Plus de 50 morts dans le gigantesque incendie d’une usine au Bangladesh: ce qu’il faut savoir | 24 heures
/bref

Plus de 50 morts dans le gigantesque incendie d’une usine au Bangladesh: ce qu’il faut savoir

De nombreux ouvriers ont dû sauter par les fenêtres pour échapper au brasier.

Image principale de l'article Plus de 50 morts dans un gigantesque incendie
AFP

Au moins 52 personnes ont péri et une trentaine ont été blessées, selon les autorités, vendredi, dans un gigantesque incendie qui a ravagé une usine près de Dacca, au Bangladesh. De nombreux ouvriers ont dû sauter par les fenêtres pour échapper au brasier. Le bilan devrait continuer de s'alourdir au cours des prochaines heures.

• À lire aussi: Travail forcé des Ouïghours: Uniqlo, Zara et Skechers visés par une enquête

On ignorait encore, vendredi, le nombre total de personnes qui se trouvaient dans le bâtiment de six étages situé à Rupganj, une ville industrielle proche de la capitale. Et des familles continuaient d’attendre des nouvelles de leurs proches près de l’usine qui était toujours la proie des flammes.

AFP

Les incendies sont relativement fréquents au Bangladesh à cause d’un manque de respect des normes de sécurité.

La police et des témoins ont rapporté que le feu avait débuté jeudi vers 17h à l’usine Hashem Food and Beverage, qui fabriquait notamment des bonbons, des nouilles et des jus de fruit.

AFP


La police avait initialement annoncé que trois personnes avaient péri. Mais ce bilan n’a cessé d’enfler vendredi après-midi quand les pompiers ont finalement atteint les étages les plus élevés, ce qui a permis aux secouristes de commencer à retirer des cadavres de l’édifice.

Des compagnies d'ici s'approvisionnent au Bangladesh  

Les catastrophes dans les usines sont fréquentes au Bangladesh, notamment au sein de son importante industrie textile, à cause du non-respect des mesures et normes de sécurité.

En 2013, l’effondrement du Rana Plaza, un atelier de confection, avait causé la mort de 1138 ouvriers et en avait blessé 2000 autres. En 2012, un incendie avait frappé une usine textile, causant la mort de 111 personnes.

• À lire aussi: Plusieurs marques attaquées en Chine après l’appel au boycottage du coton du Xinjiang

Plusieurs entreprises canadiennes s'approvisionnent dans ce pays pauvre d’Asie du Sud. Selon le rapport du Fonds humanitaire des Métallos, plusieurs marques canadiennes s’approvisionnent au Bangladesh, comme le Groupe Dynamite, Lululemon, L’Équipeur (propriété de Canadian Tire), Nygard, Reitmans, Joe Fresh et La Baie d’Hudson. 

Afin d’éviter de telles catastrophes, 300 groupes textiles ont signé en 2014 l'Accord sur la surveillance de la sécurité des usines de confection au Bangladesh. Depuis, plus de 140 000 inspections ont été réalisées dans plus de 1600 usines. Certains poids lourds, comme la marque de vêtements H&M, souhaiteraient quitter cet accord, qui sera échu le 31 août prochain. 

Par ailleurs, selon l’organisme Clean Clothes Campaign, H&M et 11 autres grandes marques font affaire avec des usines du Bangladesh où des risques pour la sécurité des travailleurs ont été constatés.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus