Joyce Echaquan: «Je suis désolée, j’ai été tellement méchante», témoigne l'infirmière congédiée | 24 heures
/bref

Joyce Echaquan: «Je suis désolée, j’ai été tellement méchante», témoigne l'infirmière congédiée

Image principale de l'article «J'ai été tellement méchante», dit l'infirmière
Photo Agence QMI, Mario Durieux
  • L'infirmière congédiée pour avoir insulté Joyce Echaquan peu avant sa mort au Centre hospitalier régional De Lanaudière a demandé pardon aux proches.
  • Joyce Equaquan est décédée le 28 septembre 2020, peu de temps après avoir filmé les propos de l’infirmière.
  • L'infirmière soutient que c’est la première fois qu’elle se fâchait contre un patient, attribuant son comportement à la fatigue et à une surcharge de travail.

L'infirmière congédiée pour avoir insulté Joyce Echaquan peu avant sa mort au Centre hospitalier régional De Lanaudière, près de Joliette, a demandé pardon aux proches de la femme de la communauté atikamekw de Manaman, jeudi matin, lors de l’enquête publique.

Elle a pleuré à plusieurs reprises au cours de son témoignage, qui se déroulait au palais de justice de Trois-Rivières.

«Je vous demande pardon pour ce que j’ai dit. Je n’en avais pas contre elle. Je sais toute la peine que je vous ai faite. Je suis désolée, j’ai été tellement méchante», a-t-elle dit relativement à Joyce Ecuaquan, qui est décédée le 28 septembre 2020, à l’âge de 37 ans, peu de temps après avoir filmé les propos de l’infirmière et d’une autre employée qui s’adressaient à elle dans des termes peu élogieux.

L’infirmière qui comptait 33 ans d’expérience au moment des faits regrette ses propos, mais elle assure assumer ce qu’elle a dit. La dame soutient que c’est la première fois qu’elle se fâchait contre un patient. Elle attribue son comportement à la fatigue et à une surcharge de travail.

Cet argument n'a toutefois pas convaincu l’avocat de la famille Echaquan, Patrick Martin-Ménard.

«Certainement qu’il y a un contexte de surcharge de travail, mais ça n’excuse pas de traiter une partie de cette façon, a-t-il dit à la caméra de TVA Nouvelles. Il n’y a rien qui excuse ça. Malheureusement, selon l’information que nous avons, ce n’est pas un cas isolé contrairement à ce qu’on a pu nous laisser croire.»

- D'après les informations de Charel Traversy

À lire aussi

Et encore plus