Le président d'Haïti a été assassiné : voici ce qu'il faut savoir | 24 heures
/bref

Le président d'Haïti a été assassiné : voici ce qu'il faut savoir

Image principale de l'article Le président d'Haïti a été assassiné
AFP

Le président haïtien Jovenel Moïse a été assassiné tôt mercredi matin à son domicile, un événement qui menace de déstabiliser encore plus le pays, déjà confronté à une double crise politique et sécuritaire. Voici ce qu'il faut savoir à ce propos.

Le palais présidentiel, à Port-au-Prince, Haïti

AFP

Le palais présidentiel, à Port-au-Prince, Haïti

L'assassinat

L'attaque a eu lieu vers 1h (heure locale). C'est le premier ministre par intérim Claude Joseph qui en a fait l'annonce. Il a déclaré «l'état de siège», octroyant des pouvoirs renforcés à l'exécutif.

«Le président a été assassiné chez lui par des étrangers qui parlaient l’anglais et l’espagnol. Ils ont attaqué la résidence du président de la République», a-t-il déclaré.

L’épouse du président a été blessée dans l’attaque et est hospitalisée.

La première dame Martine Moïse a été amenée à l'hôpital.

AFP

La première dame Martine Moïse a été amenée à l'hôpital.

Qui était Jovenel Moïse?

Venu du monde des affaires, Jovenel Moïse, 53 ans, avait été élu président en 2016 sur une promesse de développement de l’économie du pays et avait pris ses fonctions le 7 février 2017.

Jovenel Moïse et sa femme Martine Moïse

AFP

Jovenel Moïse et sa femme Martine Moïse

Récemment, il était accusé d'inaction face à la crise des gangs qui procèdent à plusieurs enlèvements contre raçon, dans une quasi-impunité. Le Conseil de sécurité de l'ONU, les États-Unis et l'Europe appelaient à la tenue d'élections d'ici la fin de l'année. 

Jovenel Moïse gouvernait par décret depuis janvier 2020, sans Parlement, et la durée de son mandat faisait l'objet de contestations. Il avait annoncé lundi la nomination d'un nouveau premier ministre, Arien Henry, avec justement pour mission la tenue d'élections. 

Violence des gangs

Pour la population, la situation est intenable dans les rues de Port-au-Prince. Depuis début juin, des affrontements entre bandes rivales dans l’ouest de de la ville paralysent toute circulation entre la moitié sud du pays et la capitale haïtienne.

Des milliers d’habitants du quartier très pauvre de Martissant, disputé par les gangs, ont été contraints de fuir leur logement et ont dû être accueillis par des proches ou dans des gymnases.

AFP

Le 30 juin, 15 personnes avaient été tuées dans une fusillade en plein Port-au-Prince, dont un journaliste, Diego Charles, et une militante politique d’opposition, Antoinette Duclair.

La République dominicaine ferme sa frontière

La République dominicaine a ordonné mercredi la «fermeture immédiate» de sa frontière avec Haïti, après l’assassinat du président Jovenel Moïse.

«Nous avons donné l’ordre de fermer immédiatement» la frontière qui sépare Haïti de la République dominicaine, sur l’île d’Hispaniola, a annoncé à l’AFP la porte-parole du ministère de la Défense, Ceinett Sanchez.

La Maison-Blanche réagit

La Maison-Blanche a qualifié mercredi de «terrible» et de «tragique» l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, Washington se déclarant prêt à apporter de l’aide au pays en crise.

Il s’agit «d’une attaque terrible, une attaque tragique, ayant ciblé le président d’Haïti et sa femme au cours de la nuit», a déclaré Jen Psaki, la porte-parole de l’exécutif. «Nous sommes prêts à assister sous n’importe quelle forme la population d’Haïti, le gouvernement d’Haïti, s’il y a une enquête», a-t-elle ajouté.

À lire aussi

Et encore plus