Poussins broyés, coqs abandonnés: les côtés sombres des poulaillers urbains | 24 heures
/panorama

Poussins broyés, coqs abandonnés: les côtés sombres des poulaillers urbains

s

La pandémie vous a donné envie d’avoir un poulailler urbain? Sachez que même si vos œufs seront bio, locaux et vos poules bien traitées, la pratique vient avec certains côtés sombres : on abandonne des coqs et on perpétue la tuerie des poussins à la naissance, selon ce que constatent des refuges québécois et la SPCA.

Depuis la pandémie, de nombreuses municipalités ont lancé des projets pilotes de poulaillers urbains, avec l’engouement des citoyens pour de la nourriture locale. C’est le cas à Shawinigan, Châteauguay, Boucherville et même à Montréal.

Malgré les bonnes intentions des propriétaires, les poulaillers urbains se retrouvent avec un surplus de mâles. Quand un œuf fertile éclot, on a une chance sur deux d’avoir un mâle, et si ces poussins ne sont pas broyés à la naissance comme ça se fait dans l’industrie commerciale, ils deviennent des coqs, et sont rapidement embarrassants.

Poussins broyés  

Au cas où vous ne le saviez pas : une poule n’a pas besoin d’un coq pour pondre des œufs consommables, mais seulement pour se reproduire. Dans l’industrie commerciale des oeufs, les poussins mâles sont donc tués par broyage à la naissance vu qu’on ne leur voit pas d’utilité économique. Ce sont ainsi 5 millions de poussins qui sont abattus chaque année au Québec, selon la SPCA Montréal.

«On a tendance à penser que les mâles vont devenir de la viande. C’est malheureusement faux, explique Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA Montréal. Les poules pondeuses n’ont pas la même génétique que les poulets de chair», qui développent de la poitrine plus rapidement. 

La pratique pourrait cesser : la méthode de l’ovosexage, testée en France et en Allemagne, permet de sexer des œufs et ainsi d’éviter de faire éclore les mâles inutilement.

L’Allemagne vient d’ailleurs d’interdire le broyage des poussins mâles.

Coqs dans les refuges  

Si on ne tue pas les poussins mâles, ils deviennent vite des coqs. Pourquoi ne pas les garder? «C’est bruyant! Le cocorico, c’est pas vrai qu’ils le font juste le matin, ils le font à longueur de journée», prévient Catherine Gagnieux, propriétaire du refuge SAFE à Mansonville, en Estrie. 

D’ailleurs, la plupart des municipalités interdisent aux particuliers d’avoir des coqs chez eux, même quand les poulaillers sont permis.

«Avant, on refusait les coqs, mais une fois qu’on a ouvert la porte, ça a été le déluge», rapporte Catherine Gagnieux, qui a fondé le refuge animalier en 2017 et possède aujourd’hui 9 coqs.  

Elle dit recevoir des demandes pour recueillir des coqs deux à trois fois par semaine, et en refuser la plupart.

«Un coq a besoin de 7 à 10 poules pour vivre en harmonie, ce qui veut dire qu’on aurait besoin de 90 poules, ce qu’on n’a pas», détaille-t-elle.

À donner sur Kijiji  

À la SPCA de Montréal, entre le 1er janvier et le 15 mai 2021, 24 volatiles ont été récupérés : des coqs mais aussi des poules, canards, dindes, canetons et oies. L’année passée à la même période, trois spécimens avaient été récupérés, et seulement six en 2019.

On trouve sur Kijiji des centaines de coqs sont à donner ou à vendre pour 1 ou 2 dollars, partout au Québec.

Si on décide de se lancer dans un poulailler, il faut bien en mesurer les conséquences sur les animaux, selon Catherine Gagnieux.

«On a trop l’habitude de prendre les animaux comme des objets et quand on n’en veut plus, on s’en débarrasse, observe-t-elle. C’est pas un animal de compagnie.»

«Je comprends les gens qui veulent des poules dans leur cour pour avoir des œufs frais, reconnaît Élise Desaulniers. Mais quand on prend cette décision, il faut quand même voir les conséquences que ça a sur leurs petits frères aussi.»

À lire aussi

Et encore plus