Guide: monter un PC idéal pour les jeux en 2021 | 24 heures
/misc

Guide: monter un PC idéal pour les jeux en 2021

Le nouveau PC de jeu assemblé par notre chroniqueur Maxime Johnson.
Photo : Maxime Johnson

Le nouveau PC de jeu assemblé par notre chroniqueur Maxime Johnson.

Assembler un PC permet non seulement de faire un ordinateur qui répond à ses besoins et à son budget, mais c’est en plus un exercice amusant et formateur.

J’adore monter mes PC. J’en ai assemblé un peu plus d’une dizaine au cours des dernières années. Certains étaient pour moi, d’autres pour le travail et d’autres pour des amis. Je l’ai même fait pour ma copine, une fois, croyant à l’époque qu’il s’agissait d’un geste romantique (je me suis amélioré depuis). 

Je ne suis pas le seul à avoir cette passion. Selon la firme de recherche NPD Group, les ventes d’accessoires et de composantes d’ordinateurs pour les jeux ont augmenté de 62% aux États-Unis entre 2019 et 2020. La pandémie y est pour quelque chose, mais c’est une tendance que l’on observe depuis plusieurs années déjà. 

Le principal avantage quand on assemble son PC réside dans le fait qu'on peut choisir ses propres pièces. Certains voudront, par exemple, investir dans la meilleure qualité possible, alors que d’autres tenteront d’obtenir un bon rapport qualité-prix. Pendant que les uns sont utilitaires dans leurs choix, d’autres n’ont pas de problème à payer un peu plus pour des pièces plus jolies et des lumières DEL partout dans leur boîtier. 

Vous risquez dans l’ensemble de payer un peu plus cher pour votre création qu’avec un PC déjà assemblé. Les pièces proposées ici coûtent 3732$, sans l’écran et les accessoires, contre 3609$ pour un Alienware Aurora R12 équivalent. Votre ordinateur vous plaira toutefois plus, et vous pourrez plus facilement le réparer par la suite. Heureusement, vous n’êtes toutefois pas obligés de payer aussi cher. En suivant les suggestions plus abordables proposées, votre nouveau PC de gaming sera aussi très performant, mais il devrait coûter considérablement moins cher, soit environ 1500$. 

Quelles pièces choisir?               

Pour vous aider à vous lancer dans l’aventure, voici les différentes pièces que vous devrez choisir pour monter votre ordinateur, les considérations à prendre en compte en 2021, les pièces que j’ai choisies pour mon propre appareil (et pourquoi), des solutions de rechange pour les petits budgets, et des observations qui pourraient vous être utiles au moment de l’assemblage. 

Allez-vous chercher un café, il y a beaucoup de choses à dire. 

Processeur: Intel Core i9-11900K               

Le processeur Core i9-11900K d’Intel.

Photo : Maxime Johnson

Le processeur Core i9-11900K d’Intel.

Le processeur est le cerveau d’un ordinateur. Son impact sur les performances dans les jeux n’est plus aussi important qu’auparavant, mais cela demeure un choix important à faire, qui influencera aussi d’autres pièces, comme votre système de refroidissement et votre carte-mère.

Ce qu’il faut savoir en 2021  

Si Intel a longtemps dominé le marché, en 2021, force est de constater que c’est surtout AMD qui a le vent dans les voiles, avec son architecture Zen 3. Les deux marques offrent toutefois de bonnes options, et ce, autant si vous achetez le meilleur modèle disponible que si vous optez pour un plus abordable. 

Notons que c’est une pièce qui ne se dégrade pas vraiment, et qui conserve une bonne valeur de revente, surtout pour les modèles plus dispendieux. Plus un processeur est populaire, plus vous pourrez récupérer une partie de sa valeur lors de votre prochain assemblage. 

Intel Core i9-11900K: le meilleur d’Intel  

Le processeur Intel Core i9-11900K, une fois installé sur la carte-mère.

Photo : Maxime Johnson

Le processeur Intel Core i9-11900K, une fois installé sur la carte-mère.

De mon côté, j’ai opté pour un Core i9-11900K (689$), qui offre d’excellentes performances en simple cœur et qui a un bon potentiel pour être surcadencé (j’en ai parlé de long en large dans ma critique ici). D’autres préféreront évidemment le Ryzen 9 5900X d’AMD (719$), plus performant pour les tâches en parallèles grâce à ses 12 cœurs et, il faut l’admettre, plus dans le vent. 

Solution de rechange pour les plus petits budgets              

Tel que je l’indiquais dans mon test de Rocket Lake-S, j’ai été particulièrement impressionné par les performances du Intel Core i5-11600K. À 339$, il coûte la moitié du prix du i9-11900K, mais vous obtiendrez à peu près 90% des performances dans les jeux. En prime, vous pourrez aussi économiser sur la solution de refroidissement, puisqu’il chauffe considérablement moins. 

Conseils pour l’assemblage             

Installer un processeur est simple, mais la manœuvre peut être un peu stressante la première fois. Placez-le dans le socle à cet effet sur votre carte-mère, et refermez le levier pour le maintenir bien en place. De petites encoches permettent de vous assurer qu’il est placé de la bonne façon, vous ne pouvez pas vraiment vous tromper. Notons que le processeur peut sembler assez lousse dans le socle avant que celui-ci soit refermé, mais c’est normal. 


