Les températures extrêmes responsables de 5 millions de morts par année | 24 heures
/misc

Les températures extrêmes responsables de 5 millions de morts par année

Le nombre de morts associés à la chaleur continuera d’augmenter en raison du réchauffement climatique.  
Photo prise à Tegucigalpa, au Honduras.
AFP

Le nombre de morts associés à la chaleur continuera d’augmenter en raison du réchauffement climatique. Photo prise à Tegucigalpa, au Honduras.

Cinq millions de personnes par année meurent partout dans le monde à cause de températures chaudes ou froides qui sont anormales, révèle une nouvelle étude.

Même si le froid a fait plus de victimes que la chaleur au cours des 20 dernières années, le nombre de morts associés à des températures élevées a augmenté dans toutes les régions étudiées par les chercheurs entre 2000 et 2019. 

En raison des changements climatiques et du réchauffement de la planète, le nombre de morts associés à la chaleur devrait d’ailleurs continuer d’augmenter dans le futur. 

Les flammes ont ravagé 90% du village de Lytton, en Colombie-Britannique, suite à une vague de chaleur extrême.

AFP

Les flammes ont ravagé 90% du village de Lytton, en Colombie-Britannique, suite à une vague de chaleur extrême.

«À long terme, les changements climatiques devraient accroître la charge de mortalité», a confirmé dans un communiqué le professeur à l’université Monash, Yuming Guo, qui a codirigé l’étude. 

L’étude, publiée dans la revue The Lancet Planetary Health, a rassemblé des dizaines de scientifiques de partout sur la planète. Les chercheurs ont conclu que près de 10% des morts dans le monde, chaque année, sont attribuables à des températures extrêmes. 

43 pays

Les données rassemblées dans l’étude proviennent de 750 endroits situés dans 43 pays.

«C’est la première étude qui porte un regard mondial sur la mortalité associée à des températures non optimales entre 2000 et 2019, la période la plus chaude depuis l’ère préindustrielle», a mentionné le professeur Guo. 

«Il est [aussi] important de noter que nous avons utilisé des données de 43 pays, à travers cinq continents, qui ont des climats, des conditions socioéconomiques et démographiques, des infrastructures ainsi que des services de santé publique différents», a-t-il ajouté, insistant sur l’ampleur de l’étude. 

Risques plus élevés

Les risques associés à la température impactent davantage l’Asie (2,6 millions de morts par an) et l’Afrique (1,2 million de morts par an) que d’autres régions du globe, comme l’Europe (835 000 morts par an) et les États-Unis (173 600 morts par an). 

Au Canada, les effets des chaleurs extrêmes se sont récemment fait ressortir en Colombie-Britannique, alors qu’un dôme de chaleur a frappé de plein fouet la région à la fin du mois de juin. En date du 30 juin, au moins 486 morts subites avaient été recensées durant la vague de chaleur sans précédent qu’a connue la province. 

À lire aussi

Et encore plus