Achats en ligne: ce que cachent les stratégies des géants | 24 heures
/misc

Achats en ligne: ce que cachent les stratégies des géants

Image principale de l'article Ce que cachent les stratégies des géants

Même si Amazon Canada a repoussé cette année sa vente annuelle Prime Day pour des raisons liées à la pandémie, les «fêtes de magasinage» en ligne inventées par le géant américain ont surtout pour objectif de vous attirer dans leur giron avec des produits spécialement conçus à cette fin.

Plus tôt aux États-Unis, cette célébration annuelle du consumérisme d’Amazon s’est tenue pendant deux jours – 21 et 22 juin – avec des concerts en ligne et, bien entendu, les habituelles ventes et aubaines.

Comme le souligne la section Finance du portail Yahoo, « les produits les plus vendus pendant les soldes étaient ceux d’Amazon, comme l’Echo Dot à 19 $US au lieu de 40 $US – le produit le plus vendu au monde pendant l’événement l’an dernier ».

Aucun doute, si vous cherchez un produit connecté made by Amazon au rabais, les journées Prime Day sont l’occasion parfaite. Le gérant indique même aux consommateurs les ventes de ses produits avant les journées Prime Day.

La principale raison derrière les aubaines Prime Day des produits électroniques d’Amazon vise essentiellement à attirer les acheteurs occasionnels dans Prime, l’abonnement multiservice d’Amazon – lequel comprend les services de livraison Prime, de vidéo et de musique sur demande, ainsi que de stockage photos en ligne et plusieurs autres.

À cela, je dois doublement plaider coupable: pendant une bonne dizaine d’années, j’étais abonné à Amazon Prime États-Unis, pour ensuite m’en désabonner quand le pendant Amazon Canada eut atteint un niveau comparable à celui au sud de la frontière.

Membres : 1400 $, non membres : 600 $   

Cela dit, les prix étonnamment bas des produits comme les Echo ou Fire TV font partie de la stratégie du géant pour pousser les acheteurs vers l’abonnement des services Prime, au coût de 79 $ par an ou 7,99 $ par mois sur Amazon.ca.

Et c’est là que ça rapporte pour Amazon, car une fois abonnés, les gens consomment, achètent et concentrent beaucoup plus leurs achats sur la plateforme de commerce électronique que les non-abonnés.

Taux de rétention élevé   

En chiffres, on parle en moyenne de 1400 $US par membre Prime contre 600 $US pour un non-membre, selon un rapport de la sous-commission de la Chambre des représentants sur le droit antitrust, cité par Yahoo Finance.

Selon un autre rapport publié plus tôt cette année par Consumer Intelligence Research Partners, le taux de rétention atteint 93 % pour les membres abonnés depuis au moins un an et 98% pour ceux qui le sont depuis deux ans. Des taux qui ont de quoi faire pâlir bien des concurrents.

Des concurrents qui, malgré leur imposante taille, comme Walmart, utilisent eux aussi de grandes journées de vente, mais n’ont pas de stratégie à long terme à l’image d’Amazon.

Apple et Google font appel à des stratégies similaires en montant des boutiques d’applications et de jeux qui ne fonctionnent qu’avec leurs produits, gadgets et téléphones intelligents.

Comme le dit mon gestionnaire en placement, nous n’achetons plus un produit, mais plutôt une logistique.

Ailleurs dans le monde, l’impact de ces ventes flash annuelles fait mal aux petits commerces, au point où, en Inde, le ministère de la Consommation songe à les resserrer, voire à les interdire.

Aubaines ou pas ?   

Quand on y regarde de plus près, la plupart des offres promues pendant les grandes ventes du genre Prime Day ne sont pas vraiment des aubaines.

Outre les produits maison mentionnés plus haut, les aubaines sont souvent des articles dont personne ne veut. Quant aux produits recherchés, les remises ou rabais sont faibles, voire nuls.

Pour éviter de succomber aux tentations des soldes, faites-vous une liste d’articles dont vous avez besoin et recherchez-les sur d’autres sites de magasinage s’ils sont offerts à des prix inférieurs, incluant les frais de livraison.

Pour n’en citer que les principaux, il y a chez nous les Walmart, Best Buy, Canadian Tire, Ikea, Wayfair, sans oublier une foule de commerces spécialisés.

Moteurs de recherche   

Comme les cotes boursières, les prix des articles fluctuent en fonction de l’offre et de la demande. Utilisez des outils en ligne comme Camel (https://ca.camelcamelcamel.com), qui dresse sur graphique l’évolution des prix sur Amazon Canada.

Voici un exemple de l’évolution du prix d’une montre Apple Watch série 6 sur trois mois. Entre les prix les plus haut et les plus bas, il y a une différence de près de 60 $.

Camel Camel Camel

Voici un exemple de l’évolution du prix d’une montre Apple Watch série 6 sur trois mois. Entre les prix les plus haut et les plus bas, il y a une différence de près de 60 $.

Tableau sur trois mois du prix d'une montre Apple Watch série 6, sur Amazon.ca.

Camel Camel Camel

Tableau sur trois mois du prix d'une montre Apple Watch série 6, sur Amazon.ca.

Comme Camel, les autres comparateurs de prix se spécialisent dans des créneaux précis. Shopstyle.ca surveille les prix d’articles vestimentaires, l’application Hopper sur iOS et Android les vols d’avion. Évidemment, Google possède son comparateur.

En revanche, les comparateurs shopbot.ca, Become, Bizrate et Pricegrabber ne fonctionnent plus.

Donnons une mention particulière au site d’évaluation de produits Wirecutter, du New York Times, qui se concentre sur la rédaction de guides détaillés de différentes catégories de produits de consommation, en plus de donner quelques aubaines.

Comme vous le remarquerez, le site web de cette filiale du NYT, qui emploie une centaine d’employés, est en anglais et les prix indiqués sont ceux des grandes boutiques en ligne américaines.

C’est le bon endroit où lire des tests de produits, comparer leurs prix et ensuite les trouver sur les boutiques canadiennes en prenant soin de vérifier les prix en fonction du taux de change US-CA.

À VOIR AUSSI...

s

À lire aussi

Et encore plus