Carte graphique: ASUS TUF Gaming RTX3080 OC             

La carte graphique ASUS TUF Gaming RTX3080 OC.

Photo : Maxime Johnson

La carte graphique ASUS TUF Gaming RTX3080 OC.

La carte graphique est la pièce qui aura le plus gros impact sur les performances de vos jeux. J’écrivais plus haut que le processeur était le cerveau de votre ordinateur. La carte graphique, elle, représente son cœur. C’est elle qui dicte la résolution à laquelle vous pouvez jouer, la fluidité de vos jeux et la qualité des graphiques. C’est également la plus difficile à obtenir par les temps qui courent. Ici aussi, deux grandes familles s’offrent à vous : les cartes de NVIDIA (dont la plus récente série est la RTX30XX), et de AMD (série RX 6000). 

▶ Ce qu’il faut savoir en 2021             

La planète connait une pénurie de cartes graphiques depuis des mois, cette composante sera donc la plus difficile à trouver à l’heure actuelle. Pour choisir la carte graphique qui vous convient, vous devez notamment tenir compte de votre budget, de la résolution de votre écran, de la qualité des graphiques attendue et du rafraichissement auquel vous désirez jouer. Du côté de NVIDIA, la RTX3070 est surtout utilisée pour le jeu en 1440p, et la RTX3080 pour le jeu en 4K. Les 3070 Ti et 3080 Ti, plus puissantes, ont aussi été annoncées récemment. La RTX3090 est quant à elle encore plus puissante, mais son prix est difficile à justifier pour les joueurs.

ASUS TUF Gaming RTX3080 OC : parfait pour une résolution ultralarge             

Assurez-vous d’installer votre carte graphique dans la fente PCIe compatible la plus près de votre processeur.

Photo : Maxime Johnson

Assurez-vous d’installer votre carte graphique dans la fente PCIe compatible la plus près de votre processeur.

 Pour ma part, j’ai équipé l’ordinateur de l’ASUS TUF Gaming RTX3080 OC, que j’avais testé ici. C’est une excellente carte, capable de faire tourner la plupart des jeux à 120 images par seconde (ou au pire 60) sur un moniteur ultralarge 3440x1440 pixels, avec la meilleure qualité possible. 

Solution de rechange pour les plus petits budgets              

La NVIDIA RTX3060 Ti offre quand même d’excellentes performances, pour 549$. Celle-ci est suffisante pour du jeu en 1080p avec un haut taux de rafraichissement, mais aussi en 1440p si vous faites quelques compromis. Malheureusement, elle est tout aussi difficile à trouver que les autres. 

Conseils pour l’assemblage             

Montez la carte graphique sur votre carte-mère à la toute fin de l’assemblage. Celle-ci est en effet grosse, et risque d’être encombrante. Même si vous installez la carte graphique à la fin, vous devriez tout de même placer les câbles nécessaires dans votre boitier d’alimentation dès que ce sera possible de le faire, puisqu’ils seront plus faciles à placer proprement au début du processus qu’à la fin. 


Carte-mère: ASUS ROG Maximus XIII            

La ASUS ROG Maximus XIII offre tous les ports et toutes les technologies modernes que l’on peut espérer trouver sur une carte-mère haut de gamme.

Photo : Maxime Johnson

La ASUS ROG Maximus XIII offre tous les ports et toutes les technologies modernes que l’on peut espérer trouver sur une carte-mère haut de gamme.

Pour rester dans les analogies anatomiques, si le processeur et la carte graphique sont le cerveau et le cœur de l’ordinateur, la carte-mère est son squelette et son système sanguin, qui permet de relier toutes les composantes de l’appareil (ok, j’en ai terminé avec ces comparaisons, c’est promis).

Selon le modèle, une carte-mère pourra vous offrir plus ou moins de fentes pour y brancher des composants internes (comme des cartes graphiques ou des barrettes NVMe), plus ou moins de ports, une puce Wi-Fi ou non, etc.

► Ce qu’il faut savoir en 2021            

Les processeurs Intel de la génération actuelle sont compatibles avec les cartes-mères Z590 et Z490, tandis que les Ryzen 5000 d’AMD sont compatibles avec les X570. Dans les deux cas, attendez-vous à payer d’environ 200$ à 600$, selon la qualité du modèle. 

ASUS ROG Maximus XIII: le très haut de gamme            

Contrairement à cette photo, vous devriez installer certaines composantes sur la carte avant de visser cette dernière dans votre boitier.

Photo : Maxime Johnson

Contrairement à cette photo, vous devriez installer certaines composantes sur la carte avant de visser cette dernière dans votre boitier.

 J’ai installé ici une ASUS ROG Maximus XIII, qui offre pas mal tout ce qu’une carte-mère peut offrir en 2021 (le prix est en conséquence, à 618$). J’ai notamment aimé les puits de chaleur qui protègent les ports M2 (ceux qui permettent d’installer des plaquettes de stockages NVMe, nous y reviendrons plus loin), l’abondance de ports M2 et différentes technologies qui pourront me permettre d’essayer certaines composantes à leur plein potentiel au cours des prochaines années. La plupart n’auront toutefois pas besoin d’une carte aussi polyvalente. 

