Verdir un quartier, ça peut remplacer l'air climatisé | 24 heures
/misc

Verdir un quartier, ça peut remplacer l'air climatisé

66% des Montréalais décédés lors de la vague de chaleur de 2018 résidaient dans un îlot de chaleur.
Photo montage Marilyn Houde

66% des Montréalais décédés lors de la vague de chaleur de 2018 résidaient dans un îlot de chaleur.

La majorité des montréalais décédés lors d’une vague de chaleur particulièrement meurtrière en 2018 résidaient dans un îlot de chaleur urbain. Il est donc primordial de s’attaquer à verdir ces espaces bétonnés pour lutter contre les conséquences du réchauffement climatique.

• À lire aussi: Il faut agir si on veut survivre au réchauffement climatique

• À lire aussi: Le bon vieux ventilateur électrique serait-il le Saint-Graal du réchauffement climatique?

Planter des arbres, végétaliser des toitures et créer des parcs, ça peut faire une différence majeure : la température peut varier de 7 à 10°C entre un îlot de chaleur et un espace vert, selon l’urbaniste et coordonnateur de la campagne ILEAU du Conseil régional de l'environnement de Montréal, Nilson Zepeda. 

Son travail consiste notamment à lutter contre les îlots de chaleur par la création d'îlots de fraicheur sur un territoire qui va de la rue Papineau jusqu’à l’extrémité est de l’île de Montréal. 

«Il est légitime de parler d'iniquité environnementale pour ces populations puisque les indicateurs de santé publiques sont toujours négatifs. L’espérance de vie à l’est est de 10 années plus basse que pour l’ouest de l’île de Montréal», souligne-t-il.  

PLUSIEURS SOLUTIONS

Mais il y a plusieurs solutions pour rafraîchir naturellement les bâtiments. 

«Le verdissement du toit est une action qui va dans ce sens, explique Nilson Zepeda. Ça vient protéger les bâtiments du froid ou de la chaleur, toute l’année. La présence de murs végétalisés aussi peut diminuer substantiellement la chaleur. Plus un quartier est vert, moins la sensation de chaleur est forte et moins les bâtiments capturent de chaleur.» 

L’organisme Écohabitation, qui accompagne les particuliers et entreprises dans leurs projets durables, donne d'ailleurs quelques conseils pour refroidir sa maison sans avoir recours à la climatisation:        

  • Étanchéisez votre maison. Les endroits où l’air froid s’infiltre l’hiver laissent aussi passer l’air chaud en été.        
  • Une pellicule Low-E qui empêche le rayonnement des objets extérieurs sur vos fenêtres ou un enduit isolant pour vitrage feront une grande différence sur les besoins en climatisation.        
  • Dans une maison bien isolée, des volets, que vous fermez le jour et ouvrez la nuit, sont efficaces.        
  • Dans une nouvelle construction, optez pour un toit et un revêtement de couleur pâle.        
  • Une bonne isolation du grenier et de l’entretoit aidera à garder la chaleur de la toiture... sur la toiture!               

RÉDUIRE LE RISQUE COLLECTIF

Quand le risque est réduit à la base, la responsabilité individuelle devient moins importante, souligne le chef médical de l’équipe Environnements urbains et santé des populations à la Direction de santé publique de Montréal, Dr David Kaiser. 

C’est un aspect crucial puisqu’une grande partie des personnes décédées lors de la vague de chaleur de 2018 avaient des troubles de santé mentale. 

«Les gens sont dans des ilots de chaleur, dans des quartiers où il y a plus de locataires, plus de personnes à faible revenu, ils sont plus à risque. C’est un constat très clair», dit-il. 

Le docteur plaide pour un verdissement massif.  

QU'EST-CE QU'UN ÎLOT DE CHALEUR ET UN ÎLOT DE FRAÎCHEUR?

Un îlot de chaleur urbain, c’est une zone où la température est différente des zones rurales environnantes. Ce sont des endroits où il y a peu ou pas de verdure et beaucoup de béton, d’asphalte et d’infrastructures qui retiennent et reflètent la chaleur. Un îlot de fraîcheur, au contraire, c’est un endroit, en ville, qui a été verdi et où on peut se rafraîchir, se reposer et sociabiliser.  

QUELQUES EXEMPLES D'ÎLOTS DE CHALEUR À MONTRÉAL  

  • Le port de Montréal       
  • Les Galeries d’Anjou        
  • Tout le secteur entre le pont Samuel-de Champlain et le pont Jacques-Cartier, en bas de la rue Sherbrooke        
  • Dans Montréal-Nord, près du CLSC Saint-Michel et de l’autoroute métropolitaine        
  • Le boulevard Langelier, au nord de l’autoroute métropolitaine        
  • Toutes les grosses artères               

Qui sont les premières victimes des vagues de chaleur? Ne manquez pas notre dossier en une du magazine jeudi.

À lire aussi

Et encore plus