Le truc controversé d’une femme pour sauver de l’argent à l’épicerie est évidemment illégal | 24 heures
/misc

Le truc controversé d’une femme pour sauver de l’argent à l’épicerie est évidemment illégal

Image principale de l'article Son truc pour sauver à l’épicerie est illégal
M-Production - stock.adobe.com

Une femme qui croyait avoir trouvé un truc génial pour sauver quelques dollars à l’épicerie s’est fait dire par des avocats que ce qu’elle faisait était simplement du vol.

• À lire aussi: Des restaurants montréalais vont offrir de la pizza gratuite pour souligner la belle épopée du Canadien

• À lire aussi: Une militante végane sexy devient la risée après avoir vandalisé un PFK

Une femme a écrit aux sœurs Alison et Jillian Barrett, qui publient la chronique légale Sisters in Law, pour leur demander leur avis à propos d’une chicane qu’elle avait eue avec son amie.

La femme raconte que, quand son amie va faire son épicerie, elle utilise toujours la caisse libre-service. Quand vient le temps de passer des fruits et des légumes plus chers, comme des avocats, par exemple, l’amie entre le code d’un aliment moins cher, comme des oignons.

La femme ajoute que son amie se justifie en disant que ce n’est pas du vol, parce qu’elle paie pour quelque chose quand même, et ajoute que tout le monde le fait.

Avez-vous déjà fait ça?

Si vous avez répondu oui à la question précédente, nous vous annonçons que ce que vous faites pourrait vous occasionner des ennuis judiciaires.

«Ça n’importe pas, comment votre amie essaie de justifier ses actions, le fait qu’elle choisit de ne pas payer le plein prix intentionnellement pour ses articles est illégal.»

«Son comportement frauduleux est un exemple parfait de la façon dont les voleurs tentent de tromper le système.»

Selon les avocates, ce genre de «truc» coûte des milliers de dollars aux supermarchés, les forçant à augmenter leurs prix.

Les caisses libre-service sont de plus en plus fréquentes dans les épiceries, faisant en sorte que de plus en plus de gens sont tentés de commettre des vols de ce genre. Cependant, plusieurs commerçants ont des employés qui surveillent les clients, et certains ont même installé des caméras de surveillance pour s’assurer que personne ne tente d’en «passer une petite vite».

C’est à se demander si la possibilité de sauver quelques dollars sur des avocats vaut le risque de faire face à des accusations criminelles.

Aussi dans le Sac de chips:  

s

s

s

À lire aussi

Et encore plus