Conseils pour les plus petits budgets             

Il n’est pas utile de payer 600$ pour une carte-mère, mais vous ne voudrez pas vous équiper du modèle le moins cher non plus, surtout avec un processeur qui consomme beaucoup et que vous prévoyez surcadencer. Une carte comme la ASUS TUF Gaming Z590-Plus WiFi (324$) offre quand même de bonnes caractéristiques, mais il y en a des dizaines de modèles qui devraient convenir autour de 300$ (et même 250$ pour les modèles compatibles AMD). 

Conseils pour l’assemblage            

N’hésitez pas à installer certains composants sur votre carte-mère avant de la placer dans votre boitier, comme la mémoire vive et les disques M2. Ceux-ci seront ainsi plus faciles à placer. Dans tous les cas, vous devez absolument lire le guide de votre carte-mère avant d’ajouter chaque nouvelle pièce et de brancher chaque nouveau câble. Certaines cartes-mères vont par exemple désactiver un port si un autre est utilisé, ce qui pourrait vous compliquer la vie au moment de démarrer votre ordinateur.


 Mémoire vive: Crucial Ballistix DDR4 MAX 3600 (2 x 16 Go)           

Deux barrettes de mémoire vive DDR4 Crucial Ballistix MAX 3600.

Photo : Maxime Johnson

Deux barrettes de mémoire vive DDR4 Crucial Ballistix MAX 3600.

La génération actuelle de processeurs doit être accompagnée de mémoire DDR4, une technologie sur le marché depuis quelques années déjà, et dont le prix a quand même diminué considérablement. Certains prétendent que 8 Go suffisent, mais le but de monter un PC est justement de ne pas devoir fermer Chrome dès qu’on lance un jeu. Optez pour au moins 16 Go, idéalement 32 Go ou plus (au moment d’écrire ces lignes, 15,2 sur 32 Go sont utilisées par mon système et ses différents logiciels). 

Choisissez les barrettes avec la plus grande capacité possible. Autrement dit, il vaut mieux 2 barrettes de 16 Go que 4 de 8 Go, puisque vous pourrez plus facilement ajouter de la mémoire par la suite, et que leur valeur de revente sera supérieure. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021           

La mémoire vive pour le jeu vidéo est principalement vendue avec une vitesse de 3200 MHz à 3600 MHz en 2021. Plus la cadence est grande, meilleure est la mémoire, mais honnêtement, vous ne verrez probablement pas la différence dans la vie de tous les jours. Notons qu’il en existe des encore plus rapides, mais le prix est prohibitif.

Les fabricants de mémoire vive ont certains problèmes d’approvisionnement cette année. Au moment d’acheter, vérifiez donc bien toutes les différentes configurations proposées, puisque certaines pourraient être inutilement chères. En magasinant, j’ai par exemple trouvé des barrettes de 3200 MHz plus chères que des 3600 MHz de marque équivalente. 

Crucial Ballistix DDR4 MAX 3600 (2 x 16 Go): puissante et sans fla fla           

Des encoches vous empêchent de placer les barrettes de mémoire vive dans le mauvais sens sur votre carte-mère.

Photo : Maxime Johnson

Des encoches vous empêchent de placer les barrettes de mémoire vive dans le mauvais sens sur votre carte-mère.

J’ai opté ici pour 32 Go de Crucial Ballistix 3600, qui offre un puit de chaleur d’une bonne qualité (je prévois la surcadencer) sans avoir une taille disproportionnée (j’ai eu des problèmes par le passé avec certaines barrettes trop grosses). Le modèle à 3600 MHz est vendu 239$, mais au moment d’écrire ces lignes, celui à 3200 MHz (224$) permet d’économiser un peu. Ceux qui aiment les lumières DEL dans leur ordinateur peuvent aussi payer 38$ de plus (277$) pour le modèle RGB. Je ne vous jugerai pas. 

Conseils pour les plus petits budgets            

Comme je l’indiquais plus haut, j’éviterais 8 Go de mémoire vive, mais 16 Go peut suffire. Attendez-vous à payer environ 120$ pour une mémoire DDR4 3200 MHz d’une bonne qualité (la Ballistix est à 112$, par exemple). L’économie pour des barrettes 2666 MHz (environ 100$) ne vaut toutefois pas la peine, puisque vous perdrez en valeur de revente, et que certains processeurs AMD sont plus capricieux avec une mémoire du genre. 

Cela dit, si j’avais à couper pour économiser, j’essaierais personnellement de le faire ailleurs que dans la mémoire vive. 

Conseils pour l’assemblage           

L’installation de la mémoire DDR4 est simple, puisque des encoches vous empêchent de l’installer à l’envers. Il faut parfois peser assez fort cependant, ce qui peut faire peur. Installez la mémoire vivre avant le refroidisseur de votre processeur pour que l’accès soit plus facile, et vérifiez dans le guide de votre carte-mère dans quelles fentes les barrettes doivent être installées (il y a un ordre à suivre, selon le nombre de barrettes que vous avez). 


Stockage: Crucial P5 NVMe (2 To)          

Les puces de stockage NVMe, comme la Crucial P5, sont à privilégier pour un PC de jeu moderne.

Photo : Maxime Johnson

Les puces de stockage NVMe, comme la Crucial P5, sont à privilégier pour un PC de jeu moderne.

