LNH: 3 fois où des coups vicieux ont mené à des accusations criminelles | 24 heures
/misc

LNH: 3 fois où des coups vicieux ont mené à des accusations criminelles

Image principale de l'article 3 coups qui ont mené à des accusations criminelles

L’attaque brutale sur Jake Evans mercredi soir a soulevé plusieurs questions face à la nature violente du hockey.

• À lire aussi: «Lève ta tab***ak de tête!»: ces 2 anciens joueurs de la LNH croient que le coup de Mark Scheifele à l’endroit de Jake Evans était «propre»

• À lire aussi: L’assaut sur Jake Evans fait tellement réagir que Charles Lafortune sacre sur Twitter

• À lire aussi: Le joueur des Jets qui tente de protéger Evans émeut les fans

On a souvent vu le commentaire suivant: «Si j’attaque quelqu’un comme ça sur la rue, j’irais en prison. Pourquoi est-ce acceptable sur la glace?»

Oui, en participant à un sport contact, les joueurs acceptent le fait qu’il seront possiblement la cible d’attaques violentes ou encore de bagarres. Cependant, comme pour l’assaut mené par Mark Scheifele, des joueurs vont souvent trop loin. 

C’est habituellement la LNH qui s’occupe de discipliner le joueur fautif et dans la plupart des cas, les partisans trouvent que la ligue n’en fait pas assez.

Dans de très rares exceptions, le geste commis dans le cadre d’une partie est tellement violent que la justice finit par s’en mêler. 

Voici trois de ces cas à glacer le sang qui se sont terminés devant les tribunaux:

1. Dino Ciccarelli sur Luke Richardson

Le 25 août 1988, l'ailier droit des North Stars du Minnesota Dino Ciccarelli a reçu une peine de prison d’un jour ainsi qu’une amende de 1000 dollars pour avoir rué de plusieurs coups de bâton à la tête Luke Richardson des Maples Leafs, lors d’un match à Toronto le 6 janvier précédent. Il a aussi reçu une suspension de 10 matchs de la LNH.

C’était la première fois qu’un joueur de hockey professionnel était emprisonné pour un crime commis sur la glace.

2. Marty McSorley sur Donald Brashear

Le 21 février 2000, à 4.6 secondes de la fin d’un match particulièrement envenimé opposant Vancouver à Boston, Marty McSorley des Bruins a assené le Canuck Donald Brashear d’un vicieux coup de bâton à la tempe. Le coup a été si fort que Brashear a perdu son casque avant de violemment se fracasser le derrière de la tête sur la glace. Le coup lui a fait faire une crise d’épilepsie et il a souffert d’une importante commotion cérébrale.

McSorley n’a jamais rejoué de hockey professionnel. Il a été accusé et trouvé coupable d’agression armée. Il a évité la prison, mais a tout de même eu 18 mois de probation.

Cet incident est souvent cité comme un des plus violents de l’histoire du hockey.

3. Todd Bertuzzi sur Steve Moore

Le 16 février 2004, après une mise en échec particulièrement dure sur le capitaine de Canucks Markus Naslund, l’attaquant de l’Avalanche Steve Moore est devenu la cible de Vancouver. 

Un mois plus tard, Todd Bertuzzi a pris sa vengeance en frappant sauvagement Moore d’un coup de poing à l’arrière de la tête. Moore est tombé, écrasé sous le poids de Bertuzzi ainsi que sous d'autres joueurs qui se sont lancés sur le tas. Il a subi des fractures à trois vertèbres, mettant fin à sa carrière de sportif.

Bertuzzi a été suspendu pour 20 matchs et les Canucks ont dû payer une amende de 250 000 dollars. Il a aussi été accusé de voies de fait causant des lésions corporelles, ce à quoi il a plaidé coupable. Il a reçu une peine d'un an de probation ainsi que 80 heures de travaux communautaires.

Suite à l’incident, Moore a également poursuivi Bertuzzi et les Canucks au civil. Ça aura pris plus de dix ans avant que le dossier soit clos. Les parties se sont entendues et on ne sait pas combien d’argent a été échangé.

Aussi sur le Sac: 

s

À lire aussi

Et encore plus