Tokyo 2020: il n’y aura pas de spectateurs aux Jeux olympiques | 24 heures
/bref

Tokyo 2020: il n’y aura pas de spectateurs aux Jeux olympiques

Image principale de l'article Il n’y aura pas de spectateurs aux Jeux olympiques
AFP

Coup dur pour les Jeux olympiques de Tokyo: la ministre responsable des JO, Tamayo Marukawa, a annoncé qu’il n’y aurait pas de spectateurs sur les sites en raison de la remontée des cas de COVID-19 dans la capitale japonaise.

• À lire aussi: Jeux olympiques: une athlète ouvertement transgenre y participera pour la toute première fois

Après avoir décidé d’autoriser les spectateurs locaux à 50% de la capacité d’un site, avec un plafond de 10 000 personnes, les organisateurs ont fait marche arrière jeudi. 

«Nous sommes tombés d’accord sur le fait qu’il n’y aurait pas de spectateurs sur les sites à Tokyo», a déclaré Mme Marukawa à l’issue d’une réunion avec toutes les parties prenantes aux JO, y compris le Comité international olympique (CIO).

L’annonce a été faite quelques heures après que le gouvernement japonais eut déclaré un nouvel état d’urgence qui commencera lundi prochain et s'étendra jusqu’au 22 août. Tokyo recense actuellement quelque 900 cas de COVID-19 par jour.

Les mesures seront donc en place pour la totalité des Jeux, qui se dérouleront du 23 juillet au 8 août. 

Le relais de la flamme olympique se déroulera aussi à huis clos à partir de vendredi dans la capitale. 

La sécurité avant tout   

Avec quelque 11 000 sportifs attendus à Tokyo, des mesures anti-COVID draconiennes ont été imposées à tous les participants: tests de dépistage quotidiens, obligation d’utiliser les services de restauration des sites des Jeux et interdiction de quitter leur «bulle», entre autres.

«Je pense que nous pouvons organiser des Jeux en toute sécurité grâce à ces mesures», a déclaré le premier ministre japonais Yoshihide Suga, plus tôt aujourd’hui. 

Le président du CIO, Thomas Bach, avait aussi expliqué, en début de soirée, que le Comité soutiendrait «toutes les mesures qui permettent d’avoir des Jeux olympiques et paralympiques en toute sécurité pour les Japonais et pour les participants». 

AFP

Les mesures ont dû être renforcées parce que le variant Delta, plus contagieux, représenterait maintenant environ 30% des cas au Japon et qu’à peine 15% de la population du pays est entièrement vaccinée, comparativement à 39% ici au Canada. 

Les experts craignent donc que le variant ne provoque une nouvelle vague de contamination qui submergerait les hôpitaux du pays.

D’ailleurs, les mesures d’état d’urgence dans le pays sont beaucoup moins strictes que les confinements imposés ailleurs dans le monde: elles limitent surtout la vente d’alcool et obligent les bars et restaurants à fermer plus tôt, en plus de restreindre le nombre de spectateurs sur les sites d'événements culturels ou sportifs. 

Les Canadiens sont prêts  

Le chef des sports au Comité olympique canadien (COC), Éric Myles, estime que le retour de l’état d’urgence au Japon n’est pas une inquiétude pour les athlètes canadiens. 

«Le COC a adopté une approche très proactive depuis un an. Et avant même de connaître toutes les conditions [sanitaires imposées par Tokyo et les Jeux aux athlètes], on a monté un plan qui avait déjà toutes ces conditions-là», a-t-il expliqué en entrevue au 24 heures

Il pourrait même s’agir d’un léger avantage, selon lui, puisque les athlètes se sont préparés à performer en dépit des restrictions. «Nous avons conscience que pour d’autres pays qui n’ont pas connu les mêmes restrictions, comme le port du masque ou le confinement, ce sera plus difficile.» 

– Avec les informations de l'AFP

À lire aussi

Et encore plus