Pour le stockage, évitez les disques durs, qui vont considérablement ralentir votre ordinateur. Deux choix s’offrent alors à vous : un disque SSD, ou une barrette NVMe, une petite plaquette de mémoire qui s’installe directement sur la carte-mère, dans un port M2, sans devoir être branchée à un port SATA et à votre boitier d’alimentation comme un disque SSD. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021          

Une barrette NVMe est - et de loin – mon option préférée pour le stockage en 2021. Elle est plus simple à brancher, son installation est plus propre (puisque vous n’avez pas de câble à gérer) et c’est la solution la plus rapide sur le marché. Seule ombre au tableau : les cartes-mères ont peu de ports compatibles (de 1 à 4 en moyenne), vous ne pourrez donc pas en ajouter constamment au fil des ans comme c’était possible avec les disques SSD. Pour ce qui est de la capacité, si vous comptez jouer, 1 To m’apparait le minimum, puis que certains jeux peuvent atteindre 150 Go. Un disque de 500 Go est trop rapidement rempli.  

Crucial P5 NVMe (2 To): rapide et sans surchauffe          

Le stockage NVMe s’installe directement dans une fente M2 de votre carte-mère, sans être relié à votre boitier d’alimentation.

Photo : Maxime Johnson

Le stockage NVMe s’installe directement dans une fente M2 de votre carte-mère, sans être relié à votre boitier d’alimentation.

J’ai personnellement opté pour le Crucial P5, capable d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 3400 Mo/s, avec une bonne endurance (600 téraoctets écrits totaux). Celui-ci n’a pas de gros puits de chaleur, mais c’était un plus pour moi, puisque ma carte-mère a ses propres puits. J’ai opté pour un modèle de 2 To (vendu 366$ quand j’ai commencé à écrire ce texte, mais qui est plutôt 502$ à l’heure actuelle), mais vous pouvez aussi prendre un disque de 1 To (auparavant 189$, maintenant 217$). 

Vous aurez compris que, tout comme avec la mémoire vive, les prix des disques NVMe changent souvent. 

Conseils pour les plus petits budgets          

Vous pouvez économiser avec un disque NVMe d’entrée de gamme, qui coûtera entre 100$ et 130$ environ pour 1 To. Les vitesses maximales seront plus lentes pour copier de gros fichiers (ce qu’on ne fait jamais de toute façon), mais les applications seront dans l’ensemble lancées aussi rapidement. Vous aurez une durée de vie réduite de la moitié environ, mais cela qui demeure acceptable si vous ne faites que jouer ou travailler avec votre ordinateur (autrement dit, si les cryptomonnaies ne vous intéressent pas). 

Un disque SSD devrait être sensiblement le même prix, mais si vous en trouvez un en rabais, cela peut valoir la peine. Ici aussi, la vitesse de transfert maximale est réduite (pour copier un très gros document, par exemple), mais la vitesse des applications installées devrait être à peu près la même. 

Conseils pour l’assemblage         

Vous n’avez qu’à insérer le disque NVMe dans la fente à cet effet sur la carte-mère pour l’installer. Vous aurez probablement aussi besoin de visser le bout dans la carte, en retirant au préalable la petite visse qui est déjà présente. Si votre carte-mère a un puit de chaleur intégré comme la mienne, n’oubliez pas d’enlever la petite pellicule de plastique bleue qui le protège. 


Boitier d’alimentation: Thermaltake Toughpower GF2 ARGB 850W          

Le boitier d’alimentation Thermaltake Toughpower GF2 ARGB 850W.

Photo : Maxime Johnson

Le boitier d’alimentation Thermaltake Toughpower GF2 ARGB 850W.

Le boitier d’alimentation est ce qui fournit le courant électrique aux différentes pièces de votre ordinateur. Si j’avais continué à faire des comparaisons anatomiques, j’aurais probablement dit qu’il s’agissait d’un mélange entre l’estomac et les mitochondries (est-ce que ça paraît que j’écoute Il était une fois... la Vie, ces temps-ci sur Netflix?). Mais heureusement, on a dit qu’on abandonnait ces analogies. 

La principale caractéristique d’un boitier d’alimentation est sa puissance. Vos besoins peuvent être estimés avec différents calculateurs en ligne (celui-ci est à mon avis le meilleur), mais les fabricants de cartes graphiques ont aussi des suggestions minimales, qui sont généralement plus élevées. L’ASUS TUF Gaming RTX3080 OC, par exemple, recommande un boitier de 850 watts, tandis que le calculateur m’en recommande un de 650W. Notons qu’en pratique, même en plein test de performances, mon PC monté avec les pièces mentionnées ici ne consomme que 540W au maximum environ.

Vous devrez aussi choisir son efficacité, identifiée à l’aide du programme 80 Plus. En résumé, un boitier 80 PLUS Titane sera plus efficace qu’un Or, qui sera à son tour plus efficace qu’un Argent, puis qu’un Bronze. Plus le PSU est efficace, moins vous aurez de pertes d’électricité, mais plus vous payerez cher à l’achat. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021         

Le monde des boitiers d’alimentation n’a pas beaucoup évolué depuis les dernières années. La principale différence est que la qualité moyenne a augmenté, et que certaines caractéristiques qui étaient rares auparavant (comme les câbles amovibles), sont aujourd’hui plus répandues. 

