Projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel: un autre «GNL Québec» inquiète | 24 heures
/environment

Projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel: un autre «GNL Québec» inquiète

Image principale de l'article Un autre «GNL Québec» inquiète
Photo Facebook, Pieridae Energy

Un autre projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel, semblable à celui de GNL Québec, est en train de s’orchestrer, cette fois-ci en Nouvelle-Écosse, avec un gazoduc qui devra traverser le Québec depuis l’Alberta.

Située à Goldboro, en Nouvelle-Écosse, cette usine de la compagnie Pieridae Energy liquéfierait 9,6 millions de tonnes de gaz naturel par année. 

Selon Greenpeace, ce projet est très semblable à celui d’Énergie Saguenay, initié par GNL Québec, vivement décrié par les groupes environnementaux et fustigé dans un rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). 

• À lire aussi: Il y a maintenant des porte-paroles en environnement dans tous les domaines

«Énergie Saguenay, c'est 11 millions de tonnes [de gaz naturel liquéfié]. C'est des projets de même ordre de grandeur», souligne le porte-parole de l’organisation, Patrick Bonin. 

En se basant sur le rapport du BAPE sur GNL Québec, Greenpeace estime qu’environ 40 millions de tonnes de gaz à effet de serre seraient émises par le projet de Goldboro, dont au moins 10 millions au Canada. 

«Ce projet-là irait complètement à l'encontre des objectifs de réduction de gaz à effet de serre du Canada», dénonce-t-il. 

Photo Facebook, Pieridae Energy

Un gazoduc qui traverse le Québec   

Selon toute vraisemblance, Pieridae Energy emprunterait le gazoduc de TC énergie, Trans-Québec et Maritimes (TQM) pour transporter le gaz extrait en Alberta jusqu’en Nouvelle-Écosse.  

Celui-ci traverse plusieurs villes québécoises de l’Estrie dont Bromont, Granby, Magog et Coaticook.  

«Ils veulent passer 800 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour, il en passe déjà 300 millions environ et la capacité maximale du pipeline est à 350, donc pour atteindre le 800, c'est 2 ou 3 fois plus gros, au minimum», souligne le co-porte-parole de la coalition Goldboro, parlons-en, Guillaume Loiselle. 

«Donc, ils vont agrandir ou construire un autre pipeline plus gros à côté», conclut-il. 

Pieridae Energy et TC Énergie n’ont pas confirmé ni infirmé cette information et n’ont pas répondu à notre demande de renseignements.  

Rappelons que le Canada s’est doté, en avril dernier, d’une nouvelle cible de réduction des gaz à effet de serre: 40% à 45% d’ici 2030, ce qui correspond à une diminution d’environ 300 millions de tonnes d’équivalent en CO2 par année.  

La réduction des gaz à effet de serre à l’échelle planétaire a pour but de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C pour éviter les impacts les plus dévastateurs des changements climatiques.  

• À lire aussi: Le seuil de +1,5°C risque d’être atteint d’ici 2025, avertit l’ONU

• À lire aussi: Biden double l’objectif américain de réduction des GES et appelle à l’action mondiale

Une pétition s’opposant au financement de Pieridae Energy et à l’agrandissement du gazoduc TQM a été déposée devant l’Assemblée nationale et réunit pour l’instant un peu moins de 500 signatures.  

À lire aussi

Et encore plus