Du jardinage sur son balcon pour la planète | 24 heures
/environment

Du jardinage sur son balcon pour la planète

Louise Foglia et William Des Marais, cofondateurs de l'entreprise Mai
Gabriel Beauchemin/24 heures

Louise Foglia et William Des Marais, cofondateurs de l'entreprise Mai

Vous vivez en appartement, vous auriez envie de vous lancer dans l’agriculture urbaine, mais vous avez l’impression que c’est impossible sur votre petit balcon? Les boîtes prêts-à-jardiner de l’entreprise Mai sont là pour vous.

Cultiver ses premiers plants de légumes ou de fines herbes peut se révéler complexe pour quelqu’un qui n’a jamais mis les mains à la terre. En plus, si on réside au troisième étage d’un immeuble et qu’on ne dispose que d’un petit balcon comme espace extérieur, ça peut rapidement nous sembler impossible. 

Mais l’entreprise Mai, lancée l’année dernière par les Montréalais Louise Foglia et William Des Marais, cherche justement à répondre à ce besoin-là. Les deux acolytes souhaitent outiller tous les futurs passionnés de jardinage, mais aussi apporter leur contribution sur le plan environnemental.

Les prêts-à-jardiner offerts par l'entreprise Mai

Gabriel Beauchemin/24 heures

Les prêts-à-jardiner offerts par l'entreprise Mai

«On s’adresse à des néophytes, donc des gens qui n’ont jamais cultivé, qui n’ont pas nécessairement de potager chez eux ou qui n’ont pas l’espace, explique Louise Foglia. Mais si on a une gang de néophytes en ville qui sont capables de cultiver une petite quantité de tomates, de concombres, de poivrons, de fines herbes durant un été, alors qu’au début ils n’avaient aucune connaissance ni aucun outil, ça envoie un message énorme que l’autonomie alimentaire au Québec, c’est très possible. On a plusieurs experts, au gouvernement ou ailleurs, qui sont clairement capables de s’organiser pour développer une stratégie d’autonomie alimentaire durable.»

«On a réalisé que l’agriculture urbaine était un merveilleux moyen – sans être le seul, évidemment – pour non seulement rendre nos villes plus durables, mais aussi pour conscientiser directement les gens, poursuit-elle. Et c’est aussi un moyen d’action concrète, surtout dans la transition écologique. On a dépassé le stade de la conscientisation et de la sensibilisation, on est rendu à la prise d’actions concrètes.»

Gabriel Beauchemin/24 heures

Vers une deuxième saison bien remplie  

Les prêts-à-jardiner comprennent tout ce qui est nécessaire pour commencer un premier plant de légumes ou de fines herbes: un pot en géotextile, des semences biologiques, un guide de culture, du fertilisant, un petit kit à semis ainsi que de la terre à jardin avec compost et tourbe. Cinq ensembles prêts à vous être livrés directement chez vous sont offerts sur le site web de l'entreprise. Leur prix varie de 55 à 65$.

Gabriel Beauchemin/24 heures

Photo courtoisie

Après un premier été où ils ont vendu plus de 650 boîtes, les deux étudiants se dirigent actuellement vers une autre saison bien remplie.

«Pour l’instant, on est autour de 300 personnes qui sont prêtes à recevoir leurs boîtes, et certaines entreprises seraient intéressées à acheter des ensembles pour leurs employés. On est en discussion avec elles», indiquait William Des Marais au milieu du mois de mai.

À lire aussi

Et encore plus