Thermaltake Toughpower GF2 ARGB 850W: coloré et silencieux         

Les boitiers d’alimentation modernes offrent souvent des câbles modulaires, ce qui permet de n’installer que ceux dont vous avez besoin.

Photo : Maxime Johnson

Les boitiers d’alimentation modernes offrent souvent des câbles modulaires, ce qui permet de n’installer que ceux dont vous avez besoin.

  J’ai utilisé pour mon ordinateur le Thermaltake Toughpower GF2 ARGB 850W (environ 170$ lorsqu’il sera lancé au Canada), qui offre une certification 80 PLUS Or, une garantie de 10 ans, des câbles modulaires et un mode qui éteint les ventilateurs lorsque la consommation énergétique est faible, ce qui assure un fonctionnement silencieux. 

C’est une carte d’une bonne qualité, qui devrait pouvoir me servir dans mon prochain ordinateur, lorsque je mettrai celui-ci à jour dans quelques années. 

Conseils pour les plus petits budgets          

Il est assez facile d’économiser sur les boitiers d’alimentation, notamment en optant pour un modèle en rabais (il y en a toujours), qui a une moins bonne efficacité et qui est plus près de la limite de vos besoins. Si votre boitier est grand et si ça ne vous dérange pas que les câbles ne soient pas tous bien rangés, vous pouvez aussi opter pour un modèle qui n’est pas modulaire (j’aime le concept des câbles modulaires, où on n’installe uniquement ceux dont on a besoin, mais il est facile de s’en passer). 

Un modèle d’entrée de gamme offrira une moins bonne garantie, et vous durera probablement moins longtemps, mais à moins d’opter pour un modèle vraiment douteux, vous ne devriez pas voir la différence avec votre ordinateur actuel. 

Conseils pour l’assemblage         

Si vous avez un système de câbles modulaires, installez dès le départ les câbles dont vous aurez besoin, puisque l’arrière de votre boitier pourrait être difficile d’accès une fois que tout sera branché. 


Refroidissement: NZXT Kraken X63         

Le système de refroidissement liquide Kraken X63, de NZXT.

Photo : Maxime Johnson

Le système de refroidissement liquide Kraken X63, de NZXT.

Votre processeur aura besoin d’un système de refroidissement, qu’il soit liquide ou à l’air. Sans refroidissement, celui-ci surchauffera à la première occasion. Notons que si les processeurs étaient autrefois vendus avec leur propre puit de chaleur et leur propre ventilateur, ce n’est désormais généralement plus le cas. Vous aurez donc besoin d’en acheter un. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021         

Si un système de refroidissement liquide était auparavant complexe à installer, ce n’est plus le cas depuis quelques années, grâce aux systèmes tout-en-un. Ceux-ci ne sont pas très chers (du moins, considérant l’ensemble de votre budget), et ils offrent un refroidissement maximal. Votre processeur pourra donc fonctionner à la limite de ses performances, pour une longue durée. 

Au moment de l’achat, assurez-vous notamment de vous équiper d’un modèle dont la taille est compatible avec votre boitier. Celui-ci doit aussi être compatible avec le format de votre processeur (LGA 1200, AM4, etc). Notons que si vous avez un plus gros budget et des talents artistiques, vous pouvez aussi designer un système de refroidissement sur mesure (ce sera pour une prochaine chronique). 

NZXT Kraken X63: une valeur sûre         

Dans l’assemblage ici, le puit de chaleur du Kraken X63 est installé à l’avant du boitier, et est refroidi par l’air qui entre dans l’ordinateur.

Photo : Maxime Johnson

Dans l’assemblage ici, le puit de chaleur du Kraken X63 est installé à l’avant du boitier, et est refroidi par l’air qui entre dans l’ordinateur.

 

La gamme Kraken du fabricant NZXT est ce que l’on pourrait considérer comme une valeur sûre dans le domaine des PC. J’ai opté ici pour un Kraken X63 (166$), qui offre notamment un design avec un « miroir infini » sur la pompe, et un grand puit de chaleur de la taille de deux ventilateurs de 140 mm. Même avec l’un des processeurs qui consomme le plus sur le marché, et même en retirant ses limites de consommation énergétique, ce système de refroidissement liquide est amplement suffisant pour mes besoins. La garantie de 6 ans du Kraken X63 est aussi supérieure à la moyenne. 

Notons que NZXT offre aussi d’autres modèles, comme le Kraken Z63 (304$), qui est quant à lui doté d’un écran ACL personnalisable. La différence de prix entre les deux est toutefois considérable pour une différence qui est seulement esthétique. 

Conseils pour les plus petits budgets          

Si vous n’avez pas l’intention de surcadencer votre processeur, vous pourrez économiser une centaine de dollars en achetant un système de refroidissement à l’air. Vous devrez vous assurer que ses performances sont suffisantes (l’enveloppe thermique maximale – TDW, en anglais – du processeur est indiquée sur le site du manufacturier) et que vous avez la place pour l’installer dans votre boitier, puisque les refroidisseurs à l’air sont parfois très gros. 

Conseils pour l’assemblage         

La plupart des systèmes de refroidissement liquide viennent avec une pâte thermique préinstallée, mais il y a des exceptions. Si vous devez le faire vous-mêmes, optez pour une pâte non-métallique (elles sont plus difficiles à poser). J’utilise depuis des années un tube de Thermalright TF8 (14,99$), mais je l’ai récemment remplacé par un tube de pâte thermique SYY, une marque que je ne connais pas, mais dont le prix (6,99$) était étrangement bas considérant ses bonnes caractéristiques. Je n’ai toutefois pas encore eu l’occasion de l’essayer.


Boitier: NZXT H510 Elite         

Le boitier NZXT H510 Elite sépare le boitier d’alimentation du reste de l’ordinateur.

Photo : Maxime Johnson

Le boitier NZXT H510 Elite sépare le boitier d’alimentation du reste de l’ordinateur.

 Le boitier n’a pas besoin de présentation : c’est la pièce dans laquelle vos composantes seront logées. Optez évidemment pour un boitier dont le design vous plait, surtout si vous prévoyez avoir votre ordinateur à la vue. Idéalement, choisissez un modèle avec des ports facilement accessible à l’avant (je voulais personnellement au moins un port USB-C, par exemple), et qui est compatible avec les composants que vous souhaitez utiliser (ce ne sont pas tous les boitiers qui ont la place pour un disque dur, par exemple, et encore moins pour un lecteur Blu-ray). 

Assurez-vous aussi que sa taille soit compatible avec le format de votre carte-mère (Mini ATX, ATX, EATX) et qu’elle est assez grande pour votre carte graphique. Personnellement, j’aime aussi les boitiers qui permettent facilement de placer des câbles sous la carte mère (les deux côtés du boitier sont alors amovibles), ce qui permet d’avoir un boitier plus propre, avec une meilleure aération. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021         

Plusieurs caractéristiques qui étaient réservées aux boitiers haut de gamme (paroi en verre, construction pouvant être démontée sans outil, lumières DEL, etc.) sont désormais offertes sur des modèles beaucoup moins chers. C’est une des pièces où le prix varie le plus d’une marque à l’autre.

NZXT H510 Elite: minimaliste, mais élégant         

À l’instar du H510 Elite, la plupart des boitiers modernes permettent d’accéder à l’espace sous la carte-mère, afin d’y faire passer des câbles et d’installer des disques SSD.

Photo : Maxime Johnson

À l’instar du H510 Elite, la plupart des boitiers modernes permettent d’accéder à l’espace sous la carte-mère, afin d’y faire passer des câbles et d’installer des disques SSD.

J’ai ici pris un NZXT H510 Elite (149$), qui était assez grand pour mes besoins, sans être d’un format géant pour autant, et qui était un des rares modèles à répondre à toutes mes petites attentes (je tenais par exemple à avoir une prise audio 3,5 mm unique à l’avant, et non des prises séparées pour le microphone et l’écouteur). 

J’aime aussi que celui-ci soit compatible avec les cartes graphiques posées à la verticale (pour des raisons esthétiques). Je compte brancher ma carte graphique de cette façon un jour, mais je n’ai pas encore acheté l’adaptateur nécessaire pour la placer de la sorte. Notons aussi que je suis généralement assez mauvais pour monter des PC d’une façon propre, j’avais donc l’impression que les différents systèmes de gestion des câbles du H510 Elite allaient m’être utiles (je vous laisse juger ma performance par vous-même avec les photos).  

Conseils pour les plus petits budgets          

Le boitier est un autre achat où il est possible d’économiser. Si une grosse boite noire ne vous dérange pas, et si vous n’avez pas besoin de ports modernes (USB-C, par exemple), vous pourrez ainsi en trouver pour une cinquantaine de dollars. Assurez-vous toutefois que celui-ci soit bien aéré. S’il n’a aucun ventilateur, vous devrez les acheter séparément. 

Conseils pour l’assemblage         

Assurez-vous qu’il y a une bonne aération dans votre boitier. Généralement, l’air froid entre par l’avant et par le bas, et le chaud sort par l’arrière et haut (grâce à des ventilateurs, ou d’une façon passive). Vérifiez avec votre main pour être sûr que les différents ventilateurs poussent l’air dans la bonne direction, une fois que tout sera assemblé. 


Écran: Gigabyte G34WQC        

Tel qu’il l’avait annoncé, notre chroniqueur Maxime Johnson a opté pour un moniteur ultralarge pour son nouvel ordinateur, le Gigabyte G34WQC.

Photo : Maxime Johnson

Tel qu’il l’avait annoncé, notre chroniqueur Maxime Johnson a opté pour un moniteur ultralarge pour son nouvel ordinateur, le Gigabyte G34WQC.

Vous me permettez un petit aparté avant de parler de mon moniteur? Une scène qui m’a toujours marqué dans le film The Breakfast Club est quand Anthony Michael Hall et Judd Nelson parlent de l’importance de la trigonométrie et des lampes. C’est le personnage de Nelson qui règle la question quand il dit « sans lampes, on n’y verrait rien » (du moins dans la traduction québécoise).

Dans un univers alternatif, Breakfast Club raconterait l’histoire de cinq adolescents qui assemblent leur PC, où Anthony Michael Hall investirait tout son argent dans une grosse carte graphique (la trigonométrie), mais y brancherait un vieil écran désuet (la lampe). Nelson rirait évidemment dans sa barbe, car il saurait qu’il est inutile d’investir 2000$ dans un PC de jeux vidéo si le moniteur ne permet pas d’en tirer profit. 

