«Text-to-speech»: une Canadienne poursuit TikTok pour avoir utilisé sa voix sans permission | 24 heures
/bref

«Text-to-speech»: une Canadienne poursuit TikTok pour avoir utilisé sa voix sans permission

Si vous utilisez TikTok, vous avez sûrement déjà entendu la voix féminine (et un brin robotique et monotone) qui transcrit du texte en parole dans des vidéos. Eh bien, vous pourriez bientôt ne plus l'entendre. La Canadienne dont c'est la voix poursuit le réseau social et sa société mère, ByteDance, qui ne lui aurait pas demandé son autorisation pour lui faire dire tout et n'importe quoi.

• À lire aussi: On a jasé de danse avec tWitch, star de TikTok

• À lire aussi: Petit guide de survie pour une bonne expérience sur Twitch

Beverly Standing, qui réside en Ontario, affirme en effet être la «voix de TikTok». C'est en novembre 2020 qu'elle aurait appris que sa voix était utilisée pour la fonctionnalité «Text-to-speech», qui transcrit un texte en paroles.  

La poursuite indique que TikTok a utilisé sa voix pour répéter du langage «offensant et grossier», ce qui pourrait lui causer un «préjudice irréparable». En entrevue à Insider, la spécialiste en doublage a dit craindre de perdre des contrats, puisque des gens associent dorénavant sa voix à TikTok. 

Selon le site The Verge, l'Ontarienne avait signé un contrat en 2018 avec l’Institut de l’acoustique (IOA). Les enregistrements de sa voix devaient toutefois être utilisés seulement pour la traduction de textes chinois. On ne sait pas comment ByteDance a pu mettre la main sur la voix de Beverly Standing. 

Depuis quelques jours, une nouvelle voix a fait son apparition. Bien que plus énergétique et enjouée, elle ne semble pas faire l’unanimité auprès des utilisateurs. Certains l'ont même ridiculisée dans des vidéos. 

Il ne reste plus qu'à voir si cette nouvelle voix saura s'imposer auprès des usagers TikTok. 

À lire aussi

Et encore plus