Vous aimeriez assister au match No.6 au Centre Bell? Préparez-vous à débourser BEAUCOUP d'argent! | 24 heures
/portemonnaie

Vous aimeriez assister au match No.6 au Centre Bell? Préparez-vous à débourser BEAUCOUP d'argent!

Image principale de l'article Des billets pour aller voir le Canadien à 12 300$
AFP

Vous ne faites pas partie des 2500 détenteurs de billets de saison qui ont eu l’occasion d’acheter des billets pour le match de samedi soir au Centre Bell? Ne vous en faites pas, il est toujours possible de vous en procurer. 

Les sites de revente comme Ticketmaster et Stubhub pullulent de billets disponibles. Par contre, attendez-vous à devoir offrir un rein ou réhypothéquer votre maison pour avoir le privilège d’assister au premier match disputé au Centre Bell devant des partisans depuis le 10 mars 2020.

Gardez également le numéro de téléphone d’un syndic de faillite tout près. Vous en aurez sûrement besoin. À 11 h, les prix affichés sur le site StubHub oscillaient entre 1668 $ et 5044 $.

Sur Ticketmaster, site sur lequel vous envoie le Canadien de Montréal lorsque vous cliquez sur l’onglet «billets», la fourchette de prix était similaire. Toutefois, la fièvre des séries a fait perdre la tête à quelques revendeurs. On a vu des billets à 7073 $, d’autres à 7995 $ ou 9225 $.

On parle de billets qui à l’origine étaient vendus 150 $, 260 $ ou 330 $. Quelqu’un a même poussé l’audace jusqu’à afficher ses billets à 12 300 $!

Et dans tous les cas, impossible d’acheter un billet à l’unité. Il faut donc, minimalement, doubler la mise. Donc, prévoyez le don de vos deux reins.  

Pourquoi pas les Intervenants de premières lignes ? 

Pour éviter ce type de revente, des artistes ont mis sur pied, au fil des ans, une politique qui retire tous les privilèges à un membre de leur «fans club» qui déciderait de vendre un billet qu’il a eu la chance d’acheter avant tout le monde.

«De notre côté, une fois que les billets sont vendus, on n’a pas de contrôle sur ce que les clients veulent faire avec par la suite», a indiqué Paul Wilson, vice-président, Affaires publiques et communications du Groupe CH.

Une façon de contourner le problème aurait peut-être été d’offrir ces 2500 billets à des travailleurs de première ligne. Même si le Canadien fait déjà sa part en invitant l’un de ces travailleurs et sa famille immédiate à un match local depuis le début du mois d’avril, la symbolique aurait été forte.

«Parmi ces 2500 billets, il y en a un nombre qui ont été réservé pour les travailleurs de premières lignes», a tenu à rassurer Wilson.

Une première au Canada 

Puisqu’il s’agira d’un premier événement public de grande envergure au Canada, tous les regards seront tournés vers le Centre Bell. Par conséquent, le Canadien veut s’assurer de respecter toutes les mesures sanitaires toujours en place.

«On va être scruté à la loupe. Alors, on veut bien faire les choses pour démontrer qu’en respectant les normes et en suivant les protocoles, c’est possible de revenir à la normale, a souligné Wilson. On a toujours eu une super relation avec le gouvernement et la Direction de la santé publique et on veut que ça continue.»

Tout a donc été panifié et rien n’a été laissé au hasard. Ainsi, les 2500 spectateurs seront répartis en 10 zones. Chacune d’elles aura son entrée, sa sortie et sa salle de bain attitrées. Différentes heures d’entrées ont également été prévues pour que les spectateurs d’une même zone ne s’agglutinent pas autour du Centre Bell.

Les partisans devront également remplir une fiche d’autodéclaration de symptômes. Toutefois, ils n’auront pas besoin de montrer une preuve de vaccination.

«On n’est pas rendu là encore», a indiqué Wilson.

À l’intérieur, le port du masque sera obligatoire en tout temps et les concessions seront fermées. Il y aura distribution de bouteilles d’eau auprès des spectateurs.

Par contre, oubliez la p’tite Molson pour célébrer ou passer le temps.

À lire aussi

Et encore plus