Mort de Michel Brûlé: son avocat ne croit pas à la théorie du coup monté | 24 heures
/bref

Mort de Michel Brûlé: son avocat ne croit pas à la théorie du coup monté

Image principale de l'article Son avocat ne croit pas à la théorie du coup monté
Photo d’archives

Michel Brûlé aurait-il falsifié sa mort? Les rumeurs vont bon train sur les réseaux sociaux depuis l’annonce du décès de l’éditeur qui devait recevoir sa peine pour agression sexuelle le 18 juin prochain. Une théorie jugée «ridicule» par son avocat.  

Me Charles Brochu, qui était l’avocat de Michel Brûlé depuis de nombreuses années, juge en effet peu probable le scénario voulant que l’éditeur, reconnu coupable d’agression sexuelle en octobre dernier, ait pu simuler sa mort pour échapper à la justice. 

«Je ne pense pas que c’est un frame-up et qu’il a simulé sa mort», a-t-il affirmé mardi midi à l’émission de Benoît Dutrizac, sur QUB radio. 

Il précise cependant ne pas pouvoir prouver hors de tout doute la mort de son client. «Je n’ai pas plus de confirmation que vous, je n’ai pas de certificat de décès et personne ne m’a montré une photo de Michel», a-t-il admis. 

Or, d’après lui, la peine à laquelle s’exposait le fondateur des éditions Les Intouchables ne peut justifier une telle supercherie. 

«Il ne s’en allait pas en prison pour un an, je crois qu’il aurait écopé de trois mois maximum. On ne simule pas un décès pour une sentence comme ça», a avancé l’avocat, tout en indiquant ne pas vouloir présumer du verdict. 

Le DPCP en attente de l’attestation de décès   

Le Directeur des poursuites criminelle et pénale (DPCP) assure de son côté qu’il attendra la preuve des autorités brésiliennes confirmant la mort de l’ex-éditeur avant de fermer son dossier criminel. 

«Lorsqu’un accusé décède pendant les procédures judiciaires, le DPCP obtient un document officiel qui en atteste et demande l’arrêt des procédures en raison du décès par la suite», s’est limité à dire la porte-parole du DPCP, Me Audrey Roy-Cloutier. 

À noter que le DPCP pourrait demander à des enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) de se rendre sur les lieux pour constater le décès de M. Brûlé, comme ce fut le cas dans l'affaire Arthur Porter. 

Le décès devrait toutefois être authentifié par les documents officiels des autorités brésiliennes. 

Établi chez son frère au Brésil depuis le mois de décembre 2020, Michel Brûlé serait mort lundi après avoir perdu le contrôle de son vélo sur une pente abrupte de Buenos Aires, dans la région montagneuse de Guarapari, dans le sud-est du Brésil. Il aurait ensuite percuté un panneau routier, avant de terminer sa course contre un arbre, selon plusieurs médias locaux.

À lire aussi

Et encore plus