REM: la facture s'allonge, pas l'échéancier | 24 heures
/bref

REM: la facture s'allonge, pas l'échéancier

Image principale de l'article La facture s'allonge, pas l'échéancier
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Grâce a un blitz de travaux qui se poursuivra cette année, le Réseau express métropolitain (REM) file à toute vitesse vers un respect de ses échéanciers. La facture s'allonge toutefois, effet inévitable de la pandémie, selon les responsables du projet.

En date d'aujourd’hui, la facture totale du train électrique s’élève à pratiquement 7 milliards $, a confirmé jeudi le président et chef de la direction de CDPQ Infra, Marc Arbaud. C'est 350 millions $ de plus que les derniers estimés de la filiale «infrastructure» de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), et 1,5 milliard $ de plus que le budget initial. 

«On a eu une pandémie, 15 mois, avec des enjeux complexes», a affirmé M. Arbaud, qui participait à une mise à jour sur l’avancement du REM 1.0 – celui qui circulera de la Rive-Sud à la Rive-Nord en plus de rejoindre l'ouest de l'Île de Montréal. 

En raison des aléas de la COVID-19, 200 M$ s’ajoutent au coût attendu du réseau. «Il s’est passé beaucoup de choses ces derniers mois», a résumé M. Arbaud. 

Les 150 M$ restants tombent dans la catégorie «des ajustements qui ont été faits dans le projet» depuis le début des travaux.

Par ailleurs, la facture menace de s'allonger encore plus. La Caisse ne connaît toujours pas les coûts engendrés par la détonation dans le tunnel sous le mont Royal, qui a forcé le report de travaux en novembre dernier.

Si le REM 1.0 n'est «pas tout à fait arrivé au bout du tunnel», CDPQ Infra ne s'attend pas à beaucoup plus de dépassements de coûts. Et Marc Arbaud rassure les Québécois: 7 G$ pour un projet du genre, c'est une belle performance. «Par rapport au volume du projet, au niveau de complexité du projet, on s'en sort bien», a-t-il indiqué.

L'échéancier inchangé

Quant au calendrier des travaux, il ne bouge pas d’un poil. C’est la branche du REM vers l’aéroport Montréal-Trudeau qui devrait être ouverte en dernier, soit à la fin de 2024. «Les choses progressent très bien», a soutenu jeudi le vice-président aux affaires corporatives, au développement et à la stratégie de CDPQ Infra, Harout Chitilian.

Selon lui, 2021 est la «plus importante saison de travaux» pour le REM: une trentaine de chantiers sont en cours. Déjà, trois stations ont été construites sur la Rive-Sud: Brossard, Du Quartier et Panama.

La mise en service du tronçon entre la Rive-Sud et la Gare Centrale, à Montréal, est attendue dès 2022. Suivront, en ordre, la portion centrale du projet (automne 2023), le tronçon ouest (printemps 2024), puis la branche vers le nord (automne 2024). Ce dernier axe traversera l'ouest de Laval pour rejoindre Deux-Montagnes.

À terme, CDPQ Infra s'attend à voir 60 000 usagers par jour emprunter la première branche du REM, au sud.

À lire aussi

Et encore plus