Le gazon «parfait» n'est pas celui que l'on imagine | 24 heures
/environment

Le gazon «parfait» n'est pas celui que l'on imagine

s

BILLET - Tondre son gazon chaque semaine semble être devenu un geste si naturel que l’on doit s’y prendre à plusieurs reprises avant de déconstruire cette norme sociale.

• À lire aussi: Voici pourquoi vous ne devriez pas tondre votre gazon au mois de mai

Il faut pourtant la déconstruire, car, pour l’environnement, le gazon «parfait» n’est certainement pas celui que l’on a en tête. En termes de contribution à la biodiversité, une pelouse tondue très court est synonyme de pauvreté. Selon une étude menée au Royaume-Uni, tondre moins souvent permettrait aux plantes de fleurir et de créer suffisamment de nectar pour alimenter 10 fois plus de pollinisateurs, qui sortent de leur hibernation au mois de mai et qui cherchent de quoi se nourrir.

Un outil contre la crise climatique     

En plus de servir de cantine à nos pollinisateurs indispensables, un gazon plus long dissipe davantage la chaleur. Une étude menée en 2018 à l’échelle de la Communauté métropolitaine de Montréal a montré que des espaces moins entretenus permettent de lutter contre les îlots de chaleur urbains. Des caméras thermiques ont mesuré une différence de température ressentie: il fait en moyenne 5 °C plus chaud dans les gazons bien tondus, jusqu’à un maximum de 20 °C. Dans la perspective d’étés qui seront de plus en plus chauds, on a là un outil simple et efficace pour rafraîchir la température ambiante. Surtout lorsqu’on sait que le gazon représente 18% du territoire du Grand Montréal.

Mettre sa tondeuse au repos     

Pour les propriétaires de terrains gazonnés, il existe plusieurs solutions pour lutter conjointement contre la crise de la biodiversité et la crise climatique: attendre le plus longtemps possible avant de tondre au printemps, tondre moins souvent (une fréquence de une fois par mois est recommandée) et plus lentement. On peut aussi tondre par rotation afin de laisser des coins complètement sauvages sur son terrain, ou même complètement arrêter de tondre et planter des arbustes et des fleurs!

Il y a de ces rares actions bonnes pour l’environnement pour lesquelles la solution est finalement de ne rien faire... autant en profiter!

D'autres vidéos qui pourraient vous intéresser 

Imagine si... on arrêtait de gaspiller de la nourriture

s

 

Il est ramasseur de canettes depuis 33 ans

s

Un boum de cultivateurs de champignons au Québec

s

À lire aussi

Et encore plus