REM au centre-ville: «Ça va être beau!» assure François Legault | 24 heures
/bref

REM au centre-ville: «Ça va être beau!» assure François Legault

Image principale de l'article «Ça va être beau!» lance Legault

«Ça va être beau!» François Legault rassure les Montréalais: les pylônes de béton de la première phase du Réseau express métropolitain (REM) ne poursuivront pas leur route jusqu'au centre-ville. Et l'architecture du tronçon aérien du «REM de l'Est» ne défigurera pas le secteur, a-t-il signifié jeudi.

«Effectivement, va falloir que ça soit beau, a insisté le premier ministre. Je fais confiance aux architectes, là.»

«J'ai vu des dessins, que la Caisse [de dépôt et placement du Québec] m'a montrés. Moi, je pense que ça peut être beau... Ça va être beau!» a-t-il ajouté. 

Photo courtoisie, CDPQ Infra

L'organisme responsable de mener à terme le projet de transport collectif, la CDPQ Infra, présentait mercredi ses plus récents plans pour le prolongement du REM au centre-ville. Critiqué de toutes parts depuis le début de l'année pour son choix de tracé aérien, le consortium a évoqué des inspirations architecturales en provenance des Pays-Bas, de France et des États-Unis.

Rennes, France

Courtoisie, CDPQ Infra

Rennes, France

Presque tous les exemples fournis par la Caisse incluent des structures de métal pour embellir le rail surélevé. C'est le cas du train de La Haye, aux Pays-Bas, ou de Chicago, chez nos voisins du Sud. 

«Quand on regarde le REM dans l'ouest de l'île – quand je vais chez ma mère, dans Sainte-Anne-de-Bellevue, je vois ça –, je n'imaginerais pas quelque chose comme ça au centre-ville», a dit François Legault, jeudi.

Chicago, Illinois

Courtoisie, CPDQ Infra

Chicago, Illinois

La Haye, Pays-Bas

Courtoisie, CPDQ Infra

La Haye, Pays-Bas

«Une cicatrice»?  

En février, Le Journal révélait qu'une poignée de firmes architecturales avaient quitté le navire du REM. À leurs yeux, le prolongement de cinq stations du nord au sud risquait de faire mal au cachet architectural du secteur. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a elle aussi alerté la Caisse: attention de ne pas créer «une cicatrice» sur le territoire montréalais.

• À lire aussi: REM de l'Est: «Il ne faut pas créer une cicatrice [au centre-ville]» – Valérie Plante

CDPQ Infra continue d'affirmer qu'il est impossible de procéder autrement qu'en hauteur. L'organisme a tout de même lancé un comité au début du mois, afin que des experts indépendants se penchent sur l'intégration de la structure au paysage montréalais.

Le tronçon du centre-ville devrait être achevé entre 2023 et 2024.

À lire aussi

Et encore plus