes la visiteront cet été, entre autres parce qu'ils sont nombreux à la visiter en mode road trip en van, sans réserver d'hébergement.  

Mais la région assure qu'elle sera plus prête que l'an dernier : un peu comme la Gaspésie, elle avait été surprise de l'afflux de visiteurs. Le secteur de Duplessis, qui s'étend de Sept-îles à Blanc-Sablon, est un des seuls coins du Québec à avoir enregistré une hausse de ses hébergements en 2020 en comparaison à 2019, déjà une grosse année pour le tourisme dans la Belle Province.

Et la région s’attend à recevoir encore plus de visiteurs cette année. «Juillet-août ça va être énorme sur la Côte-Nord», estime Paul Lavoie, directeur général de Tourisme Côte-Nord. 

Photo Courtoisie, Tourisme Côte-Nord

Heureusement, la première vague de tourisme local, en 2020, a fait passer les deux régions touristiques de la Côte-Nord (Manicouagan et Duplessis) en opération séduction. «Il y a beaucoup de nouveaux campings qui se sont créés au cours de l’année», rapporte Paul Lavoie. 

Il le fallait, parce que contrairement à certaines régions comme la Gaspésie ou le Saguenay-Lac-St-Jean, où l’industrie était structurée depuis longtemps, la Côte-Nord avait un coup de barre à donner pour se préparer à un deuxième été pandémique.  

• À lire aussi: Pourquoi les White Claw et autres seltzers pognent autant? On décortique le phénomène

Road trip sur la 138  

On fait quoi, sur la Côte-Nord? On profite de la nature et on fait de la route, principalement. Les amateurs de camping sauvage et de vie en van se sont lancés sur la route 138 en 2020. Comme en Gaspésie, certains coins de pays de la Côte-Nord, notamment les dunes de Tadoussac, ont souffert d’infrastructures insuffisantes.  

• À lire aussi: Voici comment les youtubeurs voyage québécois se réinventent

«On a l’expérience de 2020. On a fait une communication avec toutes les municipalités de la Côte-Nord pour qu’on se prépare à plus», assure Paul Lavoie. 

La Côte-Nord connait un éveil depuis 2019, selon lui. «Avant, on pouvait se permettre d’avoir quelques personnes en camping sauvage, mais avec l’achalandage qui augmente il faut préserver nos écosystèmes et la quiétude de la population locale», explique-t-il.  

Shutterstock

Paysages époustouflants  

Les paysages époustouflants ne manquent pas dans la région. «Les gens sont attirés par le côté "diamant brut" de la Côte-Nord, je pense, à l’espèce d’authenticité qu’il y a ici parce que c’est un coin où le tourisme est très peu développé», remarque Paul Lavoie, qui offre lui-même un service de kayak aux visiteurs.  

Photo Tourisme Côte-Nord, Mathieu Dupuis

C’est le genre de cachet qu’il faudra préserver, selon Marc-Antoine Vachon, professeur titulaire de la chaire de tourisme Transat à l’ESG UQAM. Il met en garde le secteur touristique pour la prochaine année : «C’est le temps de se faire beau pour les régions, affirme-t-il, parce qu’il y a des gens qui voyagent au Québec faute d’alternative».  

Quand les voyages internationaux vont être possibles, les gens qui ont eu un coup de cœur vont rester, mais la concurrence internationale va enlever une part de marché aux régions, selon Marc-André Vachon.  

C’est donc l’année de tous les défis, puisque selon une étude menée par la chaire en tourisme de l’UQAM, «près de 80% des gens qui ont voyagé au Québec l’été dernier comptent voyager davantage au Québec cette année», raconte le professeur de marketing.  

À ce sujet, Paul Lavoie est optimiste. «On a un désir de structuration autour du tourisme qu’on n’avait pas eu avant. Je pressens de belles années touristiques pour la Côte-Nord», assure-t-il. 

• À lire aussi: Les voyages ne se feront plus sur des coups de tête, il faut apprendre à planifier

Des vidéos qui pourraient vous intéresser  

s

s

s

À lire aussi

Et encore plus