Nouvelle enquête: le prix moyen des loyers a bondi à Montréal et partout au Québec | 24 heures
/bref

Nouvelle enquête: le prix moyen des loyers a bondi à Montréal et partout au Québec

Image principale de l'article Les loyers ont bondi partout au Québec
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Le prix des loyers a continué d’augmenter considérablement partout au Québec dans la dernière année, sur le site de petites annonces Kijiji, révèle une enquête. À Montréal, le prix moyen d’un 5 et demi a augmenté de 15%, alors qu'il a bondi de 19% à Sherbrooke.

• À lire aussi: La crise du logement existe et il faut agir, jugent les Québécois

• À lire aussi: Contrer la hausse abusive des loyers en cédant son bail

• À lire aussi: En dernier recours: voici ce qui arrive à ceux qui ne trouvent pas d’appartement

Pour en arriver à ces chiffres, le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) a analysé plus de 57 000 annonces. Une enquête similaire avait aussi été réalisée l'an dernier. 

Pour le RCLALQ, un constat s'impose: les loyers explosent, et ce, partout au Québec. 

«Les locataires à la recherche d’un logement à louer doivent débourser des sommes de plus en plus importantes pour se loger, souvent au risque de s’endetter, de couper dans leurs autres besoins essentiels ou encore de se retrouver en situation de non-paiement de loyer et d’être évincés», déplore Maxime Roy-Allard, porte-parole du RCLALQ.

Un registre des loyers «nécessaire»         

Pour cette enquête, le RCLALQ a calculé le prix moyen pour un studio, un 3 et demi, un 4 et demi et un 5 et demi, en plus de calculer le prix moyen d'un loyer pour tout type de logement. 

Pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, on dénote une augmentation du prix moyen de 8% par rapport à 2020, alors que dans les RMR de Québec et de Trois-Rivières, une augmentation de 12% a été observée.

Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec (RCLALQ)

Les hausses importantes de loyer ne touchent toutefois pas que les grandes villes, révèlent l'enquête. 

Voici d'ailleurs l'augmentation moyenne des loyers pour un appartement comprenant deux chambres à coucher (4 et demi) dans sept villes à l'extérieur des grands centres urbains:         

  • Granby: 22%   
  • Saint-Hyacinthe et Victoriaville: 16%   
  • Valleyfield: 12,5%   
  • Drummondville: 11%   
  • Joliette: 10%   
  • Rimouski: 5%    

Changements de locataires        

L'étude du RCLALQ démontre aussi un écart important entre les données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), qui calcule le coût moyen des loyers, et la moyenne des loyers des appartements affichés sur les sites de petites annonces.

À Montréal, le loyer moyen pour 4 et demi à louer sur Kijiji est de 1349$, alors que le loyer moyen pour un 4 et demi issu de l’enquête de la SCHL est de 903$. Il s'agit d'un écart de 49%. Cette statistique démontre que des hausses importantes surviennent lorsqu'il y a un changement de locataires. 

«La majorité des hausses abusives de loyer surviennent lors de la signature de nouveaux baux, d’où la nécessité d’instaurer un registre pour informer les locataires et ainsi protéger l’accès aux logements abordables», lance comme explication M. Roy-Allard.

Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec (RCLALQ)

Pour remédier à la situation, le RCLALQ demande au gouvernement du Québec de mettre en place un registre des loyers. Un tel outil permettrait de rassembler le prix des loyers de tous les logements locatifs au Québec. Le RCLALQ souhaite aussi que les hausses de loyer soient limitées au taux moyen d’augmentation de loyer calculé par le Tribunal administratif du logement (TAL).

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus