Le vidéoclip du single «Occupation Hood», qui cartonne sur les plateformes d'écoute, est sorti | 24 heures
/panorama

Le vidéoclip du single «Occupation Hood», qui cartonne sur les plateformes d'écoute, est sorti

Image principale de l'article Le clip de «Occupation Hood» est sorti

La chanson-thème de l'émission Occupation Hood cartonne sur les plateformes d'écoute en continu, et son vidéoclip vient de sortir. L'un de ses créateurs, Tailaire Laguerre (alias Tai), est confiant d'atteindre le million de vues avec le clip.

Il faut dire que la chanson, qui porte le nom de l'émission diffusée sur Instagram, est super populaire sur Spotify, avec environ 200 000 écoutes. C'est un mélange de plusieurs types de musique originaires des pays du sud : le compas (Haïti), le zouk (Martinique) et le reggaeton (Porto Rico).

Pour Tai, qui anime depuis le mois de mars son émission de dating mettant en vedette la diversité culturelle de Montréal, cette chanson (réalisée en collaboration avec les artistes québécois Dee End, O.Z, Rosalvo et Massiv3) était destinée à la gloire.

«Je m’attendais à ça. Dès que j’ai entendu la chanson pour la première fois, je me suis dit que ça allait fonctionner», dit le jeune homme de 19 ans, qui est également DJ depuis 3 ans.

C'est en bonne partie parce que son émission Occupation Hood (dont la saison 2 devrait débuter d’ici la fin du mois) est un succès. Chaque dimanche, l'émission récoltait plus de 10 000 spectateurs sur Instagram et l’hashtag #OccupationHood se hissait au top de tendances sur Twitter.  

Montréal en une chanson  

En plus d'être un amalgame de plusieurs styles de musique différents, le single sorti début juin contient de l’espagnol, de l’anglais, du français et du créole. Aux yeux de son créateur, ce morceau est Montréal en une chanson. «Ces genres de musique sont très écoutés dans la métropole, mais la majorité de ces morceaux proviennent d’autres pays. Moi je voulais faire une chanson dans ce style qui représente la communauté de Montréal.»

Pendant une semaine et demie, la chanson a fait partie du top 25 à Montréal sur Spotify. «Je crois que c’est la première fois qu’un beat québécois dans le genre attire autant l’attention», déclare l’artiste performant le refrain du morceau, Dee End. 

Bien que la chanson soit le hit de l’été pour plusieurs, elle est loin de faire la une des médias québécois, se désole Tai. «Ils n’en parlent pas du tout, c’est un gros manque de respect. Je vois des médias parler de chansons qui n’ont même pas 1000 vues sur YouTube tandis que nous, on est à 60 000 et le vidéoclip n’est même pas encore sorti», affirmait-il il y a quelques jours, visiblement déçu de la situation.

Selon lui, son émission ainsi que sa chanson ont prouvé que le Québec a besoin de plus de diversité sur ses écrans. 

«Mettre le compas sur la map»

Originaire d’Haïti, Tailaire Laguerre voulait absolument que la chanson porte une marque haïtienne. C’est pourquoi il a contacté l’artiste Dee End qui se spécialise dans le compas, une musique haïtienne rythmée.

Bien que le compas soit grandement écouté au sein des communautés haïtiennes de Montréal, il demeure relativement méconnu dans le reste du Québec. Ce morceau a donc permis au compas d’aller chercher un public plus large. «Cette chanson a fait découvrir le compas à beaucoup de personnes. Cœur de pirate a même reposté le morceau. J’étais choqué, je ne m’attendais pas à ça! », déclare Tai.

À lire aussi

Et encore plus