Danses virales: les tiktokeurs noirs font la grève | 24 heures
/pop

Danses virales: les tiktokeurs noirs font la grève

Image principale de l'article Les tiktokeurs noirs font la grève
AFP

Les tiktokeurs noirs qui créent des danses virales font la grève. Et c’est la raison pour laquelle vous n’avez pas encore aperçu de chorégraphie sur la nouvelle chanson de Megan Thee Stallion.

Tout portait à croire qu’une danse virale, reprise par des milliers d’utilisateurs, accompagnerait la chanson Thot Shit, sortie à la mi-juin, comme le veut la tendance sur TikTok. Or, ce n’est pas le cas pour la nouvelle toune de Megan Thee Stallion. Et ce n’est pas un hasard: les créateurs noirs, tannés de ne pas obtenir le crédit pour les danses qu’ils créent, sont en grève.

Le tiktokeur Erick Louis, un danseur de la Floride, a été l’un des premiers à dire qu’il ne créerait pas de chorégraphie sur la chanson pour protester contre l’appropriation culturelle dont les créateurs noirs sont victimes, rapporte le quotidien américain Vox.

«En tant que noirs, nous avons toujours été conscients d’être exclus et rejetés. Même dans les espaces que nous avons réussi à créer pour nous-mêmes — que ce soit dans le domaine de la musique, de la mode, de la langue ou de la danse —, des personnes non noires s’infiltrent continuellement et occupent ces espaces sans aucun respect pour les architectes qui les ont construits», a-t-il expliqué en entrevue à Vox.

C’est que les personnes qui profitent — tant financièrement que sur le plan de la notoriété — de ces chorégraphies ne sont pas ceux qui les créent, mais bien les tiktokeurs très populaires comme Charli D'Amelio ou Addison Rae, dont le nombre d’abonnés s’élève à des millions.

«Nous nous mobilisons de cette manière parce que c’est nécessaire, et c’est quelque chose dont nous discutions entre nous depuis un certain temps déjà», a ajouté Erick Louis.

Une invitation qui passe mal 

L’invitation d’Addison Rae à l’émission de Jimmy Fallon, en mars dernier, est la goutte qui a fait déborder le vase pour plusieurs. Elle y a présenté huit des danses les plus populaires sur la plateforme sociale, bien qu’elle n’en soit pas la créatrice. Les noms des créateurs originaux de ces chorégraphies n’ont pas été mentionnés lors de la diffusion.

Après coup, certains d’entre eux ont été invités à l’émission, se voyant accorder une certaine reconnaissance pour leurs chorégraphies. L’animateur a ouvert le segment en admettant qu’il s’agissait d’une erreur de ne pas les avoir invités en premier lieu, ajoutant que ces créateurs «méritent d’être mis de l’avant».

À lire aussi

Et encore plus