Dans ce film, Emilio Estevez aurait beaucoup de lumières DEL dans son ordinateur, Ally Sheedy assemblerait un PC avec des pièces achetées sur Aliexpress et Molly Ringwald aurait commandé un PC Dell déjà monté. 

Vous l’aurez compris avec mon aparté ridicule, mais vous aurez besoin d’un moniteur assez bon pour accompagner votre nouveau PC. Vous devrez considérer plusieurs caractéristiques pour son achat, comme la résolution, la taille, le taux de rafraichissement et le ratio, mais aussi la technologie utilisée pour la dalle et les caractéristiques comme le rafraichissement adaptatif (Freesync ou G-Sync). 

► Ce qu’il faut savoir en 2021        

Acheter un moniteur à son goût est étonnamment difficile en 2021. En gros, la production des fabricants n’a pas encore rattrapé les goûts des joueurs. Les écrans ultralarges sont quand même assez rares (c’était pour moi une caractéristique essentielle, comme je l’ai expliqué ici), le HDMI 2.1 est difficile à trouver, et il est difficile d’obtenir à la fois une bonne résolution et un bon taux de rafraichissement. La situation évolue toutefois rapidement, avec une qualité qui s’améliore d’année en année. 

Gigabyte G34WQC: un excellent rapport qualité-prix        

L’arrière du Gigabyte G34WQC.

Photo : Maxime Johnson

L’arrière du Gigabyte G34WQC.

 

Le moniteur est la seule pièce où j’ai fait un compromis pour mon ordinateur. Le moniteur de mes rêves (écran ultralarge 21:9 de 38 pouces, résolution 5K/2K, très haut taux de rafraichissement) n’existe malheureusement pas encore.

Ce que j’ai choisi offre toutefois presque tout ce que j’ai de besoin, pour un prix quand même assez bas par rapport aux autres moniteurs similaires. Le Gigabyte G34WQC (615$) offre ainsi un bon format de 34 pouces, un ratio ultralarge, un temps de réponse de 1ms et un taux de rafraichissement variable allant jusqu’à 144 Hz. J’avais peur que sa résolution de 3440 x 1440 soit un peu trop basse à mon goût (je suis habitué à un écran 4K de 27 pouces), mais après deux mois d’essai, celle-ci est finalement tout à fait suffisante. 

Conseils pour les plus petits budgets         

Il est facile de payer moins cher que le G34WQC en laissant tomber certaines de ses caractéristiques. Un écran de 27 pouces avec une résolution 1440p sera considérablement moins cher, par exemple, et le prix baisse aussi beaucoup si le taux de rafraichissement vous importe peu. C’est à vous de décider quelle est votre limite. 

Conseils pour l’assemblage        

Certains moniteurs permettent d’atteindre uniquement leur taux de rafraichissement maximal en utilisant le port DisplayPort. C’est généralement celui-ci que vous devrez privilégier, et non le port HDMI. Si votre écran ne s’allume pas lorsque vous aurez assemblé votre PC, assurez-vous que la bonne entrée est sélectionnée dans son menu, généralement accessible avec des boutons en bas à droite du moniteur.


Souris: Thermaltake ARGENT M5 Wireless        

La souris Argent M5 Wireless, de Thermaltake.

Photo : Maxime Johnson

La souris Argent M5 Wireless, de Thermaltake.

Vous pouvez utiliser n’importe quelle souris avec votre nouvel ordinateur. Si vous optez pour une souris de jeu, vous devrez surveiller quelques caractéristiques, comme sa précision et la possibilité de changer la résolution facilement. Certaines souris offrent également plus de boutons paramétrables que d’autres. Vous devrez finalement aussi choisir entre une souris filaire ou sans fil. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021        

Il se lance une quantité étonnante de souris mois après mois, mais aucune technologie révolutionnaire n’a changé le marché au cours des dernières années. Il est toutefois possible d’avoir désormais de bonnes caractéristiques (pour la précision, par exemple), pour moins cher qu’avant. 

Thermaltake ARGENT M5 Wireless: plusieurs options sans fil        

La souris Argent M5 Wireless vient avec un étui de transport, un câble amovible et un adaptateur 2,4 GHz.

Photo : Maxime Johnson

La souris Argent M5 Wireless vient avec un étui de transport, un câble amovible et un adaptateur 2,4 GHz.

 

J’aime les souris les plus simples possibles, car je n’ai jamais appris à utiliser les boutons secondaires, comme ceux sur le côté. Je préfère aussi les souris filaires, plus fiables et qui n’ont pas à être rechargées. Ma curiosité a toutefois été piquée par la Thermaltake ARGENT M5 Wireless (environ 100$), qui peut être reliée à l’ordinateur en mode Bluetooth, 2.4 GHz (moins bonne autonomie, mais meilleure qualité) ou filaire. J’ai donc la possibilité de m’en servir en mode filaire avec mon PC, et je peux l’utiliser sans fil avec un ordinateur portatif sur la route ou avec une console de jeux vidéo au besoin. 

Conseils pour les plus petits budgets         

Si une résolution plus basse vous convient (personnellement, je ne joue à peu près jamais à plus de 7200 DPI de toute façon, alors je pourrais facilement me passer d’une résolution au-dessus de cette limite), vous pourrez trouver des souris de jeu très convenables pour de 25$ à 30$ environ


Clavier: SteelSeries Apex Pro        

Le clavier mécanique Apex Pro de SteelSeries.

