Bella Ciao l’Espagne: La Petite Italie vibre à la victoire de l’Italie en demi-finale de l’Euro 2020 | 24 heures
/bref

Bella Ciao l’Espagne: La Petite Italie vibre à la victoire de l’Italie en demi-finale de l’Euro 2020

Image principale de l'article La Petite Italie vibre à la victoire de l’Italie
Joël Lemay / Agence QMI

Les partisans de la demi-finale opposant l’Italie et l’Espagne se réunissaient mardi après-midi dans leur établissement favori de Montréal pour encourager leur équipe respective... Et même de notre côté de l’Atlantique, l’ambiance était en feu! 

Dans un match qui a tenu les deux équipes en haleine jusqu’à la toute fin, la nervosité était palpable chez les communautés italiennes et espagnoles de Montréal. 

C’est au Club espagnol de Québec, situé sur le boulevard St-Laurent, qu’une grande partie des partisans de l’Espagne se sont rassemblés pour l’événement. Un peu moins d’une heure avant le début de la partie, le Club était déjà comble, nous explique l’un des administrateurs de l’endroit, Enrique Aroz. «Ici, il y a des Espagnols, des fils d’Espagnols, des amis d’Espagnols... Tout le monde a un lien de près ou de loin avec l’Espagne.» Amis, famille, sang espagnol ou non, chaque table possède sa propre histoire. 

Marie-Anne Sanchez, une partisane espagnole présente dans l’établissement avec sa famille, nous a raconté que son père était un grand amateur de soccer et que sa famille l’écoute aujourd’hui en son honneur. L’un de ses fils est d’ailleurs lui-même joueur de soccer à un niveau élite, comme quoi le sport fait partie intégrante de leur quotidien. 

Victor-Manuel Rodriguez et son fils Victor regardent le match au Club Espagnol.

Joël Lemay / Agence QMI

Victor-Manuel Rodriguez et son fils Victor regardent le match au Club Espagnol.

Victor-Manuel Rodriguez, assis un peu plus loin avec son fils Victor, avait également une histoire assez particulière. «Je suis espagnol, et la mère de mon fils est italienne... Alors il a toujours été pris entre les deux!», a-t-il expliqué en entrevue au 24 heures

L’Euro à portée de main

Du côté de la Petite Italie, le quartier entier était animé, dans les restaurants comme sur les terrasses. La communauté italienne de Montréal était carrément rivée aux écrans installés un peu partout dans les rues, les doigts croisés. Alors que l’Espagne a donné du fil à retordre à son adversaire en créant l’égalité en deuxième demie, c’est en tir de barrage que la formation italienne a réussi à briser la marque de 1-1... Et à déclencher une pluie qui avait l’air quasi mise en scène grâce à son sens du timing!

La foule célèbre le but vainqueur de l’Italie, qui accède ainsi à la finale de l’Euro, sur la terrasse du café Gelato.

Joël Lemay / Agence QMI

La foule célèbre le but vainqueur de l’Italie, qui accède ainsi à la finale de l’Euro, sur la terrasse du café Gelato.

La famille Vignola, amatrice de sport en général, était on ne peut plus heureuse d’assister à un match symbolisant leurs origines dans la petite Italie, eux qui habitent la Rive-Sud de Montréal. Pour Steve Vignola et son fils Alexis, c’est le caractère international du soccer qui rend ce sport si rassembleur. «Personne ne sait que, moi, un grand blond-roux, je suis italien. Mais quand je viens ici et que je vois la diversité des nationalités, je pense que le soccer est l’un des sports les plus [accessibles internationalement]», exprime Alexis. 

Déception chez les fans de soccer

C’est d’ailleurs avec beaucoup de déception que tous les partisans que nous avons rencontrés ont réagi au retrait de la Ville de Montréal à l’accueil de matchs de la Coupe du Monde de la FIFA 2026. «Il y a énormément de joueurs de soccer à Montréal, on n’y pense pas. Ni pour le visionnement des matchs à l’extérieur, comme ceux des Canadiens de Montréal, par exemple», ajoute-t-il.

Les partisans ont rapidement enseveli les trottoirs du quartier de la Petite Italie à Montréal pour crier victoire vers 18 h.

Joël Lemay / Agence QMI

Les partisans ont rapidement enseveli les trottoirs du quartier de la Petite Italie à Montréal pour crier victoire vers 18 h.

Les partisans ont rapidement enseveli les trottoirs du quartier de la Petite Italie à Montréal pour crier victoire vers 18 h, le drapeau vert-blanc-rouge à la main. En dépit des feux d’artifice et des klaxons incessants des voitures au passage, c’est le Bella Ciao italien mélangé au Olé Olé québécois qu’on pouvait entendre au loin: comme quoi le soccer rassemble plus les québécois qu’on le croit.

Rappelons que nous connaîtrons l’identité de la seconde équipe à accéder à la finale de l’Euro 2020 - l’Angleterre ou le Danemark - mercredi après-midi.

À lire aussi

Et encore plus