Bonne nouvelle pour la planète: des «hôtels» pour sauver les abeilles aux Pays-Bas | 24 heures
/environment

Bonne nouvelle pour la planète: des «hôtels» pour sauver les abeilles aux Pays-Bas

Des hôtels pour abeilles sont installés un peu partout aux Pays-Bas afin d'aider à leur survie, autant en zone urbaine qu'agricole.
Photo tirée de Facebook, De Nationale Bijentelling

Des hôtels pour abeilles sont installés un peu partout aux Pays-Bas afin d'aider à leur survie, autant en zone urbaine qu'agricole.

Les changements climatiques et les pesticides ont grandement nui à la population d’abeilles à travers le monde, mais les Pays-Bas ont peut-être trouvé une solution pour mettre fin au déclin, rapporte The Guardian.

• À lire aussi: Voici pourquoi vous ne devriez pas tondre votre gazon au mois de mai

• À lire aussi: Un mouvement suggère ne pas tondre les pelouses en mai et les gens semblent aimer l’idée

Moins de fleurs, moins d'abeilles  

AFP

Jusqu’à il y a 50 ans, les régions agricoles des Pays-Bas regorgeaient de fleurs sauvages favorables à la prolifération des abeilles, mais l’expansion de l’agriculture n’a laissé aucune place à la nature, selon le quotidien britannique.  

Sans fleurs sauvages, le nombre d’abeilles sauvages a commencé à diminuer et le phénomène a été aggravé par l’utilisation de pesticides nocifs dans l’agriculture.

La situation des abeilles, qui sont en danger à l’échelle planétaire, préoccupe beaucoup d’experts en raison de leur rôle primordial dans la pollinisation des plants desquels proviennent plusieurs de nos aliments. 

La pollinisation faite notamment par les abeilles est indispensable à la survie des plantes à fleurs. D'autres éléments de la nature contribuent à disperser le pollen: le vent, de nombreux insectes, d'oiseaux et de petits mammifères.

Selon Culture ta ville, environ 80% des végétaux à fleurs sont butinés par les abeilles et le tiers de nos ressources alimentaires dépendent directement de la pollinisation faite par celles-ci.

• À lire aussi: Bonne nouvelle pour la planète: ce catamaran pourra enlever le plastique des plans d’eau

Des petites villes pour abeilles  

Des toits verts sont installés sur les abris-bus dans certaines villes des Pays-Bas pour favoriser la prolifération des abeilles.

Photo tirée d'Instagram, @steffkarsten

Des toits verts sont installés sur les abris-bus dans certaines villes des Pays-Bas pour favoriser la prolifération des abeilles.

Comment les autorités néerlandaises ont-elles renversé la situation? Une partie du crédit revient à sa stratégie nationale des pollinisateurs qui comprend la création de sites respectueux des abeilles dans les zones urbaines et agricoles pour stabiliser la population.  

Celles-ci comprennent des «hôtels à abeilles», des sites de nidification créés par l’homme qui donnent aux abeilles un espace pour se reposer et se nourrir. On retrouve également des «arrêts d’abeilles», des abribus adaptés aux abeilles dont les toits sont recouverts de plantes indigènes. Enfin, on compte aussi les «autoroutes du miel», des bandes de plantes à fleurs favorables aux pollinisateurs le long des routes et des voies rapides.

Recensement encourageant  

AFP

Depuis 2018, les Pays-Bas ont mis en place une série de mesures pour venir en aide aux abeilles. Lors du mois d’avril, leur quatrième recensement national a donné lieu à des résultats encourageants pour ces insectes pollinisateurs.  

Le nombre d’abeilles est resté stable dans les zones urbaines du pays, contrant ainsi la tendance au déclin affectant de nombreux autres pays.  

• À lire aussi: Bonne nouvelle pour la planète: une coalition achète la forêt tropicale du Belize pour la préserver

Pas moins de 11 000 volontaires ont dénombré les abeilles venues visiter leurs jardins lors d’une journée d’avril.

En plus du recensement, diverses études semblent indiquer que les efforts fonctionnent. Un rapport a révélé une augmentation de 45% du nombre d’espèces d’abeilles solitaires à Amsterdam entre 2000 et 2015.  

«Le gouvernement néerlandais vise à construire des centaines de milliers de nouvelles maisons dans les années à venir», a déclaré l’entomologiste Vincent Kalkman au Guardian. «Nous devons donc réfléchir aux moyens de préserver la nature aux côtés du nombre croissant de villes.» 

Sur le même sujet