La castration retarderait le vieillissement chez le mouton... et chez l’homme | 24 heures
/bref

La castration retarderait le vieillissement chez le mouton... et chez l’homme

Image principale de l'article La castration retarderait le vieillissement
Photo AFP

Il y a des études plus encourageantes que d’autres et certaines qui laissent tout simplement pantois.

On vous laisse classer la suivante dans la catégorie de votre choix: des scientifiques néozélandais ont découvert que la castration de moutons mâles retarderait le vieillissement de l’ADN chez ceux-ci, a rapporté le média Newshub.

«Autant les fermiers que les scientifiques savent depuis un certain temps que les moutons mâles castrés vivent en moyenne beaucoup plus longtemps que leurs homologues intacts; par contre, c’est la première fois que quiconque a regardé l’ADN pour voir si elle aussi vieillissait plus lentement», a commenté dans un communiqué de presse l’une des chercheuses, la doctorante Victoria Sugrue de l’université d’Otago.

Pour réaliser l’étude, l’équipe de scientifiques a fait équipe avec le généticien Steve Horvath, l’inventeur d’une technique pour mesurer l’âge d’une créature vivante en analysant son ADN. Les chercheurs ont alors étudié plus de 200 espèces et ont découvert que l’on pouvait plus clairement voir l’effet des hormones mâles sur le vieillissement du mouton.

Plus spécifiquement, les spécimens castrés avaient une horloge épigénétique mesurant l’âge biologique, qui avançait plus lentement que chez leurs comparses encore entiers.

«Nous avons découvert que les mâles et les femelles ont des schémas très différents de vieillissement de l'ADN chez les moutons, et que, bien qu'ils soient des mâles, les castrats avaient des caractéristiques très féminines sur des sites d'ADN spécifiques», a précisé le Dr Tim Hore, l’un des directeurs de l’étude, publiée cette semaine dans le journal scientifique eLife.

Des conclusions qui pourraient s'appliquer chez l'homme  

Cela dit, l’une des trouvailles les plus étonnantes de l’équipe de chercheurs est que leurs conclusions pourraient potentiellement aussi s’appliquer chez l’être humain, alors que l’homme castré serait moins affecté par les hormones mâles qui accéléreraient le vieillissement.

«Il est intéressant de noter que les sites les plus affectés par la castration se lient également aux récepteurs d’hormones mâles chez l’homme à un taux beaucoup plus élevé que ce à quoi on pourrait s’attendre par pur hasard. Cela fournit un lien clair entre la castration, les hormones mâles et les différences spécifiques au sexe dans le vieillissement de l'ADN», a ajouté le Dr Hore.

En d’autres mots, cela pourrait s’avérer une piste pour expliquer pourquoi les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes et, plus particulièrement, pour expliquer le rôle des hormones dans le vieillissement humain.

Une percée scientifique fascinante... qui fera possiblement jaser.

À lire aussi

Et encore plus