Derek Chauvin condamné à 22 ans et demi de prison pour le meurtre de George Floyd | 24 heures
/bref

Derek Chauvin condamné à 22 ans et demi de prison pour le meurtre de George Floyd

Image principale de l'article Derek Chauvin condamné à 22 ans et demi de prison

Le policier américain Derek Chauvin, qui a été trouvé coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd, a reçu une sentence de 22 ans et demi de prison pour ce crime qui a bouleversé l’Amérique.

• À lire aussi: Black Lives Matter a joué un rôle crucial dans la condamnation de Derek Chauvin

• À lire aussi: Ce qu'il faut savoir sur le verdict de culpabilité de Derek Chauvin

Avant de rendre son verdict, le juge Peter Cahill a spécifié que son verdict n'était pas basé sur l'émotion ni la sympathie, ni sur l'opinion publique ou un essai d'envoyer un message, mais bien sur une analyse légale.

La peine minimale pour le crime qu'il a commis était de 12 ans et demi, mais elle a été bonifiée de 10 ans en raison de circonstances aggravantes : l'abus de pouvoir et la cruauté démontrée envers la victime. 

Avant de rendre sa décision vendredi, le magistrat a entendu une dernière fois des témoignages de personnes affectées par le drame. 

AFP

L'un des frères de la victime, Philonise Floyd, a notamment dit que sa vie avait «changé pour toujours» depuis le meurtre, qu'il avait passé les 13 derniers mois à revivre encore et encore les événements, en les répétant à tous pour s'assurer que justice soit rendue. Il n'a pas eu une bonne nuit de sommeil depuis l'événement, en raison de l'insomnie que lui causait la scène, a-t-il dit.

Son autre frère, Terence Floyd, a adressé plusieurs questions à Derek Chauvin. «Quand vous saviez qu'il ne posait plus aucune menace, qu'il était menotté, pourquoi ne vous-êtes vous pas au moins levé?»

AFP

Il a aussi mentionné qu'il espérait une peine importante et non symbolique, avançant notamment que si les rôles étaient inversés, la peine serait importante. 

La mère de Derek Chauvin, Carolyn Pawlenty, a pris la parole publiquement pour la première fois, pour dire que son fils était un homme gentil qui faisait passer les autres avant lui-même, et qu'elle le soutenait «à 100%». «Derek, le moment où j'ai été le plus heureuse est celui où je t'ai mis au monde, et le deuxième a été celui lors duquel j'ai épinglé ton badge de policier sur toi», a-t-elle mentionné. «J'ai toujours cru à ton innocence et je ne vais jamais changer d'avis.»

Derek Chauvin a brièvement pris la parole pour présenter ses condoléances à la famille de George Floyd, et a fait allusion à des informations qui viendraient plus tard et qui, avançait-il, pourrait leur amener une certaine «paix d'esprit».

Pendant son procès, il avait utilisé son droit à garder le silence, n’exprimant aucun regret ou excuse pour ses actes.

À Minneapolis    

Quelques heures avant l’audience, des gens s’étaient réunis devant le tribunal de Minneapolis, où les soldats déployés pendant les huit semaines de procès ont disparu. Certains commerces restaient protégés par des panneaux de bois, mais la métropole du Nord semblait presque revenue à la normale.

AFP

Des personnes se sont aussi rendues à l'intersection où il est décédé. 

AFP

Le juge Peter Cahill avait ouvert la voie à une peine plus lourde en retenant quatre circonstances aggravantes contre le policier.

Il «a abusé de sa position de confiance et d’autorité», «a traité George Floyd avec une grande cruauté», a agi en présence de mineurs et «a commis son crime en réunion», a-t-il écrit.

AFP

Déclaré coupable rapidement  

Il y a treize mois, jour pour jour, Derek Chauvin avait voulu arrêter George Floyd, soupçonné d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour acheter des cigarettes. Avec trois collègues, il l’avait plaqué au sol, menotté, avant de s’agenouiller sur son cou.

• À lire aussi: Un genou sur le cou: François Legault ne veut plus voir cette technique policière

Le policier avait maintenu sa pression pendant près de dix minutes, indifférent aux râles de George Floyd, mais aussi aux supplications de passants affolés, et ce même une fois le pouls du quadragénaire devenu indétectable.

La scène, filmée et mise en ligne par une jeune fille, était rapidement devenue virale et a suscité des manifestations monstres dans le monde entier.

AFP

Organisé dès mars, le procès de Derek Chauvin avait été suivi par des millions d’Américains. Pendant des semaines, ils ont revécu la scène sous tous ses angles, entendu les témoins du drame raconter leur traumatisme et assisté à un défilé inédit de policiers, venus dénoncer l’attitude de leur ancien collègue.

De son côté, l’avocat de l’accusé, Eric Nelson, a martelé qu’il s’était contenté de suivre les procédures en vigueur dans la police et que la mort de George Floyd était due à des problèmes de santé combinés à l’ingestion de drogues.

Les jurés n’ont pas été convaincus et ont mis moins de dix heures à le reconnaître coupable. 

Derek Chauvin, lors de l'annonce de son verdict de culpabilité

AFP

Derek Chauvin, lors de l'annonce de son verdict de culpabilité

Leur décision, le 20 avril, a été accueillie par un grand soupir de soulagement dans le pays, qui craignait de s’embraser à nouveau si Derek Chauvin ressortait libre des audiences.

D'autres procédures à venir  

Le dossier judiciaire ne s’arrêtera pas là: les trois collègues de Derek Chauvin seront jugés en mars 2022 pour «complicité de meurtre» par la justice du Minnesota.

En parallèle, les quatre hommes devront aussi affronter un procès devant la justice fédérale qui les a inculpés pour «violation des droits constitutionnels» de George Floyd. 

À lire aussi

Et encore plus