Un ado de 13 ans manifeste pour le climat chaque semaine devant l’Assemblée nationale | 24 heures
/environment

Un ado de 13 ans manifeste pour le climat chaque semaine devant l’Assemblée nationale

Image principale de l'article Un ado manifeste chaque semaine pour le climat
Photo courtoisie Anne-Marie Olivier

Tous les jeudis 16 h depuis le mois de février, Antonin Girard, 13 ans, manifeste pour le climat devant l’Assemblée nationale. L’ado et deux de ses amis ont organisé un grand rassemblement vendredi après-midi auquel 150 personnes ont participé.

C’est après avoir lu sur l’état du climat qu’Antonin Girard a décidé qu’il devait faire sa part. Armé d’une pancarte «un peu maganée» dénonçant l’insouciance du gouvernement face à la crise climatique, il est fidèle au poste, beau temps, mauvais temps.

«Ça fait longtemps qu’on est préoccupés par le climat. Depuis que le Québec a raté sa cible [de réduction des gaz à effet de serre] pour 2020, on doute de l’intégrité des politiciens lorsqu’ils promettent qu’en 2030 ils vont réduire les émissions de 37,5% sous le niveau de 1990», affirme le jeune en entrevue avec le 24 heures.

Avec ses amies Louise Leroux et Noah Ducharme, Antonin Girard a décidé d’organiser un grand rassemblement pour le climat à l’Assemblée nationale, ce vendredi après-midi. Pour eux, c’est l’endroit idéal pour se faire remarquer et faire passer leur message, car c’est là où «tous les députés se réunissent pour prendre des décisions majeures, dont sur l’environnement». 

Même s’ils ont reçu l’appui de députés – comme les solidaires Manon Massé et Sol Zanetti, qui étaient présents à l’événement –, Antonin, Louise et Noah tiennent à ce que leur mouvement demeure transpartisan et apolitique. 

«Agissez!»  

Les trois élèves de l’école Joseph-François-Perreault souhaitent transmettre un message aux décideurs: «Arrêtez de parler et agissez!»

«Même si tous les Québécois adoptaient un mode de vie ultra écologique dès demain, on n’arrivera pas à atteindre nos objectifs si le gouvernement ne fait pas sa part», ajoute Antonin.

«C’est notre génération qui va subir les conséquences des changements climatiques. [Que les politiciens ne fassent rien], c’est une forme d’irrespect envers nous, envers la planète, mais aussi envers les personnes plus vulnérables ou qui habitent dans les pays en voie de développement», note Louise Leroux.

Le groupe a par ailleurs envoyé une lettre au premier ministre François Legault et au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, faisant part de leurs préoccupations et de leurs recommandations.

Mais ce message s’adresse également aux jeunes démotivés afin qu’eux aussi passent à l’action. «Il faut des représentants de toutes les tranches d’âge», résume Noah Ducharme.

«On invite tout le monde à se joindre à nous, parce que c’est avec la force du nombre qu’on va voir du changement. On l’a vu avec la Grande marche pour le climat en 2019 [avec Greta Thunberg], ç’a vraiment eu un gros impact parce qu’il y avait beaucoup de monde», a-t-il ajouté. 

Les trois élèves promettent de continuer leurs actions pour l’été même si les travaux parlementaires sont sur pause pour la saison estivale. «On ne va pas s’arrêter là! Les gens n’ont pas fini de nous voir!», ont-ils affirmé.

À lire aussi

Et encore plus