Vacccicn d’AstraZeneca: Québec donnera la deuxième dose plus vite que prévu | 24 heures
/bref

Vacccicn d’AstraZeneca: Québec donnera la deuxième dose plus vite que prévu

Image principale de l'article Québec donnera la 2e dose plus vite que prévu
AFP
  • L’administration de la deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca pourra se faire après huit semaines, plutôt que 12.
  • La deuxième dose pourra être administrée à partir de samedi dans des cliniques sans rendez-vous.
  • Le vaccin d’AstraZeneca demeure recommandé aux personnes de 45 ans et plus qui l’ont reçu comme première dose.

L’intervalle initialement recommandé de 12 semaines pour administrer la deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca a été abaissé jeudi à huit semaines par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

«La décision de devancer la deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca s’appuie sur une précision apportée par le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ)», a précisé Québec dans un communiqué.

Avant d’administrer une seconde dose de ce vaccin, il faut attendre un minimum de quatre semaines, selon l’autorisation de mise en marché du vaccin. L’intervalle initialement recommandé de 12 semaines s’appuyait sur une étude clinique dont l’échantillon était limité, a expliqué le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Bien que son efficacité demeure plus élevée avec un intervalle de plus de 12 semaines entre les deux doses, le CIQ recommande un intervalle de huit semaines. La protection est ainsi supérieure à celle fournie par l’intervalle minimal de quatre semaines.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) abonde dans le même sens et suggère un intervalle allongé d’au moins huit semaines.

Sans rendez-vous

La deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca pourra être administrée à partir de samedi dans des cliniques sans rendez-vous.

Le vaccin d’AstraZeneca demeure recommandé aux personnes de 45 ans et plus qui l’ont reçu comme première dose. «Ce vaccin est sécuritaire et a démontré sa grande efficacité pour prévenir la maladie, les hospitalisations et les décès», a indiqué le ministère.

Le risque de développer une thrombose avec thrombocytopénie (TIPIV) est plus faible lors de la seconde dose que lors de la première, soit de l’ordre d’un cas sur 600 000. Si, toutefois, un patient souhaitait recevoir un autre vaccin pour sa deuxième dose, le rendez-vous prévu (112 jours après la première dose) sera maintenu.

Or, le risque de ressentir des effets secondaires est plus important avec cette stratégie de vaccination. Dans les jours qui suivent la seconde dose, le patient a plus de chance de ressentir de la fièvre, des maux de tête et de la fatigue, selon les données des études récemment publiées.

À lire aussi

Et encore plus