Vous n’êtes pas seuls à ne pas préférer l’enseignement à distance, les enseignants aussi | 24 heures
/bref

Vous n’êtes pas seuls à ne pas préférer l’enseignement à distance, les enseignants aussi

L'utilisation des technologies dans l'enseignement à distance n'aura pas engendré les résultats souhaités, loin de là, démontre une récente recherche effectuée auprès des élèves et des enseignants. 

• À lire aussi: Collège Dawson: des étudiants votent pour un boycottage des examens en présentiel

• À lire aussi: Les écoles de New York abolissent les congés «tempête» en faveur de l’enseignement à distance

Dix constats, obtenus à la suite d’une enquête effectuée auprès de 42 membres dans 17 syndicats différents, ont été présentés par la Fédération du personnel de l'enseignement privé (FPEP-CSQ) à la presse dimanche. Parmi les principaux, on dénote une moins bonne rétention des apprentissages par les élèves, une motivation diminuée pour l’apprentissage et une charge de travail augmentée pour les enseignants.


Pour la FPEP-CSQ, il est primordial de privilégier l’enseignement en présentiel et d’éviter l’alternance présence-distance pour les élèves, plus particulièrement ceux des deux premiers cycles du primaire.


Marie-Josée Dallaire, membre du comité exécutif, souhaite qu’on l’utilise uniquement dans des «circonstances exceptionnelles», comme une pandémie.


Mme Dallaire a noté une détresse importante chez les enseignants, pour qui «la fatigue était à un point extrême», dit-elle. Il n’y aurait cependant pas eu de hausses des démissions chez les enseignants, lesquels seraient demeurés en poste en solidarité avec leurs élèves.


«On a vraiment exacerbé les problèmes déjà présents dans notre milieu. Que les gens soient surchargés, qu’on nous en demande trop, c’est une réalité dans le milieu de l’éducation. La pandémie a vraiment mis l’accent sur [ces] problèmes», juge Mme Dallaire.

 

Le syndicat estime, en parallèle, qu’il sera important de continuer à recueillir, dans les prochaines années, des données, pour savoir — et documenter — dans quelles conditions les technologies peuvent avoir un impact positif sur l'engagement et la réussite scolaires des élèves.


Vaccination


Questionnée sur sa relation avec le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, la FPEP-CSQ a manifesté son incompréhension quant à la lenteur de la vaccination pour ses membres et au manque de vérification de la qualité de l’air dans leur milieu. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus