Vague de chaleur, crise des opioïdes et COVID-19: la Colombie-Britannique dans une situation critique | 24 heures
/environment

Vague de chaleur, crise des opioïdes et COVID-19: la Colombie-Britannique dans une situation critique

Une vague de chaleur frappe actuellement l'Ouest canadien et une partie des États-Unis. Sur la photo: un homme se rafraîchit à Portland, en Oregon.
AFP

Une vague de chaleur frappe actuellement l'Ouest canadien et une partie des États-Unis. Sur la photo: un homme se rafraîchit à Portland, en Oregon.

La situation en Colombie-Britannique est «absolument critique», selon le directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver, Brian Conway.

• À lire aussi: Quelles sont les conséquences des canicules sur la santé?

• À lire aussi: À Lytton, au Canada, il a fait plus chaud que dans la vallée de la Mort mardi  

 Non seulement la province de l'Ouest canadien est aux prises avec une vague de chaleur extrême qui a provoqué des dizaines de morts depuis vendredi, mais elle doit aussi faire face à une explosion de décès par surdoses d’opioïdes, sans oublier la lutte contre la COVID-19. 

«On a une troisième tragédie, une troisième urgence de santé publique, la chaleur extrême», a insisté Brian Conway, mercredi, sur QUB radio. 

«On est au tout début de l’été, donc ça pourrait se reproduire, a-t-il souligné en entrevue avec Vincent Dessureault. Les structures qui ont été mises en place, laissons-les en place et rendons-les plus rapidement disponibles pour la prochaine fois, pour ne pas revivre la vague de décès qu’on est en train de vivre.» 

Le climat de Vancouver est habituellement beaucoup plus clément; cette vague de chaleur est donc d’autant plus accablante, a-t-il poursuivi. 

«[C’est] absolument critique, surtout si on se rappelle que la normale, à ce temps-ci de l’année à Vancouver, est un maximum de 21 degrés Celsius et un minimum de 12 degrés Celsius. Donc, c’est un très gros changement par rapport à la normale. C’est du jamais vu. C’est des records historiques et ça affecte la santé, surtout celle des populations vulnérables.» 

Puisque la température y est habituellement plus douce, la climatisation y est moins répandue qu’à Montréal, a-t-il mentionné. 

Des centres de rafraîchissement ont été ouverts dans la ville. 

À lire aussi

Et encore plus