Photo : Maxime Johnson

Le clavier mécanique Apex Pro de SteelSeries.

Les claviers pour le jeu vidéo sont généralement des claviers dits mécaniques, dont le mécanisme utilisé est plus sensible que ceux des claviers d’ordinateurs portatifs, par exemple. Ceux-ci offrent généralement une rétroaction plus agréable pour les doigts, en plus d’enregistrer plus rapidement votre intention dans les jeux. 

Les claviers pour joueurs ont aussi souvent une foule d’autres caractéristiques, comme des modes personnalisables, des boutons supplémentaires et des ampoules DEL partout. Il existe différentes technologies de touches (les switchs, ou commutateurs en français), qui auront notamment un impact sur le son et le toucher. 

C’est un sujet qui soulève souvent les passions. Certains amateurs ont leurs commutateurs de prédilection (Cherry MX Red, par exemple), et lèvent le nez sur ceux qui ont le malheur d’utiliser une autre sorte. Ils sont fatigants. Comme Anthony Michael Hall dans Breakfast Club. 

► Ce qu’il faut savoir en 2021       

Les claviers mécaniques ont un très gros désavantage en 2021 : il n’existe aucun modèle français canadien (QWERTY). Zéro. Vous pouvez chercher, si vous ne me croyez pas. Vous devrez donc vous contenter de jouer et d’écrire avec un clavier anglais. Ce n’est pas la fin du monde, surtout pour jouer, mais pour écrire, certaines lettres sont alors plus difficiles à taper (comme le Ù), et vous devrez vous remémorer la position de certaines touches, puisque les caractères spéciaux ne seront pas aux endroits indiqués sur le clavier lui-même. 

SteelSeries Apex Pro: touches adaptatives pour le jeu ou le travail       

Chaque touche de l’Apex Pro peut être personnalisée.

Photo : Maxime Johnson

Chaque touche de l’Apex Pro peut être personnalisée.

Mon choix s’est arrêté sur l’Apex Pro de SteelSeries (230$), un clavier unique en son genre, qui offre des commutateurs avec une sensibilité personnalisable touche par touche (détection de la distance d’actionnement de 0,4 mm à 3,6 mm). On peut ainsi avoir une faible sensibilité pour l’écriture (pour éviter de faire des fautes en accrochant des touches par accident), et une sensibilité plus grande pour le jeu (avec certaines touches encore plus sensibles, comme WASD). 

Le clavier offre aussi un écran OLED personnalisable pour afficher des informations et nous indiquer quelle configuration est sélectionnée (on peut avoir une configuration pour le jeu et une pour le travail, par exemple, et passer d’une à l’autre au besoin). 

Et pour ceux qui aiment ce genre de choses, chaque touche est dotée de sa propre lumière DEL. 

Conseils pour les plus petits budgets        

Ce n’est pas le moins cher sur le marché, mais l’Apex 5 de SteelSeries (122$) offre à peu près toutes les mêmes fonctionnalités que le Pro, à l’exception des commutateurs personnalisables. C’est un compromis tout à fait acceptable pour payer la moitié du prix. Plusieurs marques génériques sont aussi encore moins chères, surtout si vous optez pour un clavier qui n’est pas mécanique. 


Cinq conseils en vrac pour assembler son premier PC        

Le PC est assemblé. Il ne reste plus qu’à jouer.

Photo : Maxime Johnson

Le PC est assemblé. Il ne reste plus qu’à jouer.

Voici quelques conseils supplémentaires à suivre pour assembler votre PC. 

Pensez constamment à l’aération du boitier

Plusieurs pièces sont dotées de ventilateurs. Assurez-vous toujours que ceux-ci tournent dans la bonne direction, afin que l’air entre d’un côté de votre boitier et ressorte de l’autre. 

Trouvez les bons outils

Vous n’avez besoin que d’un tournevis Philips pour assembler votre ordinateur, mais personnellement, j’aime aussi avoir une petite paire de pinces pour ramasser les vis qui tombent parfois. Lors de mon installation, j’ai aussi utilisé des colliers de serrage en plastique (les bons vieux tie-wrap) pour maintenir certains câbles ensembles proprement. 

Suivez les guides

Le manuel d’utilisateur de votre carte-mère devrait vous fournir les différentes étapes à suivre pour installer les composants. C’est votre mode d’emploi le plus important, mais vous devrez aussi suivre ceux qui accompagne les autres pièces. 

Dans le doute, Googlez

Une pièce semble étonnamment difficile à enfoncer? Un câble n’entre pas dans l’endroit où il est supposé aller? En cas de doute, ne forcez pas la main, et effectuez une recherche avec votre problème précis, en incluant le nom des pièces exactes avec lesquelles vous avez un problème. Il y aura presque toujours quelqu’un, quelque part, qui aura eu le même pépin que vous. 

Prévoyez une fin de semaine complète

Monter un PC pour la première fois devrait vous prendre environ une journée si tout se passe bien. Tout ne se passera toutefois pas bien, et vous devrez probablement interrompre l’opération à un moment, le temps de régler le problème. Prévoyez donc deux jours pour l’opération.

À lire aussi

Et encore plus