L’inacceptable casquette-poutine des Blue Jays n’est déjà plus en vente | 24 heures
/misc

L’inacceptable casquette-poutine des Blue Jays n’est déjà plus en vente

Image principale de l'article L'inacceptable casquette-poutine n’est plus vendue

Les Blue Jays de Toronto ont tenté, sans succès, de voler la poutine aux Québécois.

Ce mardi, nous faisions état d’un phénomène d’appropriation culturelle scandaleux: les Blue Jays de Toronto vendaient une casquette sur laquelle figurait «le plat emblématique local» de la Ville-Reine: la poutine.

• À lire aussi: Il y a une poutine sur cette casquette des Blue Jays de Toronto et c’est inacceptable

Évidemment, cet odieux cambriolage identitaire d’ampleur nationale a suscité de vifs remous sur la toile, où au moins 5 ou 6 personnes se sont insurgées, nous les premiers.

Image New Era


Eh bien, il semblerait que les dieux des chapeaux nous aient entendu car aujourd’hui, la casquette de la honte ne se trouve plus sur le web.

Quand on clique sur le lien vers sa page de vente chez le fabricant New Era, on arrive un peu nulle part.

• À lire aussi: Selon un article de la BBC, la poutine est seulement québécoise et non canadienne

Par contre, soyons francs, c’est toute la collection dont le couvre-chef problématique faisait partie qui a disparu.

En effet, ce sont toutes les casquettes «Local Market 59FIFTY Fitted» de toutes les équipes qui ne sont plus sur le site de New Era.

A-t-on jeté le bébé avec l’eau du bain ou le bain avec le bébé dedans? 

• À lire aussi: On se demande si ces aliments sont meilleurs si on ajoute du fromage en grains

Nul ne le sait, mais pour l’instant, l’important est de savoir que l’immonde casquette à l’effigie de «poutine, fierté municipale du 416», ne couvrira qu’un minimum de chefs.

Et c’est très bien ainsi.

[MISE À JOUR: Quelle ne fut pas notre déception de constater que les Raptors de Toronto ont eux aussi eu, l'an dernier, une abjecte casquette-poutine. On ne peut rien faire pour celle-là...]

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus