Marjorie Taylor Greene, une élue controversée, compare le vaccin anti-COVID à l’étoile jaune | 24 heures
/bref

Marjorie Taylor Greene, une élue controversée, compare le vaccin anti-COVID à l’étoile jaune

Image principale de l'article Une élue compare le vaccin à l’étoile jaune
AFP
  • Une élue trumpiste est au coeur d’une nouvelle polémique après avoir comparé le passeport vaccinal à l’étoile jaune, symbole de la stigmatisation des juifs par les nazis
  • Le chef des républicains à la Chambre a publié un communiqué d’une rare sévérité envers Marjorie Taylor Greene.
  • L'élue avait été sanctionnée en février pour des propos controversés, notamment son soutien passé à QAnon et ses déclarations semblant appeler à l’exécution de dirigeants démocrates.

Une élue trumpiste du Congrès américain était mardi au coeur d’une nouvelle polémique après avoir comparé le passeport vaccinal contre la COVID-19 à l’étoile jaune, symbole de la stigmatisation des juifs par les nazis, ce qui lui a valu une dure, et rare, réprimande de son parti. 

«Les employés vaccinés obtiennent un logo de vaccination comme les nazis forçaient les personnes juives à porter une étoile jaune», a tweeté Marjorie Taylor Greene, en citant un article qui parlait d’un supermarché où des logos montreront que des employés sont vaccinés contre la COVID-19, pour qui le masque n’est plus obligatoire depuis cette semaine.

«Les passeports vaccinaux et l’obligation de porter des masques créent des discriminations contre les personnes non-vaccinés qui font confiance à leur système immunitaire face à un virus auquel on a 99% de chances de survivre», a poursuivi l’élue de la Chambre des représentants, à propos de la COVID-19 qui a fait plus de 590 000 morts aux États-Unis.

Face à l’indignation rapidement exprimée par certains journalistes mardi, dont une petite fille de survivants de l’Holocauste, Marjorie Taylor Greene a insisté.

«Je ne l’ai jamais comparé à l’holocauste, juste à la discrimination contre les juifs dans les premières années des nazis», a-t-elle tweeté.

«Arrêtez de déformer mes propos », a-t-elle lancé à un autre, Jake Sherman de Punchbowl News, qui avait écrit: «Je ne veux pas donner de l’écho à ces actes imbéciles mais en tant que juif, je me sens obligé de souligner à quel point c’est répugnant. Les nazis ont assassiné six millions de juifs.»

Alors que la polémique s’emballait, le chef des républicains à la Chambre, Kevin McCarthy, a publié un communiqué d’une rare sévérité envers cette élue qui fait souvent polémique.

«Marjorie a tort et sa décision intentionnelle de comparer les horreurs de l’holocauste au port du masque est déplorable. L’holocauste est la plus grande atrocité perpétrée dans l’Histoire. Le fait qu’on doive le déclarer encore aujourd’hui est profondément préoccupant», a-t-il écrit.

Sanctionnée en février pour des propos controversés, notamment son soutien passé aux thèses de la mouvance complotiste QAnon et ses déclarations semblant appeler à l’exécution de dirigeants démocrates, Marjorie Taylor Greene n’est pas la première à invoquer le nazisme pour parler de la pandémie.

Autour du globe, la sphère complotiste cherche à établir un parallèle entre les crimes nazis et les restrictions gouvernementales ou la campagne de vaccination pour dénoncer une «dictature sanitaire».

À lire aussi

Et encore plus