Une vigile en mémoire des 751 disparus du pensionnat autochtone de Marieval | 24 heures
/bref

Une vigile en mémoire des 751 disparus du pensionnat autochtone de Marieval

Image principale de l'article Une vigile en mémoire des 751 disparus
AFP

La communauté autochtone Cowessess a organisé une vigile, samedi soir, afin de commémorer la mémoire des 751 tombes anonymes retrouvées à proximité de l’ancien pensionnat de Marieval, en Saskatchewan.

• À lire aussi: Pensionnats autochtones : 750 tombes anonymes découvertes en Saskatchewan

• À lire aussi: Tombes anonymes retrouvées près d'un pensionnat autochtone : enquête réclamée pour ce «génocide»

La veillée a commencé vers 19 h 30 avec une séance de prières suivie par une minute de silence à 19 h 51.

Seulement 150 personnes pouvaient assister à l’événement en raison des restrictions imposées pour respecter les consignes sanitaires.

«C’est important pour moi de faire quelque chose d’une certaine manière, d’avoir quelque chose pour m’occuper pendant mon deuil», a déclaré à Global News Prairie Crowe, une militante de la communauté, avant la vigile.

AFP

751 sacs à dos

La militante a d’ailleurs expliqué au média qu’elle souhaite rassembler 751 sacs à dos, chacun marqué d’une empreinte de main de couleur orange, afin de les déposer devant l’Assemblée législative de la Saskatchewan le jour de la fête du Canada.

«Je pense que la fête du Canada doit être un jour de deuil cette année», a-t-elle ajouté en entrevue.

Un mois après Kamloops

La découverte des 751 tombes anonymes de cet ancien pensionnat autochtone a été annoncée mardi dernier, près d’un mois après que les sépultures de 215 enfants ont été retrouvées à Kamloops, en Colombie-Britannique.

«Notre gouvernement et tous les Canadiens sont à leurs côtés après l’horrible découverte de sépultures non identifiées à l’ancien pensionnat de Marieval», avait écrit jeudi sur Twitter le premier ministre Justin Trudeau, après avoir échangé avec le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, et le chef de la Première Nation Cowessess, Cadmus Delorme.

«On va continuer d’être là pour les gens de la Première Nation de Cowessess et tous les Autochtones du pays, et on s’engage à établir avec eux un vrai partenariat pour rectifier ces erreurs du passé et favoriser la réconciliation de manière concrète, significative et durable», avait poursuivi M. Trudeau.

À lire aussi

Et encore plus