Voici l'Esteban 10, la première voiture solaire biplace conçue par une université québécoise | 24 heures
/environment

Voici l'Esteban 10, la première voiture solaire biplace conçue par une université québécoise

Image principale de l'article Une 1re voiture solaire biplace conçue à Montréal
Photo Courtoisie Polytechnique Montréal

De jeunes ingénieurs de Polytechnique Montréal repoussent les limites du monde automobile avec l'Esteban 10, un véhicule de course biplace propulsé par l'énergie solaire.

• À lire aussi: Le Québec n’a pas le choix de se tourner vers l’énergie solaire

Bien qu'il ne s'agisse pas de la première voiture Esteban construite par des étudiants montréalais, cette nouvelle mouture du bolide de course, présenté jeudi soir sur YouTube, n'a rien à voir avec les anciennes versions. Dorénavant, deux personnes peuvent s’asseoir dans l’habitacle, ce qui en fait la première voiture solaire biplace conçue par une université québécoise. 

C'est en 2018 que les membres d’Esteban ont pris la décision de changer l’orientation du projet et d’opter pour la conception d’un modèle à deux places. 

«Le modèle une place était vraiment centré sur les performances de la voiture», explique la codirectrice du projet, Annabelle Auger, âgée de 23 ans. «Maintenant, on mise plus sur le côté pratique du véhicule. On a ajouté beaucoup d’éléments qui étaient absents auparavant, comme une radio et un Bluetooth.»

En trois ans, c'est environ 250 000$ qui ont été investis pour la fabrication du véhicule et la participation à des compétitions. 

Jusqu’à 600 km d’autonomie  

Photo courtoisie Polytechnique Montréal

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, une voiture solaire fonctionne de façon assez similaire à un véhicule électrique. 

«Comme pour le modèle électrique, Esteban 10 vient avec une batterie qui doit être rechargée», précise le directeur mécanique de 21 ans, Étienne Bédard. «Mais la grosse différence, c’est les panneaux solaires qui permettent de recharger la batterie en roulant.»

Et pas besoin d’un ciel ensoleillé en permanence pour rouler à bord de la voiture. Elle peut rouler pendant 400 km sans que la batterie soit rechargée. Lorsque le soleil brille, l'autonomie de la batterie peut même atteindre 600 km. 

Esteban 10 peut atteindre une vitesse maximale de 115 km/h. Annabelle Auger rappelle toutefois que l’objectif principal de leur prototype n'est pas la performance, mais bien la distance parcourue. 

Passion voitures et énergies renouvelables  

Photo Courtoisie Polytechnique Montréal

Si les conditions sanitaires le permettent, Esteban 10 ira représenter le Québec à la mythique American Solar Challenge, une course de 2900 km à travers les États-Unis, qui aura lieu du 27 juillet au 7 août.

La voiture québécoise tentera de se démarquer dans une nouvelle catégorie, celle des véhicules multiplaces. Cette catégorie vise à récompenser l'aspect pratique des véhicules. «Les compétitions accordent des points pour les équipes qui intègrent des fonctions qui ressemblent davantage à des véhicules conventionnels», mentionne Annabelle Auger. 

Des véhicules solaires sur nos routes?    

Est-ce qu'on peut s’attendre à voir ce type de véhicule sur nos routes bientôt? «La technologie n’est pas encore 100% là», admet l’étudiante en génie industriel. «Mais on pourrait penser à inclure [dans des voitures] quelques accessoires qui fonctionnent avec les panneaux solaires, comme la radio.»

Le projet Esteban permet d'ailleurs de promouvoir les énergies renouvelables, comme le solaire, auprès des Québécois.

«C’est par passion pour l’automobile et les énergies renouvelables que nous participons à ce projet», s’exclame Étienne Bédard, étudiant de troisième année en génie mécanique. 

Si la situation sanitaire empêche les membres du projet Esteban de traverser la frontière, ces derniers pourraient organiser à la place un rallye à travers le Québec pour présenter leur voiture et sensibiliser les Québécois aux énergies renouvelables.

À lire aussi

Et encore plus